Navigation – Plan du site

IN MEMORIAM William Grossin (1914 – 2005)

Jean-Marc Ramos

Texte intégral

Le temps n’est pas un canevas sur lequel on brode.

1William Grossin nous a quittés dans la nuit du 7 au 8 novembre, peu de temps avant son 91e anniversaire. D’autres hommages, plus académiques, suivront celui-ci que nous avons voulu personnel, amical.

  • 1 William Grossin. Les temps de la vie quotidienne. Paris-La Haye, Mouton, 1974.
  • 2 William Grossin. « L’influence des temps de travail industriels préparés sur la personnalité des ou (...)

2J’ai rencontré William Grossin pour la première fois en février 1980, lors du premier Congrès de Psychologie du Travail de langue française. Il était alors professeur de sociologie à l’université de Nancy. Ses travaux représentaient, pour la jeunesse étudiante de l’époque, ce qu’il y avait de mieux centré et de plus actualisé en matière de recherche sur les temporalités sociales. Il s’était montré devant moi très déférent envers Ignace Meyerson à qui il devait l’hospitalité du Journal de psychologie pour l’un des premiers articles qu’il avait pu tirer de sa thèse d’État1. Ce texte contenait d’importants résultats sur les effets psycho-sociaux du temps de travail2. J’ignore si William Grossin considérait le fondateur de la psychologie historique et comparative comme son maître. Sans doute pas. Mais comme ce dernier, il ne voulait pas voir s’édifier de barrières trop infranchissables entre les disciplines. Il se trouvait lui-même trop à l’étroit en sociologie du travail et se disait volontiers « psychosociologue » comme avait voulu l’être avant lui un autre sociologue des temps vécus, Maurice Halbwachs, avec qui il partageait un net penchant pour la critique du temps total.

  • 3 William Grossin. Des résignés aux gagnants. 40 cahiers de doléances sur le temps. Nancy, Presses Un (...)
  • 4 William Grossin. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle. Toulouse, Octarè (...)

3William Grossin ne supportait pas que l’on parle devant lui du temps au singulier. Le pluralisme temporel qui dirigeait tous ses échanges était devenu le mot d’ordre de sa pensée ; une pensée qui ne s’imposait pas toujours les références obligées. D’autres sociologues avaient déjà reconnu l’existence des temps multiples mais leurs arguments lui paraissaient un peu vagues ou trop formels. William Grossin connaissait leurs travaux parfaitement. Je me suis souvent demandé d’où pouvait provenir sa défiance intellectuelle envers la catégorie générique du temps. Il me semble qu’il la tirait tout simplement de l’observation rigoureuse des faits. Son travail de terrain qui l’amenait parfois à recourir à des méthodes de clinicien pour enregistrer les plaintes de nos contemporains3, l’avait convaincu de la nécessité de lutter contre toute conception moniste de la temporalité. À l’idée d’un temps unique homogène et régulier, inaccessible et dominateur, il préférait l’étude des milieux temporels où s’emboîtent et s’entrecroisent les temps les plus divers. Cette position l’avait conduit ces dernières années à s’intéresser de très près aux perspectives offertes par le développement de l’écologie temporelle4.

  • 5 Temporalistes 1984 – 1991 (Tome 1, nos 1 à 16) et Temporalistes 1991 - 1995 (Tome 2, nos 17 à 31). (...)
  • 6 William Grossin. « Vers les expériences temporelles de groupe ? ». Temps Libre, n° 4, Hiver 1981,73 (...)
  • 7 Jean-Marc Ramos. « Les années temporalistes : vers une science des temps ? ». In G. de Terssac et D (...)
  • 8 Jean-Marc Ramos, Sébastien Faure. « Le site des Temporalistes: bilan et perspectives ». Temporalité (...)

