Navigation – Plan du site
Mémoires et témoignages

Temps et souvenirs dans un Offizierlager de Poméranie (1940 - 1945)

William Grossin

Texte intégral

1Le présent article concerne une épreuve et en même temps une expérience de longue durée, vécues collectivement par trois mille officiers français pendant la guerre contre l’Allemagne et, personnellement, par l’auteur. S’y attachent des souvenirs conservés par des hommes réduits à la captivité dans un milieu clos. Aucun contact avec l’extérieur. Pas un être humain en vue au-delà des barbelés. Ces souvenirs n’ont jamais été recueillis, comparés, analysés, de manière systématique. Un tel travail ne présente pas, semble-t-il, un grand intérêt scientifique, même s’il se rapporte à des circonstances parfois tragiques. Mais ce n’est pas leur objet ou leur nature qui importent ici et retiennent notre attention. La vie quotidienne ordinaire des captifs éveilla, un temps, une certaine curiosité couverte par d’abondants récits, souvent redondants. Celle-ci se trouve depuis des décennies épuisée, satisfaite ou déçue. Il s’agit désormais d’une époque disparue dont les témoins se raréfient et qui verse dans les confins de l’Histoire. J’y reviens aujourd’hui, non pour tester des qualités de mémoire (objectivité, précision, exactitude) dans des conditions d’existence très particulières, car il est impossible de vérifier la réalité de faits (événements, anecdotes) survenus dans le cours indistinct des jours d’internement, mais pour différencier les temps intérieurs et extérieurs aux camps qui nous hébergèrent et leur relation à nos souvenirs, les miens plus précisément, mais ils ne diffèrent guère de ceux de mes compagnons. Ou plutôt, inversement, pour constater le désordre de ces souvenirs et l’absence de leur ancrage, même approximatif, sauf exception, au déroulement des cinq années de la guerre.

2Ce qui domine ici, ce qui constitue l’objet de cet article, c’est la perte de référence temporelle assurée, continue, stable, de caractère calendaire, sur une longue durée. Rien ne s’y substitue. Nous ne participons d’aucun temps décompté. Nous étions détachés de ceux du dehors. Nous n’en avions pas construits à l’intérieur de l’enceinte barbelée. Pas créés. Nous avons éprouvé, pour ainsi dire négativement, que le temps est une création, comme l’a écrit Bergson. Mais comment l’aurait-il été ? Le célèbre philosophe demeure imprécis sur la manière, les conditions et les développements de cette création. Nous avancerons l’hypothèse suivante : Le temps intérieur jalonné nous a manqué parce que notre communauté ne se connaissait aucune activité collective organisée, orientée, ayant un sens, aucun projet auquel l’ensemble de la population détenue aurait participé.

3Je constate que si les lieux de vie restent nets sous l’éclairage d’une rétrospective interrogative, la notion d’avant et d’après de deux événements successifs demeure toujours mal assurée ou très imprécise, et que je n’ai jamais pu les raccrocher, même approximativement et dès la libération, à un écoulement de temps chronologique de référence. Après avoir reconstitué sommairement les agencements de la vie quotidienne dans les deux camps fréquentés, je rappellerai quel fut, à l’époque, notre détachement des temps extérieurs à ces camps, et notamment de celui des opérations militaires. Puis le flottement d’un temps quotidien qui ne tressait rien. Il demeure aujourd’hui comme hier impossible d’ordonner les souvenirs dans un substrat temporel généralisé de quelque consistance.

4La méthode utilisée pour tenter ces rapprochements recourt à un exercice de mémoire qui demande ses ressources à l’introspection. On en connaît les inconvénients. La captivité créa des circonstances aggravantes. Elles réduisent à néant tout essai de vérification et de rajustement. Question de mesure. Toute étude qui confronte le temps et la mémoire dans les circonstances « normales » met cette dernière en accusation. Outre les inconvénients habituels de l’introspection : la grisaille, la sélectivité, les déformations, les oublis, la subjectivité, faut-il encore faire état des insuffisances de l’auteur qui, en raison de son grand âge, doute de lui-même.

