Navigation – Plan du site
Mémoires et témoignages

Représentations du régime de Vichy ou « se souvenir de ne pas oublier »

Representations of the France of Vichy: « Remembering Not to Forget »
Jean Viaud

Résumés

Parmi les différentes manières de concevoir la mémoire collective, celle-ci peut être envisagée comme une re-présentation du passé ou une représentation sociale de l’histoire (Viaud, 2003). Il s’agit alors de rendre compte des représentations de sens commun portant sur le passé en mettant en évidence les logiques de connaissance qui leur sont sous-jacentes (Moscovici, 1976 ; Bourdieu, 1997). Deux études par questionnaires portant sur la période de Vichy utilisant des associations de mots, des exercices visant à appréhender les connaissances historiques et différentes échelles d’opinion sur le « devoir de mémoire », ont été réalisées auprès d’une population tout venant d’une part et d’étudiants en psychologie d’autre part. Les résultats montrent que les représentations sont construites à partir de : 1) une relative pauvreté des connaissances historiques, 2) une centration sur quelques personnages, lieux et événements, 3) l’organisation à partir d’un lieu commun opposant les deux France, et 4) l’inscription déontique du souvenir. Ces résultats permettent de penser que ce lieu commun est doublé par des références axiologiques opposant le bien et le mal, ramenant les représentations de la période à la seule forme déontique de la mémoire : « se souvenir de ne pas oublier ». Enfin, la valeur exemplaire de cette représentation sera interrogée en tant qu’elle constitue une protection efficace de la répétition qu’elle est censée prévenir. C’est finalement la question de la fidélité au passé qui sera mise en rapport avec la transmission de la mémoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Si l’on suit Rousso (1987), ce sont les années 1970 qui marquent l’entrée dans la réactivation des (...)

1Après être entrée dans l’« ère de la commémoration » (Nora, 1992), la société française vit certains des rapports avec son passé dans le registre du « devoir de mémoire ». Les derniers grands conflits qu’elle a connus, Première et Seconde Guerre mondiales et, plus récemment, guerre d’indépendance de l’Algérie, affirment leur présence et justifient leur actualité à partir du caractère déontique du souvenir. En particulier, durant les quinze dernières années, le gouvernement de Vichy a régulièrement fait l’objet de débats et de publications comme si la période, au demeurant bien connue des historiens (Azéma & Wieviorka, 2000), comportait toujours une part d’inconnu que le « devoir de mémoire » s’emploierait à mettre au jour et à conserver1.

2Ainsi, participant de cette injonction récursive et alimentant en faits « nouveaux » ces débats, les derniers procès des acteurs de la période, ceux de Barbie (Jodelet, 1992), Touvier, Bousquet ou Papon, se sont tenus ou devaient se tenir. C’est également durant cette période que le président de la République, Jacques Chirac, est intervenu à l’occasion de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv pour reconnaître le régime de Vichy comme partie prenante de l’histoire de la France. Soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la préoccupation de la mémoire de sens commun concernant la période de Vichy et les crimes qui y furent commis est au cœur du devoir de mémoire, comme si la raréfaction des acteurs de la période faisait craindre la disparition du souvenir.

3Les résultats de deux études exposés dans cet article se proposent d’examiner des états de la mémoire collective de la période. En particulier, il s’agira de répondre à la question de savoir si la mémoire de cette période est ou non constituée à partir d’un savoir produit par l’histoire et, plus généralement, de rendre compte des logiques de connaissance à l’œuvre dans les représentations de la période. Finalement, la question qui se posera et qui est sous-jacente à l’injonction du souvenir, est celle de la fidélité au passé et de la transmission de la mémoire.

Histoire, mémoire et sens commun

Représentations sociales et mémoire collective

4Aborder cette étude impose tout d’abord de préciser dans quel sens la mémoire collective sera considérée. Dans un travail précédent, nous avons montré que le cadre théorique des représentations sociales était, dans sa problématique générale comme dans ses attendus spécifiques, adéquat pour faire cette étude (Viaud, 2003).

5Le rapprochement de la mémoire collective et des représentations sociales peut, en effet, être envisagé dans le cadre d’une problématique générale du lien social et de la construction symbolique de la réalité. À ce titre, les principales caractéristiques qui fondent le rapprochement de ces deux phénomènes reposent sur plusieurs caractéristiques communes dont, en premier lieu, le rôle joué par les communications ordinaires dans leur genèse et dans leur diffusion. Ainsi, les représentations sociales sont créées et actualisées lors des interactions sociales courantes et, certains travaux sur la mémoire, comme ceux de Middleton et Edwards (1990), leur accordent, au travers de la conversation, une place tout aussi prépondérante. Une autre caractéristique communément partagée concerne le rôle des appartenances groupales dans la détermination des contenus mémoriels et ceux des représentations. Halbwachs (1925/1994) soulignait, par exemple dans son analyse des rapports de la mémoire et de la famille, que les souvenirs sont constitués en rapport avec les interactions, les normes et les valeurs des groupes sociaux auxquels l’individu appartient. D’autres travaux comme ceux de Conway (1997) ou ceux de Schuman, Belli et Bischoping (1990) insistent, à la suite des propositions de Mannheim (1928/1990), sur la différenciation des mémoires selon les générations, c’est-à-dire selon des groupes d’âge ou cohortes. Une même importance des appartenances groupales est affirmée pour les représentations sociales puisque ces dernières sont une manière pour un groupe, partant pour chacun de ses membres, d’affirmer son identité (Jodelet, 1984). La dernière caractéristique générale partagée a trait au rôle du langage ordinaire, par opposition à la langue scientifique, dans la construction de réalités symboliques (Haas & Jodelet, 1999).