4Le bulletin des Temporalistes fut peut-être la seule œuvre collective de William Grossin. « Vous m’avez fait plaisir » me dit-il un jour avec gourmandise en considérant le premier des deux volumes de fac-similés que j’avais fait relier à la demande de quelques abonnés5. En retour, il m’avait offert les quatorze numéros de la revue morte Temps Libre, une superbe publication aujourd’hui très recherchée, à laquelle il avait collaboré6. Le bulletin des Temporalistes fut, pendant les dix-huit années de son existence, un instrument de diffusion des connaissances privilégié par les meilleurs spécialistes des questions temporelles. William Grossin l’avait conçu en 1984 comme une simple lettre d’information pour faire lien entre les chercheurs travaillant sur les temporalités individuelles et sociales. La formule était généreuse car on obtenait les numéros sur simple demande et la distribution se faisait gratuitement. Un réseau international s’était rapidement constitué, assurant une bonne audience et visibilité au bulletin. C’est ainsi qu’en peu de temps Temporalistes devint plus qu’un outil de liaison, un véritable support de publication. À partir de 1994, je fus associé à cette activité éditoriale très stimulante comme d’autres l’avaient été avant moi7. Chaque numéro était imprimé et diffusé à 200, puis à 300 exemplaires. Au rythme de trois livraisons par an, il devenait de plus en plus difficile de trouver les ressources nécessaires pour satisfaire une demande sans cesse croissante. Et la lassitude commençait à se faire sentir. Il fallait donc mettre en place de nouvelles structures et trouver un nouvel élan. La solution vint de l’équipe dirigée par Claude Dubar qui rassembla plusieurs laboratoires pour le lancement de la présente revue. Lorsque ce projet fut finalisé, nous décidâmes, d’un commun accord, de mettre un terme à la publication du bulletin en prenant soin de créer un site d’archives pour accueillir ses contenus et les mettre en ligne8. En définitive, le bilan de cette entreprise originale ne paraît pas négligeable puisqu’il se chiffre à 44 numéros dans lesquels ont été publiés 223 textes rédigés par 140 auteurs différents.

  • 9 William Grossin. J’ai connu le Moyen Age. Récit de vie:Enfance. Paris, L’Harmattan, 2004. Il envisa (...)
  • 10 François Mariot. Pelliculture américaine. 54 histoires persiflantes. Nancy, Presses universitaires (...)
  • 11 William Grossin. Un secret d’Etat-major. Pantin, Le Temps des Cerises, 2000. William Grossin. Squar (...)

5Avant ces années temporalistes, William Grossin a connu plusieurs vies : l’enfance et la période de captivité sur lesquelles il se sentait poussé à écrire9, l’époque du journalisme politique dont il parlait peu, les années de formation au Centre d’Études Sociologiques qui l’avaient mis en relation avec les meilleurs intellectuels du moment étaient celles où il puisait ses meilleures anecdotes. Tous ces temps sont chronologiquement repérables. En utilisant son vocabulaire, on pourrait dire qu’ils constituent des temps cadres à l’intérieur desquels viennent s’emboîter d’autres temps, plus personnels et moins bien délimités. C’est le cas des temps sans géométrie, tout en substance, tel celui de l’évasion littéraire qui finit par occuper les dernières années de William Grossin. Après une première tentative signée sous un pseudonyme – un recueil de vers légers mis sous presse par un éditeur inattendu10 – il s’engagea dans l’écriture romanesque avec trois livres publiés par une maison d’édition au nom prédestiné pour un temporaliste jadis très marqué à gauche11. Ces textes sont à découvrir. D’une manière générale, il écrivait avec une facilité et une rapidité déconcertantes comme en témoigne sa correspondance, régulière et abondante. Le contenu de ses lettres pouvait être vif, parfois mordant, mais il n’était jamais accablant pour ceux qui dansaient sous sa plume. Une belle âme, douce et aimante, qui l’assistait, veillait à ce qu’il en soit ainsi. La mort les avait séparés. Elle vient de les réunir.

  • 12 Les mémoires de William Grossin devaient compter plusieurs tomes (cf. note 9). Nous présentons un c (...)

6William Grossin tenait beaucoup à collaborer à ce dossier sur les mémoires collectives. À la mi-octobre, il nous avait envoyé un texte très personnel relatant ses souvenirs de captivité. Nous le publions à la suite de cette présentation. Il s’agit sans doute de son dernier texte. Malheureusement, il n’aura pas eu le temps d’en corriger les épreuves. Ces pages semblent détachées des mémoires qu’il rédigeait depuis plusieurs années12.  