Lieux de vie et temps de référence

5Nous avons connu deux camps, tous deux situés en Poméranie, l’Oflag II D à Gross Born et l’Oflag II B à Arnswalde (ou bien était-ce II B et II D ?). À Gross Born, nous avons été cantonnés sur la pente d’une colline sablonneuse, isolés dans trois parties séparées, puis réunies par la suite, probablement au printemps suivant. Mais peut-être dès l’automne. Nous logions dans des baraques en bois divisées en deux locaux sans communication commune, chacun abritant une quarantaine de captifs. Nous vivions dans l’espoir d’une libération rapide, liée à la victoire de l’Allemagne. Elle tardait cependant. Nous n’avions aucune information sur les opérations qui se déroulaient en Grèce et en Afrique. Il s’avéra que nous allions passer l’hiver dans les baraques, couchés dans des châlits à trois étages et chauffés par un poêle à bois. Peut-être eûmes-nous une dotation de charbon. La victoire des nazis s’avérant désormais moins rapide que le laissait augurer la conquête de la Pologne et la campagne de France, certains officiers envisagèrent des évasions. Ils creusèrent des tunnels. Le premier consacra le succès de quatre de nos camarades. Une autre évasion eut lieu alors que nous étions autorisés à une corvée de bois. Primordiale pour cuire des légumes. Elle connut également le succès. Le capitaine Bilotte, qui devint général, gagna Londres. Nous n’en sûmes rien. Un autre tunnel fut creusé en vue d’une évasion massive, mais les Allemands en furent prévenus. Ils dressèrent une souricière et tuèrent le premier fugitif qui passa le corps par le trou. Cet événement-là décida, me semble-t-il, de notre changement de camp. Un beau jour mais quand ? les Allemands nous transférèrent par chemin de fer dans les bâtiments d’une caserne allemande sise près de la ville d’Arnswalde.

6Cette évacuation qui eut lieu fin 1941 ou courant 1942 constitue pour nous un repère d’une grande importance car bon nombre de souvenirs se classent selon son avant et son après. Par exemple, la conférence que nous fit Paul Ricœur – captif parmi nous – sur Platon eut lieu à Gross Born, incontestablement. De même la conférence d’Hyvernaud. Mais quand ? à six mois ou à un an près et laquelle précéda l’autre, je ne saurais le dire. Quand mon voisin de lit mourut-il du typhus ? En 1942 vraisemblablement, mais durant l’hiver, l’été ou l’automne, je ne saurais le dire et pourtant je me suis trouvé le plus directement concerné. Je sais qu’une séance d’épouillage s’ensuivit à notre grand soulagement. Un seul événement, vécu à Gross Born, trouve confirmation, vérification et date précise. Des escadrilles d’avions passèrent en quantité dans le ciel de notre camp. Il n’était pas difficile d’en connaître la raison. Il s’agissait de l’appui aérien d’une grande offensive à l’Est. C’était le 21 juin 1941. Nous n’avons pas été témoins d’autres événements militaires. Je suis incapable de dire combien de temps dura la bataille de Stalingrad, sauf à l’avoir appris ultérieurement. En avons-nous connu les débuts à Arnswalde ou à Gross Born ? Nous étions à Arnswalde lors de la grande contre-offensive victorieuse des Soviétiques et de la capture du général Paulus. Donc, tous les épisodes suivants de la guerre se situent au cours de notre séjour à Arnswalde. Déduction plutôt que souvenir. Nous étions alors bien informés de leur réalité et de leur déroulement, car une équipe d’informateurs possédait un poste clandestin de radio. Mon ami Vladimir de Lipski, qui fut après la captivité traducteur des quatre langues de l’UNESCO puis directeur du département de traduction du FMI à Washington, établissait un bulletin que des émissaires venaient lire, le matin, dans les chambrées. Nous étions par conséquent mieux informés que les Allemands eux-mêmes, et bien d’autres populations, des opérations de la guerre : offensives victorieuses, manœuvres en retraite et contre-offensives. Nous supputions des progrès qui s’avéraient lents au regard d’une espérance impatiente. Rien ne changeait notre condition. Si bien que les nouvelles flottaient dans la monotonie des jours sans aucune dimension.