6Cependant, au-delà de ces caractéristiques communes relativement générales, il est possible de préciser les relations entre les représentations sociales telles que Moscovici (1976) les a formalisées et la mémoire collective, et ce d’au moins trois façons différentes.

  • 2 Selon Moscovici, les thêmata correspondent à des «[…] idées-sources opérant l’engendrement d’axioma (...)

7Tout d’abord, conformément à la tradition philosophique grecque (Ricœur, 2000), la mémoire constitue une re-présentation de l’absence, c’est-à-dire du passé. Les représentations sociales ont été conçues par Moscovici à partir de deux régimes d’historicité différents. Le premier régime, présent dès les travaux sur la psychanalyse, est signifié par le processus d’ancrage qui rend compte de l’actualisation dans les représentations sociales d’éléments du passé. Le second régime d’historicité, comparable à la longue durée des historiens, est introduit en 1993 par le concept de thêma2 (Moscovici, 1993 ; Moscovici & Vignaux, 1994). Ces deux régimes d’historicité visent à faire tenir, dans une tension théorique aux limites, puisqu’il s’agit de concilier des dynamiques de constitution ici et maintenant avec des sortes d’archétypes, l’articulation entre pensée et mémoire.

8La deuxième relation entre les représentations sociales et le passé est réalisée en considérant le passé à partir des produits de l’histoire. Il s’agit alors, à l’instar du travail réalisé dans l’étude sur la psychanalyse, de considérer la résurgence du passé à partir de la formalisation et du travail produit par les historiens. En somme, l’étude des représentations sociales du passé vise à rendre compte de la socialisation de la science historique dans le sens commun. Certains travaux actuels, comme ceux de Clemence (2002) par exemple, s’inscrivent explicitement dans cette perspective, d’autres également la suivent (Deschamps, Paez & Pennebaker, 2001). Les propositions d’Halbwachs (1950/1997) rejoignent cette approche des représentations sociales puisque, selon lui, la mémoire historique, comprendre l’histoire, fournit aux individus des repères sous la forme de dates, de personnages ou d’événements leur permettant de soutenir leur mémoire du passé.

9En plus de ces deux perspectives, une troisième, que nous ne développerons pas ici (voir Viaud, 2002 & 2003), concerne les pratiques sociales de la mémoire que mettent en œuvre certains groupes sociaux pour se faire reconnaître au travers de la mise en forme de leur passé. Fraïssé (2003) a ainsi montré que la mise en forme de la mémoire collective des homosexuels constituait un moyen de légitimation de l’existence de cette minorité. Le passé est alors, en quelque sorte, mis à contribution, pour appuyer les droits et revendications actuelles des groupes minoritaires. Ces mises en forme de la mémoire constituent une manière de faire face à la position assignée par les groupes dominants en extirpant de l’oubli cette histoire, dont la négligence de l’étude avait pour effet de conforter les positions de chacun.

10En prenant comme objet d’étude une période historique comme celle de Vichy, les deux premières perspectives présentées peuvent fournir un cadre théorique à l’analyse de la mémoire collective. La première vise à saisir la manière dont le sens commun s’emploie à saisir les événements du passé, c’est-à-dire est en mesure de se représenter ce qui a été (et qui n’est plus), l’autre vise à appréhender comment le sens commun s’approprie les discours scientifiques ou scolastiques, au sens de Bourdieu (1997), sur le passé.

Objectifs des études A et B

11Relativement à cet objet historique, le premier objectif des deux études réalisées vise à mettre en évidence les logiques de connaissance différenciées à l’œuvre dans les représentations du passé. La première enquête, dite A, se proposait de rendre compte, dans la même étude, des logiques de connaissance scolastiques et des logiques ressortissant au sens commun lui-même, ou telles que nous les avons dénommées par la suite, des logiques doxiques. Ainsi, l’étude visait à rendre compte des effets de la diffusion des produits de l’histoire en tant, d’une part, qu’ils permettent l’organisation des souvenirs en fournissant des repères de type chronologique (dates, personnages ou événements) et, d’autre part, selon une perspective épistémologique différente de l’histoire, où celle-ci est considérée en tant qu’elle fournit une représentation générale et savante du passé.

12Dans cette première partie de l’étude, les logiques scolastiques de la connaissance historique servent ainsi de point de référence à partir duquel le savoir de sens commun est étudié. Dans une seconde partie, il s’est agi d’étudier les logiques de connaissance doxiques prises pour elles-mêmes et d’examiner les discours des individus interrogés en tant qu’ils relèvent de lieux communs dont un principe organisateur pourrait rendre compte (Doise, 1990). Cette étude, menée selon deux points de vue différents, devrait montrer la spécificité des discours produits par des logiques de connaissance différenciées, et partant, l’incidence du point du vue pris sur l’objet par le chercheur sur les discours obtenus auprès d’individus interrogés sur le passé.