7Dans une lettre jointe, il nous avait présenté son texte comme le résultat d’un travail d’introspection rétrospective. Ce témoignage sur les sombres années passées dans un camp pour officiers s’accompagne d’une réflexion sur le fonctionnement de la mémoire individuelle. Lorsque le passé est pauvre en repères sociaux (cas de l’enferment), la remémoration tend à devenir imprécise et peu satisfaisante. Si le souvenir des lieux reste net, le rappel chronologique des événements devient beaucoup plus flou. L’auteur attribue cette « perte de référence temporelle assurée » au défaut de scansion qui règne dans les univers clos et très réglementés. La monotonie de l’activité nivellerait les reliefs du temps qu’il s’agisse d’une expérience en régime carcéral, de la vie au monastère ou d’un séjour en maison de cures. C’est là une remarque sans surprise. Mais l’auteur va plus loin en suggérant que l’inscription des temps dans la conscience dépend finalement de l’ouverture à l’autre. Ainsi envisage-t-il le refus obstiné d’enregistrer la durée de l’autre comme la cause profonde de notre « emmurement temporel » (p .4).

  • 13 Voici plus précisément l’argument de ce livre résumé par Gérard Namer, l’un des meilleurs spécialis (...)
  • 14 Maurice Halbwachs a consacré au psychologue Pierre Janet un texte rédigé probablement vers 1935. Il (...)

8Cette proposition met en valeur le rôle de la socialité – il vaudrait mieux parler ici de sociabilité, voire de syntonie – dans la mise en mémoire de l’information (encodage). On observera que Maurice Halbwachs, dans son premier livre sur la mémoire collective, abordait également la question psychologique mais en la centrant plutôt sur le rappel de l’information. La thèse de ce livre est bien connue : « la mémoire est une reconstruction du passé faite en fonction du présent »13. Maurice Halbwachs reviendra quelques années plus tard sur les aspects psychologiques de la mémoire collective en découvrant la convergence de ses premières analyses avec celles de Pierre Janet14.

9Mais le texte de William Grossin est aussi un document sur le passé. À ce titre il présente un autre intérêt pour notre dossier sur la mémoire collective dans la mesure où il témoigne d’une expérience socialement partagée et de la nécessité d’en rendre compte. Nous présentons, à la suite de ce témoignage, trois articles qui se réfèrent tous de manière explicite à la pensée de Maurice Halbwachs et à ses conceptions sur la socialité de la mémoire. Que faut-il entendre par mémoire collective ?

10Voici l’une des définitions que l’on peut avancer en s’appuyant sur les fondements durkheimiens de la théorie halbwachsienne. La mémoire collective n’est pas la somme des mémoires individuelles. Elle n’est pas confinée dans la boîte crânienne. Elle n’est l’œuvre d’aucune pensée particulière. Elle contribue fortement à la cohésion sociale dans les groupes où des souvenirs en commun se sont constitués. Dans ce cas, elle présente une certaine consistance et tend à devenir une catégorie du jugement sur l’histoire et les événements concernant la collectivité. Impersonnalité, extériorité, étendue, stabilité et exemplarité seraient donc des propriétés de la mémoire dès lors qu’elle est collectivement et culturellement marquée.

11L’article de Jean Viaud nous apporte une réponse qui n’est pas très éloignée de cette définition. L’auteur envisage la mémoire collective comme une représentation sociale de l’histoire faisant intervenir plusieurs logiques de connaissance. Dans une enquête sur les représentations du régime de Vichy, il a tenté de repérer les effets de la logique scolastique (fondée sur des connaissances précises) par rapport à la logique doxique (recours aux lieux communs). Ses résultats montrent que « l’injonction du souvenir » ne suffit pas à rendre la connaissance historique plus opérante dans la construction d’une mémoire collective. Celle-ci semble se limiter à une déploration formelle : « se souvenir de ne pas oublier ».

  • 15 Le rôle du pèlerinage dans la structuration et la transmission de la mémoire collective, est analys (...)

12Une telle conclusion pose le problème de la transmission de la mémoire qui apparaît, dans l’œuvre de Maurice Halbwachs, plutôt sous la forme de la commémoration et du pèlerinage15. Mais reconnaissons au sociologue le fait d’avoir surtout traité du droit à la mémoire et de l’avoir proclamé pour tous les groupes, même les plus minoritaires, à condition qu’ils soient bien installés dans l’espace et la durée. L’article de Marc Berdet est à lire en contrepoint, comme une contribution sur le thème du devoir de mémoire. L’auteur a trouvé dans ses recherches, en procédant à une analyse très fouillée des textes de Walter Benjamin, des points de convergence assez inattendus avec la pensée du sociologue. Il voit ce rapprochement dans l’articulation de trois concepts (« morphologie urbaine », « mémoire collective » et « devoir de remémoration ») qui font de la ville, une réification spatialisée de la mémoire collective.