7L’on observera que dans la vie courante ordinaire, au sein d’une population policée, les souvenirs personnels, familiaux, locaux, ne sont pas exempts d’imprécision, de chevauchements, de conflits d’antériorité. Les enquêtes de police suspectent les témoignages et les procédures d’instruction sages récusent ceux qui datent. Mais il n’existe aucune mesure d’échelle entre les évocations, les récits, les rapports de la vie courante ça et là erronés, et le fatras, le conglomérat, les enchevêtrements, le méli-mélo de souvenirs qui flottent dans les temps non identifiés des cinq années de captivité. Pourtant, il n’était pas impossible de noter, de dater certains événements marquants, par exemple le tir d’une sentinelle qui blessa l’un de nos camarades ayant passé le bras pour récupérer un ballon au-delà d’un barbelé interdit, ou la découverte d’un tunnel qu’une équipe avait creusé dans les caves bétonnées de notre prison d’Arnswalde. Il faut alors rechercher la raison profonde de notre emmurement temporel. Je suis tenté de la trouver dans le refus obstiné d’un enregistrement de la durée. Celle des autres. Nous refusions de la reconnaître. Ainsi nous contribuions à renforcer notre isolement.

Le quotidien

8Lors de notre arrivée dans notre espace concentrationnaire, nous étions étrangers les uns aux autres, sauf parfois deux ou trois camarades qui appartenaient à la même unité. Les premiers à se reconnaître et à se concerter furent les aumôniers, lesquels très vite exercèrent sur le camp une discrète autorité morale. L’abbé Sochal, par exemple, s’occupa d’un théâtre et l’on joua « Le soulier de satin » de Claudel plutôt que le « Tartuffe » de Molière. Un très petit groupe épousa ouvertement l’esprit de la collaboration après la rencontre d’Hitler et du Maréchal Pétain à Montoire. Il ne fut pas désavoué. Cependant la presque totalité des officiers ne cessèrent d’éprouver tous les degrés d’inimitié à l’égard de l’ennemi, cela sans aucune manifestation collective. Nos gardiens n’auraient pas toléré quelque structuration d’ensemble, hiérarchisée, de notre camp, cela se conçoit.

9Nous étions tous prisonniers au même titre, sauf un chef de chambrée – le plus ancien dans le grade le plus élevé – et le doyen du camp (Der Älteste), mieux installé à Arnswalde qu’à Gross Born. Il se considérait comme notre porte-parole et il veillait au respect de la Convention de Genève. Les jours se sont écoulés tous semblables les uns aux autres, sans aucune obligation que notre présence aux appels. Nous y étions regroupés en colonnes par cinq, par chambrée et par « Block » (un pour chaque bâtiment), le matin, et très souvent, en plus, l’après midi. La durée des appels variait selon qu’il fallait ou non corriger les erreurs commises par ceux qui nous dénombraient ou selon l’humeur de nos gardiens, officiers retranchés des combats. Les appels duraient ordinairement un quart d’heure, parfois une demi-heure, exceptionnellement deux heures et plus. Il s’agissait alors de représailles pour des motifs que nous supposions (Une suite de défaites militaires ?). Nous demeurions immobiles, en rangs, endurant la brimade assez sévère dans notre état de faiblesse physique et par temps de gel. Nous nous trouvions contraints à une totale passivité, sans autre assignation collective. Un modus vivendi s’est établi très tôt, à la satisfaction des geôliers comme des prisonniers. Les jours des années de captivité et les années elles-mêmes se ressemblent au point de se confondre totalement.