13La seconde enquête, dite B, visait deux objectifs distincts et complémentaires avec l’enquête A. Le premier consistait à confirmer la faible incidence des logiques de connaissance scolastiques dans les représentations de sens commun produites par des individus dont l’inculcation scolaire concernant la période est pourtant récente. L’étude a, en effet, été conduite auprès de jeunes étudiants dont les programmes d’histoire, l’année précédant l’étude, comportent des développements sur cette période du passé.

14Le second objectif, une fois les représentations sociales de la période mises au jour, consistait à étudier de manière plus fine la logique doxique à l’œuvre dans ces représentations. De sorte que, dans le cas des représentations de la période de Vichy, que le sens commun associe fortement au « devoir de mémoire », les représentations seront analysées en relation avec cette prescription.

Présentation générale des deux études

Échantillons

  • 3 Les personnes les plus âgées, hormis lorsque l’ancienne profession n’était pas indiquée, ont été ca (...)

15Dans l’étude A, 164 individus ont répondu à un questionnaire. L’étude a été réalisée au cours du premier trimestre de 1998 à Paris. L’échantillon est de type tout venant, comportant à une unité près autant d’hommes que de femmes. L’âge moyen est de 36 ans 8 mois, avec un écart-type de 16 ans et 8 mois. L’âge des individus interrogés varie de 18 ans pour le plus jeune à 88 ans pour le plus âgé. Cette diversité est catégorisée pour la suite des analyses en 5 classes d’âge dont la première correspond aux individus en cours d’étude (18-25 ans, 27,44 %) et la dernière aux personnes nées pendant la Seconde Guerre mondiale ou avant (55 ans et plus, 17,69 %). Du point de vue des métiers exercés, hormis les inactifs dont les étudiants constituent la plus grande part (25,81 %), les répondants appartiennent à la catégorie des cadres (27,10 %), des professions intermédiaires (23,23 %), des employés (23,23 %) et des ouvriers (6,45 %)3. Aucun agriculteur, et pour cause, ne fait partie de l’échantillon.

  • 4 Je remercie Audrey Vernet qui a procédé au recueil des données.

16L’étude B a été réalisée auprès d’étudiants en première année de psychologie de l’Université de Bretagne occidentale (Brest), en mars 2005, et comporte 64 individus, qui sont, à deux exceptions près, tous des femmes4. L’âge moyen est de 20 ans, avec un écart-type de 1 an et 6 mois. La passation de ce questionnaire a été réalisée collectivement durant un enseignement.

Questionnaires

17L’enquête A comportait différentes questions permettant d’appréhender les représentations que les personnes interrogées se faisaient de cette période. Le questionnaire précisait, dans la consigne introductive, que l’« enquête vis[ait] à connaître la façon dont des personnes se souviennent et conçoivent la Seconde Guerre mondiale en France ». Parmi les différentes questions posées, la première était une question d’évocation, comportant comme mot-inducteur celui de « Vichy ». Les répondants pouvaient indiquer au plus dix mots ou expressions relativement à cet objet. Suivaient différentes autres demandes d’associations qui ne seront pas traitées dans le cadre de cet article.

18Les données ont été soumises à une analyse du lexique selon la méthode Alceste (Reinert, 1986 ; Ramos & Reinert, 2004), propre à pouvoir mettre en évidence des classes thématiques d’association, et partant, les catégories disponibles socialement ou, autrement dit, les lieux communs permettant aux individus de construire un discours relativement à cet objet. Trois autres séries de questions, l’une visant à appréhender les connaissances historiques de la période, une autre à étudier la projection géographique de certaines connaissances historiques, et la dernière à examiner la conception du passé à laquelle les répondants adhéraient, ont également été posées aux individus interrogés. Ces différentes questions seront évoquées au moment opportun.

19Dans l’étude B, une question d’évocation introduisait le questionnaire avec un mot-inducteur quelque peu différent permettant d’éviter potentiellement certaines associations sans rapport avec les faits relatifs à la période considérée. Les répondants étaient prévenus que l’étude portait sur la « mémoire du régime de Vichy » et le mot-inducteur proposé était celui de « régime de Vichy ». De même, dix associations étaient sollicitées. À la suite, un inventaire des connaissances historiques (dates, personnages et événements) était réalisé et différentes autres questions relatives au « devoir de mémoire » étaient également soumises aux répondants.

Enquête A : savoir de sens commun et logiques de la connaissance Le savoir historique

20Les questions relatives aux connaissances sur la période ont été étudiées, dans les deux enquêtes, par des questions ouvertes demandant aux répondants d’« indiquer les éléments historiques les plus importants qu[’ils] ret[iennent] de la période de Vichy (personnages, dates, événements, etc.) » (étude A) ou, dans l’étude B, de répondre à deux questions, l’une demandant  événements avec, dans la mesure du possible, les dates associées, puis 5 personnages.

21Compte tenu des consignes qui correspondent à une conception événementielle de l’histoire, celle à laquelle adhérait Halbwachs et qui a, d’ailleurs, traversé nombre de manuels scolaires, le codage des réponses est effectué par l’addition du nombre d’éléments dans puis de chacune des trois catégories. Dans l’enquête A, n’ont été retenus que les éléments se rapportant à la période de Vichy, c’est-à-dire se produisant sur le territoire métropolitain de 1940 à 1945, excluant des événements de portée générale sur la guerre ou non datés tels que « armée allemande », « France divisée entre collabos et résistants » ou « collaboration ». Cependant, un élément comme « 1940, le gouvernement de Vichy engage une politique de collaboration pensant qu’elle peut protéger le pays des rigueurs ennemies » est codé au titre des événements et des dates.

