Navigation – Plan du site
Lire

Siegried Kracauer, L’Histoire – Des avant-dernières choses

Présentation de Jacques Revel. Paris, Stock, 2006 371p
Jean Chesneaux
Référence(s) :

Siegried Kracauer, L’Histoire – Des avant-dernières choses. Présentation de Jacques Revel. Paris, Stock, 2006 371p.

Texte intégral

1Comment caractériser le savoir historien ? Et la structure même de l’évolution historique ? Voici qu’à l’immense cohorte des professionnels affrontant inlassablement ces questions, se joint un essayiste « extraterritorial » (ainsi définit-il l’historien), dont l’itinéraire intellectuel était passé d’Offenbach au cinéma allemand préhitlérien et de la philosophie du roman policier à la sociologie des petits employés berlinois. Proche de l’Ecole de Francfort et de l’intelligentsia weimarienne de gauche, Kracauer s’était réfugié en 1933 à Paris, puis exilé à New York où History – the last things before the last parut en 1969, trois ans après sa mort ; l’édition française ne s’est guère précipitée...

2Il explique lui-même comment, vers la fin de sa vie, il avait senti le besoin d’appliquer à un champ plus vaste les conceptions dont procédaient ses études sur la photo et le cinéma. De ce livre buissonnant, insolite, foncièrement inventif, mais dont il ne faudrait surtout pas attendre un « système de l’histoire », retenons l’apport à deux débats majeurs: la relation entre « macro-histoire » et « micro-histoire », et la légitimité d’une histoire universelle embrassant la totalité du passé des sociétés humaines.

3De même que dans un film « gros plans » et « plans d’ensemble » s’enrichissent mutuellement, de même l’historien selon SK doit se mouvoir librement entre le macro et le micro. Un objet historique très étroit, dit-il, « suggère des possibilités et des perspectives que n’offre pas le même évènement pris dans un cadre de grande ampleur ». Utile rappel, en faveur des études « micro » aujourd’hui en plein essor.

4Tout aussi nuancée, est ici l’approche de l’histoire universelle. Kracauer ne prise guère ce « genre indestructible », qui à ses yeux ne s’est dégagé d’une vision téléologique, providentielle que pour s’enfermer dans les lois mécaniques du « Progrès » et dans sa linéarité chronologique. La majestueuse « période » historique, raille-t-il, n’est guère qu’un hall de gare où des évolutions indépendantes les unes des autres se donnent des rendez-vous discrets sinon fortuits. En exemple de temps multiples, il fait appel aux historiens de l’art tel Henri Focillon, qui ont insisté sur l’autonomie de la création artistique par rapport au contexte historique général dans lequel travaillaient les artistes. Mais Ahasverus le Juif errant, corrige-t-il dans son chapitre 6 (l’énigme de l’histoire), « tente au travers de ses pérégrinations de reconstruire à partir des temps multiples qui l’ont modelé le temps unique qu’il est condamné à incarner ».

5Ayant lui même erré entre dix champs d’étude, Kracauer offre un vivant plaidoyer pour un désenclavement de l’histoire. A l’envi, il se réfère à Proust, Griffith, Tolstoi ou Valéry, autant qu’aux figures historiennes consacrées que sont les Ranke, Burckhardt ou Pirenne. Sa citation de Heine, définissant en 1854 comme « livre d’histoire daguerréotypé » ses lettres parisiennes à un ami allemand, pose avec force la question du regard sur le détail.

6Cette oeuvre déroutante fait réfléchir, mais sans négliger la défaillance majeure qu’est sa vision réductrice du rapport-au-assé qu’entretient l’historien. Comme emporté par sa thèse sur « l’extraterritorialité » historienne, par son attrait aussi pour la temporalité subjective à la Proust (son auteur favori), c’est en termes d’extériorité que Kracauer définit la relation entre l’historien, et le passé qui est son champ d’étude. Il ne semble pas se soucier du fait que, dans une relation conjointe d’intériorité, cet historien appartient à une société dont le passé est une assise fondatrice. Et qu’à ce titre, celui-ci est à l’écoute d’une demande sociale en direction du passé. Demande à laquelle Kracauer ne s’arrête guère. L’assassinat du Président Kennedy à Dallas, qu’il évoque d’une plume alerte mais à un tout autre propos, lui offrait pourtant un « cas » d’une telle demande sociale. Il souligne l’émotion des gens bouleversés et qui, insiste-t-il, voulaient comprendre ; mais il passe sans s’arrêter, alors que ce « gros plan » aurait dû nourrir une réflexion de fond sur le rapport social au passé et au présent.

7Le Kracauer de l’extraterritorialité historienne – corollaire logique – ignore superbement et paradoxalement Hitler. Il avait quarante-trois ans en 1933, il avait été directement confronté à ce dernier, il avait dû fuir. Mais il n’a pas cherché à penser historiquement le nazisme comme son ami Adorno, comme Hannah Arendt, comme Marc Bloch qu’il admire tant. Il n’a pas cherché à mettre à l’épreuve du réel de Nüremberg le mythe d’Ahasverus. Alors que la période hitlérienne n’a vraiment rien d’un hall de gare; elle a bel et bien fédéré les « temps multiples » que Kracauer tend à dissocier, et on est fondé à explorer le sens général de ce délire.

8Derrière ces défaillances, ces dérobades, ces paradoxes, il y a peut-être la secrète posture visionnaire que signale le sous-titre énigmatique choisi par l’auteur. Le temps rationnel de l’histoire ne serait-il que the last things before the last ? Avantla fin des temps, avant la fin de l’errance d’Ahasverus...

9Kracauer serait-il « canonisable » comme l’a suggèré son biographe Enzo Traverso ? Quarante ans après sa disparition, il effectue un retour remarqué. Mais ce serait sans doute appauvrir sa pensée, que de n’en retenir que son dédain pour ce qu’il nomme »la vénérable question du sens de l’histoire ». L’historien Jacques Revel – un notable -, présentant élogieusement cette figure « assise entre un nombre incalculable de chaises », cède quelque peu à la tentation d’en faire comme un précurseur des post-modernes, un pionnier du labile et de l’errance sans terme ni sens.

  • 1  The past is a foreign country, titre d’un ouvrage-manifeste de David Löwenthal (Cambridge, 1985), (...)

10Que ce livre nous mette en garde contre la rigidité linéaire du temps positiviste et sa successivité mécanique, n’autorise pourtant pas à s’enfermer dans l’aléatoire, ni à dissocier l’histoire comme passé extérieur à nous, comme « pays étranger » a-t-on dit1, et l’histoire comme devenir dont nous sommes partie intégrante – et co-responsables. Dans son chapitre terminal de philosophie du temps, dont le titre, « antichambre », est bien dans sa manière furtive, Kracauer nous propose du temps historique – présent compris – une belle image benjaminienne, totalisante, donc bien éloignée de la désinvolture post-moderne : une cataracte des temps. Le mot n’est pas trop fort, si l’on considère les désordres et les angoisses de notre époque. Le mot lance une sommation que nous adresse Kracauer, un peu à son insu...

Haut de page

Notes

1  The past is a foreign country, titre d’un ouvrage-manifeste de David Löwenthal (Cambridge, 1985), resté ignoré des éditeurs français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Chesneaux, « Siegried Kracauer, L’Histoire – Des avant-dernières choses », Temporalités [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 25 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/389

Haut de page

Auteur

Jean Chesneaux

Professeur émérite, Université Paris VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page