10La monotonie d’un séjour réglé par un mode de vie qui se reconduit quotidiennement caractérise le régime carcéral, celui de certains ordres monastiques et celui de maison de cure. Thomas Mann l’a fort bien saisie. « De grands espaces de temps, lorsque leur cours est d’une monotonie ininterrompue se recroquevillent dans une mesure qui effraie mortellement le cœur ; lorsqu’un jour est pareil à tous, ils ne sont tous qu’un seul jour… L’habitude est une somnolence ou tout au moins un affaiblissement de la conscience du temps ». (La montagne magique. Paris, Arthème Fayard, 1931, p. 158). Notre temps quotidien se différenciait de celui des prisonniers ordinaires, car il n’était assorti d’aucun terme. Alors que le condamné de droit commun sait que son emprisonnement durera tant de mois ou tant d’années et peut compter le temps qui lui reste « à  faire », nous n’avions que des idées fausses sur la durée de la captivité. Alors que le temps des phtisiques de La montagne magique débouche sur une détresse, le nôtre fleurissait d’espoir. Cet espoir-là rétrécissait jusqu’à l’invraisemblance la durée escomptée de notre séjour au camp, au demeurant très pénible. Cette libération rapide était liée, au début, à la victoire éclair de l’Allemagne. Nous l’attendions tous ardemment sans la souhaiter. Attitude inconfortable. La joie de revenir en France n’aurait pas effacé l’humiliation de la défaite. En attendant nous nous trouvions comme des épaves sur les flots, jouets d’une fatalité, incapables d’influencer notre destin. Or la guerre se prolongea. Nous vécûmes une adjonction de périodes déçues les unes aux autres, de semaines ajoutées aux semaines, de mois aux mois, d’années aux années qui se recouvraient sans constituer une succession. Nous ne pouvions planifier le temps à venir, incertain. Interrogé, le présent était ressenti comme subi. Pesant. Long. Nous ne comptions pas de manière précise, habituelle et fréquente le temps qui passait. Il aurait fallu en tenir un compte, l’enregistrer, en caractériser des moments. Ce que personne n’a fait. Aucun diariste parmi nous.

11Lorsque je fus condamné, pour avoir mal répondu à un Gefreiter, à quinze jours de cellule – la petite prison à côté de la grande, destinée à des soldats allemands punis qui furent un moment mes co-détenus – je traçai sur le mur le compte de mes jours d’emprisonnement au fur et à mesure de leur passage. Image bien connue des bâtons. Aucun graphisme de ce genre dans le camp. Nous pouvions nous établir des repères. Ils dépérissaient, ils s’effaçaient dans la déploration des jours, des innombrables jours écoulés. Ils ne servaient à rien pour évaluer notre date de libération. La lancinante épreuve a perverti tout jugement de valeur relatif à un temps comptabilisé. Nous ne nous fondions pas sur des opérations militaires, bien qu’étant capables d’appréciations techniques sur la durée des opérations en cours.