Tableau 1 Distribution des répondants « tout venant » selon le niveau de connaissance catégorisé

Niveau de connaissance

Effectif

%

0 élément cité

33

20,12

Bas (de 1 à 5)

85

51,83

Moyen (de 6 à 10)

31

18,90

Élevé (de 11 à 21)

15

9,15

Total

164

100

22Comme le montre le tableau 1, les connaissances que les personnes interrogées sont en mesure de citer sur demande, sont faibles. En cumulant ceux qui n’ont été en mesure de ne mentionner aucune connaissance et ceux qui en ont cité au plus 5, presque 72 % des individus sont concernés. Le nombre moyen (m) de connaissances produites par individu est de 4,10 avec un écart-type (s = 4,11) indiquant une grande disparité du nombre de réponses citées. L’examen de la répartition des connaissances selon la catégorie montre que les personnes interrogées citent en moyenne 1,96 événement (s = 2,38), 1,53 personnage (s = 1,43) et moins d’une date (m = 0,61, s = 1,18). Il est un fait que si les personnes interrogées sont en mesure d’évoquer Vichy, les éléments constitutifs de leurs discours et, partant, de leurs représentations, ne semblent pas relever directement de l’univers des discours savants sur la période. En un mot, les connaissances utilisées par les individus ne sont pas, à titre principal, historiques. En outre, les niveaux de connaissance ne sont pas significativement différents selon les groupes d’âge ni selon les groupes professionnels.

  • 5 Le codage des réponses a été effectué à partir d’une trame placée sur la carte délimitant des surfa (...)

23Pour compléter cette approche du savoir historique, nous avons proposé aux individus interrogés d’indiquer sous une autre forme les connaissances dont ils pouvaient disposer relativement à la période. L’exercice consistait, en proposant aux répondants une carte de France sur laquelle n’étaient figurés que les principaux fleuves et les frontières, à placer les villes de Paris et de Vichy ainsi que tous les « éléments relatifs à cette période, qui [leur] semblent importants d’un point de vue géographique ». Si 93,3 % des répondants ont accepté de situer Paris et 83,5 % Vichy, ils sont en revanche beaucoup moins nombreux à indiquer d’autres éléments géographiques5. Les localisations de Paris sont relativement peu dispersées autour d’une réponse modale très majoritaire (87,58 % des réponses) alors que les localisations de Vichy présentent une dispersion plus importante (voir figure 1).

Figure 1 Localisations des villes de Paris et de Vichy et types des lignes de démarcation

Figure 1 Localisations des villes de Paris et de Vichy et types des lignes de démarcation

24Parmi les autres éléments figurés, la ligne de démarcation est le plus fréquemment mentionné par 31,1 % des répondants. Les autres éléments comme le débarquement en Normandie, celui en Provence, la bataille des Ardennes, l’Alsace occupée et la localisation d’autres villes (Bordeaux, Marseille, Dunkerque, etc.) concernent un nombre particulièrement restreint de réponses. Mais l’élément le plus intéressant, où des logiques de connaissance différenciées sont à l’œuvre, concerne les tracés de la ligne de démarcation. En effet, deux types de lignes ont été dessinés (la figure 1 restitue le tracé modal de chacun d’eux). Le premier type s’ajuste aux connaissances historiques de la période en délimitant le long de l’Atlantique une bande côtière (25,5 % des réponses des individus ayant tracé une ligne). Le second fait écho à l’idée d’une « France coupée en deux » que la représentation géographique traduit au plus près : au milieu de la France, une ligne, souvent droite, sépare les parties nord et sud du territoire (74,5 % des réponses).

25La projection cartographique des connaissances historiques confirme tout d’abord le faible nombre d’individus en mesure de fournir des connaissances historiques. Elle met également en évidence que deux types de logiques de connaissance sont à l’œuvre dans les représentations des individus répondants. Si ces deux logiques ressortissent aux représentations de sens commun, puisque les sujets ne sont pas historiens de métier, la première pourrait être qualifiée de scolastique, tendant à faire figurer les éléments dans un rapport de fidélité avec la science historique. Quant à la seconde, elle peut être qualifiée de doxique, par opposition à la première et aussi parce que ses référents relèvent du sens commun lui-même. Enfin, l’importance relative de la représentation de la ligne de démarcation dans les descriptions de la période pourrait tenir, si l’on suit Alary (2003), à la part qu’elle a prise dans la littérature populaire où elle a inspiré de nombreux auteurs, bien avant qu’elle ne suscite des travaux historiques en propre.

26Afin de ne pas rester dans une seule conception événementielle de l’histoire, nous avons considéré que l’histoire procurait également des représentations savantes d’un phénomène historique. En effet, comme le montrent par exemple Chartier (1998) ou Rousso (1992), le choix des découpages historiques et les catégories qui leur sont sous-jacents relèvent de l’épistémologie historique dans le sens où ils constituent eux-mêmes des produits de l’histoire et relèvent d’une analyse historiographique. Dans le cas de l’analyse de la période de Vichy, la transformation dans le temps des problématiques de l’histoire est à cet égard particulièrement nette. Les travaux des historiens sur la période peuvent être, en effet, considérés selon deux phases principales. La première est marquée par les analyses de Robert Aron qui a publié, en 1954, la première Histoire de Vichy. La seconde est inaugurée par l’historien Robert Paxton qui, dans l’ouvrage La France de Vichy (1973), propose une thèse en rupture avec la précédente et qui fait, depuis, l’adhésion des historiens.