13Paris représente ainsi « dans l’ordre social… ce qu’est le Vésuve dans l’ordre géographique ». Cette belle formule de Walter Benjamin, qui doit sans doute quelque chose au roman naturaliste français du XIXe siècle, renvoie l’image d’une population agitée et d’une ville toujours prête à exploser, dans laquelle s’épanouissent les arts et la culture comme sur les pentes d’un volcan momentanément éteint, se régénère la végétation. L’article sur lequel se referme ce dossier semble avoir été écrit pour renforcer cette hypothèse sur la correspondance entre ville et mémoire. Son auteur, Jean-Luc Roques, rapporte les résultats d’une étude très fine qu’il a menée dans la petite ville d’Uzès, auprès de la jeunesse. La pierre du pays joue ici le rôle du volcan pour Paris. Après avoir enquêté dans les différents quartiers, il observe que cet élément participe à la construction d’une mémoire urbaine. Il en distingue alors les formes. D’un côté, la pierre taillée, la vieille pierre, le métier de tailleur de pierre, l’habitat traditionnel etc. qui constituent le cœur des identités du « dedans » et du « nous », et de l’autre, toutes les formes d’exclusion et de déracinement qui alimentent le sentiment d’une « mise à distance » du centre urbain et de son passé historique. En somme, la ville est un ordre social qui structure la représentation du passé. Nous retrouvons là le principal argument de la thèse halbwachsienne.

14Nous avons par ailleurs réuni pour ce numéro trois articles centrés sur les temporalités. Le premier que nous devons à Jean Chesneaux, nous renseigne sur le rôle de la langue dans la structuration des représentations temporelles. Après avoir passé en revue une vingtaine de vocabulaires temporels appartenant à des langues très diverses (occidentales et non-occidentales), l’auteur montre que la tripartition du champ temporel (passé, présent, futur) se retrouve dans des sociétés tout à fait étrangères les unes aux autres. Il en tire une conclusion très stimulante pour de futures recherches. La construction d’un horizon temporel à trois dimensions fonctionnerait comme une matrice à l’intérieur de laquelle prendraient forme des identités linguistiques diverses qui permettent à chaque culture d’exprimer un rapport spécifique au temps. Le second texte que nous nous proposons est l’œuvre conjointe de Didier Demazière et Claude Dubar. Les auteurs se réfèrent à la notion de « régimes de temporalité », calquée sur le modèle « des régimes d’historicité » cher aux historiens, pour analyser le discours des jeunes sortis de l’école. Cette démarche les conduit à dégager quatre manières de vivre la relation au temps dans les 180 entretiens biographiques étudiés. Elles correspondent aux régimes utopique, passéiste, futuriste et présentiste. Le dernier texte nous est proposé par Mohamed Madoui. Il s’agit ici encore d’une enquête de terrain mais celle-ci a été réalisée en Algérie auprès de patrons de PME. L’objectif de l’auteur est d’étudier l’organisation du temps de l’employeur algérien dans un univers où se manifestent deux types de contraintes temporelles : le rythme de la production et les rituels religieux. Comme le remarque très justement l’auteur, cette confrontation entre le temps profane et le temps sacré nous ramène aux origines de la sociologie du temps. William Grossin en était l’un des meilleurs représentants. Nous lui dédions ce numéro.

Haut de page

Notes

1 William Grossin. Les temps de la vie quotidienne. Paris-La Haye, Mouton, 1974.

2 William Grossin. « L’influence des temps de travail industriels préparés sur la personnalité des ouvriers ». Journal de psychologie normale et pathologique, n°4, oct-déc. 1973, pp.409-425.

3 William Grossin. Des résignés aux gagnants. 40 cahiers de doléances sur le temps. Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1981.

4 William Grossin. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle. Toulouse, Octarès, 1996.

5 Temporalistes 1984 – 1991 (Tome 1, nos 1 à 16) et Temporalistes 1991 - 1995 (Tome 2, nos 17 à 31). Montpellier, Université Paul-Valéry, 1994 et 1996.