12Au temps dur de mon isolement cellulaire succéda le temps mou, mollifiant, de la routine collective retrouvée. Il ne nous était pas impossible de décompter les jours et les semaines. Nous ne le faisions pas. Certes les correspondances avec la famille (deux lettres et deux cartes par mois, deux étiquettes pour des colis de nourriture par mois) se sont avérées très irrégulières. Les retards étaient mal définis, mal perçus ; parce que nous n’avions pas retenu la date des envois. S’ils se prolongeaient ils ne provoquaient que des impatiences modérées. Autre aspect de notre victimisation. Chroniquement affamés, nous avions constitué des réserves tampon sous l’autorité collective des popotes, pour affronter le pire. Ces popotes s’abonnèrent au journal local : Die Pommersche Zeitung et à l’hebdomadaire Die Zeit, non pour être informés des faits de la guerre, puisque nous les connaissions mieux que personne, mais pour nous gausser de la propagande du régime. Et surtout pour réduire ces journaux en petites boulettes de papier, combustible idéal qui alimentait d’ingénieux réchauds, confectionnés avec des boîtes de conserves, afin de cuire des aliments : riz, pâtes, haricots, lentilles… Peu nous importait le quantième du mois et le nom du jour de la semaine. Lundi, vendredi ou dimanche, ils se ressemblaient tous. Les prêtres disaient la messe pour moins d’une centaine de fidèles. Certains d’entre eux la manquaient. Ils demeuraient dans leur chambrée, faute d’avoir identifié le jour du Seigneur.

Dispersion et vanité des occupations

13À Arnswalde, nous vivions à seize dans un espace d’environ cinquante mètres carrés, un châlit pour deux, trois ou quatre placards, deux tables, bancs et tabourets. Nous allions prendre le repas de midi, toujours le même, dans un réfectoire, en ordre dispersé, et chaque popote organisait les deux autres collations, celle du soir et du matin. Chacun taillait son pain à son goût dans sa portion tirée au sort, accompagnée d’invariables compléments délivrés chichement par l’intendance allemande (margarine, Wurst, mélasse) et les suppléments plus substantiels et ragoûtants fournis par les colis de la popote. Nous n’avons jamais tenu de repas en commun dans cette chambrée. Il n’y avait cependant pas de mésentente.

14Les uns lisaient des livres prêtés par une bibliothèque que certains amateurs avaient constituée. D’autres jouaient au bridge. Quelques stratèges discutaient des opérations militaires. D’autres préparaient des concours, mollement, sans acharnement, pas convaincus de s’y présenter. Personnellement j’étudiais l’économie politique, je perfectionnais mes connaissances en Allemand et en Espagnol et je préparais le concours de l’inspection du travail. Un sculpteur poussait ses gouges ou les frappait pour arracher des têtes de Christ avec couronne d’épines à une planchette de bois tendre. Nous comptions dans cette chambrée un être exceptionnel, un capitaine d’active, le seul connu qui envisageât une captivité de plusieurs années. Il s’était mis en tête d’étudier le japonais. Il avait appris qu’il n’y avait de bonne méthode pour ce faire qu’en langue anglaise, et donc il avait décidé de consacrer un an à étudier l’Anglais. Minime investissement, disait-il. Nous le tenions pour un peu dérangé, réfugié dans la longue durée aléatoire, esprit irréaliste. Cependant, il a eu raison contre nous tous.

15Nous entretenions une vision tendre du passé. Les motifs d’inquiétude ne nous manquaient pas. Ils différaient évidemment pour les uns, pour les autres. Nous n’étions guère portés aux confidences. Là aussi nous éprouvions le sentiment de notre impuissance, de notre mise à l’écart. Un fossé se creusait à la longue, parce que nous étions fatigués d’opérer des rapprochements dans la même contemporanéité. Nous pensions évidemment à notre retour sans oser nous en faire de représentation précise. On verra bien ! Nous sentions qu’à force de n’avoir rien à décider nous perdions confiance en nous, ce qui s’avéra au delà de nos craintes. Le temps de la captivité nous a « lessivés ».

16Notre faim influençait les évocations du passé et les visions de l’avenir. Nous ne pouvions entreprendre aucun rappel de souvenirs sans que la conversation n’achoppât sur l’excellence alimentaire d’un mets, une préparation culinaire, un repas de fête ou la meilleure manière de déguster un plat. Certains d’entre nous se regroupaient dans le camp pour prendre note des meilleurs restaurants de Paris, près d’un cadre commercial qui en connaissait une quantité. D’autres collectionnaient des recettes de cuisine. De même manière nous nous proposions des agapes au lendemain de notre libération. Une grosse nourriture abondante. Cette représentation obligée, très sélective, tenait à l’état de nos tripes. Moins évidente pour le présent cette même influence s’exerçait. Plus discrètement. Nous n’allions pas nous en entretenir longuement avec le voisin, aussi éprouvé que n’importe lequel d’entre nous. Inutile alors de l’actualiser et donc de la renforcer.