27La thèse paxtonienne remet en cause sur quatre arguments principaux celle défendue par Aron. En l’occurrence, Paxton conteste que :

  1. Les nazis aient imposé à la France un Diktat sans appel ;

  2. Pétain, en particulier, se soit voulu le « bouclier » opposé à ce Diktat ;

  3. Le régime de Vichy ait déployé avec les Alliés, en secret, un « double jeu » ;

  4. L’opinion française fût globalement attentiste, prête à reprendre le combat aux côtés des alliés, soit avec de Gaulle, soit avec la Résistance communiste.

  • 6 Pour une vision synthétique de ces débats et des arguments de réfutation de Paxton, consulter l’ava (...)

28À partir de chacun de ces arguments6, nous avons construit une série de propositions permettant de tester l’hypothèse selon laquelle l’existence de ces thèses serait au moins connue, en fait reconnue, et que les individus se départageraient selon leur adhésion à l’une ou l’autre. D’un point de vue opératoire, les modalités des questions correspondant aux différents arguments devraient s’organiser en deux ensembles cohérents. De surcroît, l’hypothèse pouvait être faite que le niveau de connaissance possédé par les individus serait en rapport avec leur connaissance de ces deux thèses ; les individus disposant d’un registre plus vaste de connaissances paraissant a priori les plus à même d’adhérer à la conception paxtonienne de la période vichyste. De même, on pouvait s’attendre, la thèse paxtonienne ayant été formulée postérieurement à celle d’Aron, à ce que l’âge des personnes interrogées puisse rendre compte de l’adhésion à l’une ou l’autre de ces thèses (voir en annexe pour le contenu intégral des questions posées).

  • 7 Laborie (1990) rapporte, à propos des événements qui se produisent au cours de l’année 1941, alors (...)

29L’opérationnalisation de ces deux thèses présente au plan méthodologique des difficultés particulières. La première difficulté est de traiter les travaux des historiens comme une théorie unitaire qui n’aurait pas varié dans le temps. Ainsi, relativement à l’opinion des Français pendant la période de Vichy, si les premières formulations de Paxton (1973) laissaient à penser à un basculement massif de l’opinion à partir de l’année 1942, Paxton lui-même corrige par la suite cette appréciation générale. Laborie (1990/2001), dans ses études sur l’opinion publique entre 1936 et 1944, montre que des opinions identiques peuvent néanmoins avoir pour principe des positions différenciées et présenter de surcroît des variations dues à de multiples facteurs. Ou encore, que les ruptures visibles de l’opinion publique s’inscrivent en réalité dans des processus continus7. De ce fait, relativement à cette question, les propositions créées participent, si ce n’est dans leur construction du moins dans l’interprétation, d’un certain parti pris de « figer » la conception de l’historien, et en fait des historiens, dans un moment particulier.

  • 8 Pétain, prévoyant dès 1944 sa traduction devant la Haute Cour de Justice, dans sa fuite à Sigmaring (...)

30De surcroît, l’opérationnalisation des deux thèses se doit de concilier deux exigences différentes et contradictoires. La première est de traduire pour chacun des points de disjonction entre la thèse aronienne et la thèse paxtonienne une proposition qui en rende compte. Cependant, la thèse de Paxton s’établissant comme une critique de la précédente, il importe de ne pas donner à voir l’opposition entre les thèses comme strictement binaire ou caricaturale, demandant à l’individu de faire un choix entre l’une ou l’autre de ces thèses alors qu’il peut n’adhérer à aucune des deux. En somme, il s’agit de ne pas placer l’individu dans une situation à laquelle il pourrait trouver comme solution possible un rejet de la question elle-même. De ce fait, la seconde exigence nécessite de lui faire des propositions qui rétablissent là où il y a disjonction, un continuum. La contradiction réside dans le fait de faire traiter des propositions scolastiques selon une logique doxique. Ainsi, une des questions visait à appréhender la position de Pétain pendant la période qui, lui-même, dès la fin de la guerre, s’est présenté comme un bouclier, protégeant les Français des exigences allemandes8. Cette thèse du bouclier est traduite dans une question proposant que Pétain « a cherché à sauvegarder les intérêts de la France », la thèse paxtonienne dans celle qu’il « a trahi la France ». Une proposition supplémentaire a été ajoutée mentionnant que « [Pétain] s’est trompé de bonne foi », qui ne correspond, à strictement parler, à aucune des deux thèses, bien qu’elle puisse être rattachée à la thèse aronienne. Ce faisant, les difficultés d’opérationnalisation montrent les limites des exigences méthodologiques dès lors qu’elles sont appliquées à des situations historiques.

31Malgré les difficultés mentionnées qui ressortissent en fait à des réserves d’opérationnalisation, une analyse des correspondances multiples a été réalisée sur les réponses des individus à ces seules questions, en adjoignant comme variables supplémentaires les non-réponses, qui dans une première analyse saturaient le premier facteur, l’âge des sujets et leur niveau de connaissance catégorisé.