6 William Grossin. « Vers les expériences temporelles de groupe ? ». Temps Libre, n° 4, Hiver 1981,73, pp. 85-96.

7 Jean-Marc Ramos. « Les années temporalistes : vers une science des temps ? ». In G. de Terssac et D. -G. Tremblay (eds), Où va le temps de travail ? Toulouse, Octarès Éditions, 2000, pp. 259-269.

8 Jean-Marc Ramos, Sébastien Faure. « Le site des Temporalistes: bilan et perspectives ». Temporalités, n° 1 (Premiers Jalons), 1er semestre 2004, pp. 130-139.

9 William Grossin. J’ai connu le Moyen Age. Récit de vie:Enfance. Paris, L’Harmattan, 2004. Il envisageait de donner une suite à ce livre de souvenirs, « œuvre d’une mémoire intacte » m’avait-il écrit, qui devait aborder la période scolaire, puis la guerre.

10 François Mariot. Pelliculture américaine. 54 histoires persiflantes. Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991.

11 William Grossin. Un secret d’Etat-major. Pantin, Le Temps des Cerises, 2000. William Grossin. Square Rock. Pantin, Le Temps des Cerises, 2002. William Grossin. Deux barbus dont un faux frère. Pantin, Le Temps des Cerises, 2005

12 Les mémoires de William Grossin devaient compter plusieurs tomes (cf. note 9). Nous présentons un compte rendu du seul tome paru à ce jour (J’ai connu le Moyen-Âge) dans les notes de lecture que l’on trouvera à la fin de ce numéro.

13 Voici plus précisément l’argument de ce livre résumé par Gérard Namer, l’un des meilleurs spécialistes de l’œuvre de Maurice Halbwachs :« De quelle mémoire s’agit-il dans Les cadressociaux de la mémoire (1925) ? Essentiellement, d’une mémoire psychologique et d’une mémoire des faits. C’est avant tout une théorie psychologique, celle de Bergson, qu’il s’agit de combattre en établissant le caractère conscient et rationnel de la mise en mémoire et de l’expérience de commémoration. On se souvient de la thèse de Maurice Halbwachs dans les Cadres: la mémoire est une reconstruction du passé faite en fonction du présent. La notion centrale est donc bien dans ce livre celle qui est évoquée par le titre de « cadre social », puisqu’il s’agit du langage, de l’espace et du temps en tant qu’il sont les moyens utilisés par le sujet et par le groupe dans l’acte de mémoire » (Gérard Namer. « La mémoire culturelle chez Maurice Halbwachs ». L’Année sociologique, 1999, 49, n° 1 p. 224).

14 Maurice Halbwachs a consacré au psychologue Pierre Janet un texte rédigé probablement vers 1935. Il s’agit d’un compte rendu tardif de l’ouvrage intitulé L’évolution de la mémoire et de la notion de temps (Chahine, 1928). Dans ce compte rendu resté inachevé, Halbwachs cite le psychologue pour qui la socialité de la mémoire ne semble faire aucun doute. Voici le passage de Janet cité par Halbwachs : « D’abord, c’est un acte social. Ici, nous avons un peu d’embarras. Vous n’êtes pas habitués à appeler la mémoire un acte social. Les anciens psychologues nous décrivaient la mémoire immédiatement après la sensation et la perception. Monsieur Bergson admet ordinairement qu’un homme isolé a de la mémoire. Je ne suis pas de cet avis. Un homme seul n’a pas de mémoire et n’en a pas besoin… Le souvenir pour un homme isolé est inutile et Robinson dans son île n’a [p. 184] pas besoin de faire un journal. S’il fait un journal, c’est parce qu’il s’attend à retourner parmi les hommes. La mémoire est une fonction sociale au premier chef » (Maurice Halbwachs. « Critique de la théorie de P. Janet » (CARNETS, 1942) [texte inédit]. L’Année sociologique, 1999, 49, n° 1, p. 240).

15 Le rôle du pèlerinage dans la structuration et la transmission de la mémoire collective, est analysé dans le livre le moins connu de Maurice Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective (Paris, Alcan, 1941). Il s’agit sans doute de son texte le plus clair et le plus abouti sur la socialité de la mémoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Ramos, « IN MEMORIAM William Grossin (1914 – 2005) », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/395

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Ramos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page