17Nous n’avons pas été tourmentés par la précarité de notre condition de prisonniers, alors que nous aurions dû l’être. Elle ne créait pas d’angoisse. En réfléchissant nous nous savions bien comptabilisés comme monnaie d’échange, comme élément de marchandage. Nous survivions aux mains de l’ennemi en tant qu’otages éventuels, sans cependant être ouvertement menacés. Pourtant, certain jour, un officier allemand de passage à l’intérieur du camp, ce qui était inhabituel, avisa l’un de nos camarades dont l’attitude ne lui convenait pas, sortit son revolver et le braqua sur son vis-à-vis, les traits de la colère sur son visage et le sang à fleur de peau. Finalement il rengaina. Cette circonstance nous rappela que nous nous trouvions sans garantie assurée de survie et sans recours, aux mains de nos ennemis lesquels avaient constamment pouvoir de vie et de mort sur nous. Le temps routinier reconduit, flottant, nous masquait notre situation de dépendance. Nous la perdions de vue.

18Je tiens notre distanciation du temps extérieur et notre incapacité à construire un temps intérieur à deux circonstances matérielles dominantes. D’abord à cette faim de tous les instants qui loin d’aviver le jugement en émoussait au contraire l’acuité. Elle ne voulait écouter qu’elle même. Sa présence diffuse et constante nous centrait sur notre être physique et mental. Elle nous éloignait du monde en lutte duquel dépendaient notre restauration présente et notre libération future. Nous acquérions des dispositions de troupeau. L’autre raison, celle de la destruction d’un suivi du temps à l’intérieur du camp, tenait à l’incapacité d’une activité collective orientée, progressive et mobilisatrice, correspondant à un projet de quelque envergure. Le repli de chacun sur soi condamnait toute expansivité, toute participation d’ensemble de quelque importance. Attitude aggravée au fur et à mesure que notre séjour se prolongea. Le théâtre de Gross Born ne survécut pas à notre transfèrement. L’un de nous, bien placé dans l’industrie cinématographique, fit venir des films de France et obtint l’autorisation de les projeter. Nous avons assisté à ces spectacles qui faisaient diversion. Mais alors que le théâtre suscitait toutes sortes d’activités : décor, costumes, répétitions, accessoires, éclairages, machinerie, le cinéma n’exigeait qu’une présence passive. Voilà le maître mot de notre condition, la passivité, négatrice de toute construction, de toute production temporelle.

Passé sous silence

19Après Stalingrad, il nous apparut que la date de notre libération dépendrait de la vitesse de progression des armées soviétiques. Nous cultivions, là encore, beaucoup trop d’optimisme. Même erreur après le débarquement des troupes alliées. Nous restions enlisés dans une attente qui décevait les pronostics. Nous augurions la défaite de l’Allemagne sans pour autant que nous ayons meilleure idée de l’étendue des mois qui passaient. Rien ne changeait à notre condition, rien à nos perceptions. Cependant le climat politique du camp se modifia. Tout comme les aumôniers s’étaient rencontrés lors de la défaite, des communistes se reconnurent à la faveur des succès des troupes soviétiques. Après le débarquement ils contribuèrent à la création d’un groupe « Liberté », ouvertement acquis à De Gaulle, sans cependant enrôler beaucoup d’activistes. Nous étions contents de la tournure que prenaient les combats, mais relativement amorphes, par continuité. La situation nous commandait la prudence : qu’est-ce que les Allemands feraient de nous quand les Russes s’approcheraient de nos barbelés. Une équipe de stratèges envisageait que nous aurions à résister et préconisait des initiatives interventionnistes. Agitation inhabituelle sans suite. Stupide.