32Après calcul des taux modifiés (Benzécri, 1984 ; Rouanet & Le Roux, 1993), les trois premiers facteurs rendent compte de 77,26 % de la variance du nuage. Le premier facteur (34,03 %) oppose effectivement les deux thèses entre elles. En effet, les modalités des variables correspondant au fait que Pétain « a trahi la France », que la guerre eût pu être poursuivie depuis l’Afrique du Nord, qu’il souhaitait protéger les intérêts de la France même si cela dût se faire aux dépens des Alliés ou encore que les Français, au moins jusqu’en 1942, acceptaient et soutenaient la Collaboration s’ajustent à la thèse paxtonienne. De l’autre côté, les modalités selon lesquelles Pétain eut raison de demander l’armistice, que dès 1940 jusqu’en 1944 les Français étaient prêts à reprendre le combat aux côtés de Gaulle ou de la Résistance communiste, ou encore, que Pétain cherchait à sauvegarder les intérêts de la France, en particulier en restant neutre, s’ajustent à la thèse aronienne (voir figure 2).

33Quant au deuxième facteur (23,4 %), il s’organise autour de l’évolution, ou plutôt de la non-évolution dans le temps de l’opinion française à l’égard du régime. En effet, constituant un pôle cohérent, sont regroupées les modalités des variables qui se rapportent au soutien inconditionnel des Français pendant les quatre années du régime, auxquelles s’ajoute la modalité où Pétain est présenté comme ayant tenu tête aux exigences allemandes. En contrepoint, les modalités qui indiquent qu’en 1942 et 1944, les Français étaient prêts à reprendre le combat aux côtés de Gaulle et de la Résistance, s’opposent aux précédentes.

Figure 2 Représentation du plan des facteur 1 (horizontal) et 2 (vertical) de l’ACM

Figure 2 Représentation du plan des facteur 1 (horizontal) et 2 (vertical) de l’ACM

Les intitulés des items présents sur le graphique, pour lui conserver une certaine lisibilité, ne sont pas complets. Ils permettent d’identifier l’énoncé et d’en rechercher la forme complète en annexe.

34Enfin, le troisième facteur analysé (19,83 %) est constitué par un pôle unique composé des mêmes modalités des variables : soutien inconditionnel des Français, cette fois-ci limité à 1940 et 1942, et celle où Pétain a tenu tête aux exigences allemandes. Il n’y a pas de pôle en opposition.

35Considérée globalement, cette analyse met en évidence, particulièrement sur le premier facteur, la reconnaissance de l’une ou de l’autre thèse. Les configurations constituées sur le premier facteur sont cohérentes. La deuxième conclusion que permet l’analyse est de montrer que les variations autour de la thèse aronienne sont plus nombreuses que celles autour de celle de Paxton. Il semble, en examinant le poids cumulé des différentes configurations sur au moins les trois premiers facteurs, que les Français de l’époque de Vichy sont vus comme faisant corps jusqu’à son terme avec le régime, placé sous la figure protectrice de Pétain. Enfin, la projection des variables supplémentaires retenues pour cette analyse, telles l’âge ou le niveau de connaissance des individus ne semble pas départager, ou faiblement, les configurations de variables. En d’autres termes, s’il existe des ancrages différentiels permettant de rendre compte de la reconnaissance, voire de l’adhésion à l’une ou l’autre de ces thèses, l’âge ou le niveau de connaissance sont impropres à les mettre en évidence.

36Au terme de cette partie d’analyse sur la confrontation du savoir de sens commun au savoir historique, nous avons identifié que deux types de logiques de connaissance, scolastique et doxique, peuvent être mobilisées dans ces représentations. Mais il se peut également que le type d’exercice proposé, proche des exercices scolaires, produise cette différenciation. Il convient à présent, en amoindrissant le point de référence scolastique, de rendre compte des représentations pour elles-mêmes, puisque l’analyse montre que les représentations de Vichy sont faiblement constituées à partir de point de vue. C’est ce que nous avons fait en soumettant le corpus des associations produites à l’inducteur Vichy, à une analyse de classification au moyen du logiciel Alceste.

Logique de la connaissance doxique : association au mot-inducteur « Vichy »

  • 9 Du point de vue de la préparation technique du corpus pour l’analyse, seuls deux groupes de mots on (...)

37Sur les 162 réponses fournies par les répondants, 136, soit près de 84 % d’entre elles, ont pu être analysées par le logiciel9. La partition obtenue répartit en trois classes d’inégale importance les associations produites (voir figure 3).

  • 10 Nous avons retenu, pour présenter les mots caractéristiques, la forme du mot la plus fréquemment ci (...)

38La première classe, qui rend compte de 51,47 % des réponses analysées, comporte comme mots caractéristiques, classés par contribution décroissante au khi2 de la classe10 : Collaboration, Pétain, maréchal, Résistance, fascisme, défaite, Laval, occupée, Allemands, zone, lâcheté, Français, Travail famille patrie, libre, sto [service du travail obligatoire], milice, Hitler, démarcation, Seconde Guerre mondiale, antisémitisme, France.

  • 11 À cet égard, le statut d’Hitler est plus difficile à trancher. Ce personnage peut être rapporté au (...)