20Quand les troupes soviétiques se trouvèrent à deux étapes de notre camp, les autorités allemandes décidèrent de nous évacuer vers l’Ouest, à pied et dans la neige. Nous avons renoué avec le calendrier à cette époque. C’était au début de janvier 1945. Notre colonne de route s’échelonna, très faiblement encadrée, sans énergie, sans ressort. Je me trouvais en assez bonne condition et faussai compagnie à nos camarades au soir de la deuxième étape, à l’entrée de la petite ville de Pyritz. Là commença une équipée personnelle, pleine de péripéties, de pérégrinations, d’audaces (folles). Je conserve cinquante fois (non ce n’est pas exagéré) plus de souvenirs de ces quelques semaines d’évasion, civil clandestin parmi la population allemande, principalement à Stettin, que dans les quarante mois passés préalablement dans les camps. Chaque journée, je vivais de nouvelles aventures. Je n’avais aucune appréciation juste des dangers que je courais. Je me sentais invulnérable. La guerre et ses projectiles ne me concernaient pas. Aujourd’hui la dimension et la couleur de ma captivité se polarisent sur ce temps là où il s’est passé tant de choses cocasses et périlleuses. Un temps élargi. Alors que les années dans le camp se recouvrent d’un nuage d’oubli.

21Au retour, nous reprîmes contact avec des gens et des choses vieillis qui mesuraient la durée de notre absence, ce qui nous blessait. Passé le verre de vin rouge qui nous accueillit nous primes vite le parti de nous taire. Les associations de prisonniers de guerre périclitèrent peu à peu, assez rapidement. Elles ne durèrent que ratatinées sur elles-mêmes, puis se desséchèrent. Le petit bout de fil de fer barbelé qui ornait la boutonnière de quelques-uns d’entre nous perdit valeur d’insigne. Il ne nous désignait pas à notre avantage. Nous n’avions pas à nous prévaloir de cinq années passées dans les camps. Les plus perspicaces, les plus susceptibles d’entre-nous restèrent plus ou moins à l’écart d’une vie qui s’était poursuivie sans eux. Certes, rien ne fut dit ouvertement à ma connaissance. Nos concitoyens retrouvés nous ont réinstallés. Nous avons retrouvé famille et profession. Cependant, ils ont estimé que nous avions vécu « à l’abri » les années terribles. Nous n’avions pas connu les dangers de l’occupation. Ceux des représailles, des destructions, des bombardements. Nous n’avions pas participé de manière ou d’autre à la Résistance. Bref nous avons été muettement considérés comme des veinards.

22Il n’a pas été difficile de nous taire. Nous n’avions pas grand chose à dire. Ces années de camp sont nulles et non avenues. Elles représentent une sorte de passage en blanc, retiré de notre passé. Les temps des camps qui nous manquaient quand nous étions parqués derrière les barbelés n’existent pas dans nos souvenirs. Longs à vivre, à subir, et pour ainsi dire suspendus, ils se sont évanouis. Nous ne les évoquons pas facilement, même entre nous. Il s’agit d’une période perdue de notre existence, sans dimension. Et le sentiment de cette perte a lui-même disparu. Les souffrances que nous avons supportées, notamment cette faim de tous les instants, ne laissent qu’une empreinte affaiblie, rarement rappelée. Ainsi la mémoire élargit-elle ou rétrécit-elle le temps dans le champ immense du passé, et même le réduit à rien lorsque nous nous trouvons écartés de toute participation à la vie collective et à ses œuvres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Grossin, « Temps et souvenirs dans un Offizierlager de Poméranie (1940 - 1945) », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/397 ; DOI : 10.4000/temporalites.397

Haut de page

Auteur

William Grossin

Fondateur du bulletin Temporalistes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page