39Cette classe, la plus englobante concernant la période, évoque des personnages centraux de Vichy comme Pétain ou Laval et des éléments propres à ce régime comme la Collaboration, la devise « Travail famille patrie », le STO ou la milice. Elle peut également être conçue à partir de figures en opposition. Ainsi, au même titre que la Résistance s’oppose à la Collaboration, la zone libre à la zone occupée ou les Allemands aux Français11, elle donne l’idée d’une représentation d’une France clivée, délimitant deux entités en relation conflictuelle. Considérant les variables hors corpus, ce sont les individus cadres qui ont produit, pour les deux tiers d’entre eux, des réponses caractéristiques de la classe. L’hypothèse interprétative proposée est confortée par le fait que la classe est caractéristique d’individus dont les niveaux de connaissance sont élevés et qui ont fourni une représentation géographique de la ligne de démarcation doxique (69,44 % des individus ayant tracé ce type de ligne).

Figure 3 Hiérarchie des classes obtenues à partir du mot-inducteur « Vichy » pour l’échantillon tout venant

Classe : « La France coupée en deux » (51,47%)

Classe : Vichy, ville éternelle (26,47%)

Classe : Procès Papon (22,06%)

40La deuxième classe rend compte de 26,47 % des réponses analysées. Les mots caractéristiques de cette classe sont : thermale, eau, ville, tissu, bonbon, station, pastilles, minérale, cure, régime et gouvernement. Parmi les couples les plus fréquemment associés figurent : station thermale, villethermale et eau minérale. Cette classe présente une mixité de signifiants de prime abord particulièrement surprenante puisque, malgré la consigne introductive générale qui précisait que le questionnaire se rapportait à la Seconde Guerre mondiale, les associations sitôt après cette consigne, aux rares évocations générales de régime [de Vichy] et de gouvernement [de Vichy] près, figurent une sorte de Vichy éternel et populaire ; les carreaux du tissu popularisé par Bardot (Savignon, 2004) coexistant avec le thermalisme du Second Empire et l’eau minérale produite sur place. Cette classe tend par la mixité, la généralité et la futilité des thèmes évoqués dont le signifiant Vichy suffit à justifier leur « air de famille », à établir une classe d’équivalence auto-référencée. Cette classe décrit Vichy en soustrayant ou en opérant comme une sorte de déni même de ce qui fut la spécificité de la période. Le thème du « Vichy éternel » n’est d’ailleurs pas sans rappeler certains des résultats obtenus par Haas (1999) dans son travail auprès des habitants de la ville de Vichy. Certains des individus qu’elle a interrogés s’inscrivent, en effet, dans une sorte de « mythe identitaire positif » permettant de faire face ou écran à la période vichyste de la ville.

41Considérant les variables hors corpus associées à la classe, 47,37 % des employés et 50 % des ouvriers produisent des réponses de ce type. Ce sont également les individus qui disposent du niveau de connaissance le plus faible sur la période (46,43 % de ceux qui n’en ont pas) et qui n’ont produit aucun tracé de la ligne de démarcation, qui contribuent le plus à décrire le Vichy de la Seconde Guerre mondiale comme un élément, parmi d’autres, du Vichy éternel.

  • 12 Le procès qui se tient devant la Cour d’assises de la Gironde s’ouvre le 8 octobre 1997 et se clôt (...)

42Enfin, la troisième classe, qui regroupe 22,06 % des réponses analysées, est caractérisée par les mots : guerre, honte, Papon, juifs, Allemagne, occupation, procès, déportation et trahison. Cette classe comporte des signifiants relatifs à un événement intercurrent avec le moment de la collecte des données. En effet, du début octobre 1997 au début avril 1998 se tient le procès de Maurice Papon, condamné en première instance à dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l’humanité12. De sorte que les différents mots associés à cette classe prennent principalement sens par rapport à l’événement du procès qui les suscite même s’il est possible de considérer que ces associations traduisent la part prise par le sort des juifs dans la mémoire de la période. Les individus qui produisent le plus d’associations relativement à cette classe sont principalement des étudiants (34,21 % d’entre eux), qui n’ont, par ailleurs, fourni aucun tracé de la ligne de démarcation.

  • 13 Voir les articles d’Agulhon ou de Rousso, par exemple, dans le numéro de Vingtième siècle, 1985, co (...)

43À l’issue de cette analyse, les évocations produites par les répondants oscillent du déni à la prise en compte de l’actualité du moment. Néanmoins, la représentation de Vichy qui semble la plus stable s’organise selon un mode bipolaire, opposant deux France : celle des « collabos »vs des « résistants », celle de la zone occupée vs de la zone libre, celle de la France de Pétain vs celle de de Gaulle, etc. Ce résultat rejoint celui obtenu à propos des tracés de la ligne de démarcation, où la représentation d’une France clivée était également signifiée. L’hypothèse peut être faite que ce principe d’opposition qui s’incarne ici à propos de la Seconde Guerre mondiale soit beaucoup plus général et constitue une sorte de lieu commun tout au long de l’histoire de France dès lors qu’il s’agit de représenter la France en situation de conflit avec elle-même : France des catholiques vs des huguenots, des républicains vs des monarchistes, etc., pour finir par la plus récente « France d’en haut »vs la « France d’en bas »13.

44Enfin, l’âge des individus ne différencie pas les réponses, pas davantage les connaissances disponibles sur la période, ou encore les projections spatiales de ces connaissances. De même, les représentations n’apparaissent pas différenciées selon ces mêmes variables. Tout au plus, les étudiants, et plus généralement les individus les plus jeunes de l’échantillon, âgés de 18 à 25 ans, tendent-ils à produire des discours selon un principe que l’on peut qualifier d’axiologique, associant des valeurs à des faits actuels et passés.

Enquête B : Représentations de Vichy et devoir de mémoire

Savoir scolastique des étudiants

45En ce qui concerne l’enquête B, réalisée auprès d’étudiants, des analyses comparables ont été effectuées. La première d’entre elles porte sur les connaissances historiques restituées par les répondants. Le codage a été réalisé de la même manière que dans l’enquête A, c’est-à-dire en ne présumant pas de l’historicité des connaissances elles-mêmes. Le tableau 2 montre, de manière assez évidente, que les étudiants interrogés présentent des niveaux de connaissance relativement à la période particulièrement faibles, produisant pour 77,61 % d’entre eux, de 1 à 6 connaissances au plus. Alors que le dispositif de la question leur permettait de mentionner jusqu’à 15 connaissances différentes (5 événements, 5 dates et 5 personnages), le nombre moyen de connaissances produites est de 4,55 (écart-type, s = 3,04), dues pour la plupart à la mention des personnages eux-mêmes.

Tableau 2 Distribution des répondants étudiants selon le niveau de connaissance catégorisé

Niveau de connaissance

Effectif

%

0 élément cité (zéro)

4

5,97

Bas (de 1 à 3)

21

31,34

Moyen (de 4 à 6)

31

46,27

Élevé (7 à 14)

11

16,42

Total

67

100

46En moyenne, les répondants fournissent 2,28 noms de personnages (s = 1,26), 1,51 événement (s = 1,41) et seulement 0,73 date (s = 0,91). En outre, parmi les 153 réponses fournies et les 19 personnages cités, le nom de Pétain apparaît dans 37,91 % des réponses, c’est-à-dire qu’il a été mentionné par 90,63 % des répondants. Les personnages les plus populaires après Pétain sont de Gaulle, cité dans 20,26 % des réponses et par 48,44 % des répondants, puis Hitler (14,38 % et 34,38 % des répondants), Laval (5,23 % et 12,5 % des répondants) et Moulin (3,92 % et 9,4 % des répondants). Les autres personnages concernent 5 % au plus de répondants et souvent moins.

  • 14 À la différence de l’enquête A, aucune connaissance n’a été éliminée, même si elle ne relevait pas (...)

47Pour ce qui concerne les événements, 49 événements différents ont été cités : certains sont sans rapport avec la France comme Pearl Harbor, Hiroshima, Nagasaki, ou sans rapport avec la période comme l’Affaire Dreyfus ou le « régime d’Austerlitz », d’autres demeurent à un niveau de catégorie abstraite comme Collaboration, Occupation, Résistance, et certains autres encore constituent des éléments secondaires comme la Fête des mères14. Néanmoins, parmi l’ensemble des événements cités, la mention de la « France coupée en deux » est l’événement le plus fréquemment mentionné (9,38 % des réponses et 18,75 % des répondants) à parité avec la rafle du Vel d’Hiv, puis l’appel londonien du général de Gaulle en juin 1940 (7,81 % et 15,63 % des répondants), et pour 6,25 % des réponses, l’entrevue à Montoire entre Pétain et Hitler et les déportations (12,5 % des répondants). Enfin relativement aux dates, l’année 1940, constitue la réponse modale (21,57 % des réponses et 17,19 % des répondants) ; sinon les dates les plus fréquentes sont 1942 et le 6 juin 1944 (9,80 % et 7,81 % des répondants).

48Comme dans l’analyse des connaissances de l’échantillon tout venant de l’enquête A, les connaissances restituées par les étudiants sont en nombre à la fois réduit et d’une généralité importante, voire pour certaines d’entre elles, hors sujet ou inexactes. De plus, dès lors qu’on explore directement l’univers des connaissances scolastiques en proposant aux individus un exercice typiquement scolaire, ils tendent à réintroduire des éléments doxiques. Ainsi, relativement aux événements cités par les répondants, l’idée d’une France « coupée en deux » est l’événement le plus souvent mentionné. Parallèlement, les personnages cités tournent autour d’un élément prééminent et quasiment unique, celui de Pétain, figurant presque à lui seul la période. Malgré la proximité avec les programmes de terminale, vus l’année précédente, les connaissances du lycée ne sont pas restituées, voire c’est la représentation commune de la période qui s’y est substituée. La question relativement à la question de la mémoire et de sa transmission, manière de reformuler celle du devoir de mémoire, revient donc à explorer directement les représentations de sens commun mobilisées par les étudiants pour rendre compte de cette période de l’histoire française.

Représentations de sens commun et devoir de mémoire

4963 répondants ont fourni des associations à l’inducteur « régime de Vichy », analysées par le logiciel Alceste. La seule variable hors corpus retenue pour l’analyse concerne le niveau de connaissance. La classification obtenue, sur 88,89 % des réponses introduites, découpe le lexique en quatre classes, à la fois différenciées mais également proches par leur contenu (voir figure 4).

Figure 4 Hiérarchie des classes obtenues à partir du mot-inducteur « Vichy » pour l’échantillon d’étudiants

Classe : le sort des juifs (17,86%)

Classe : l’Occupation (nazie) (21,43%)

Classe : « La France divisée en deux » (41,07%)

Classe : Zone occupée, zone libre (19,64%)

50La première classe à se distinguer dans la classification rend compte de 19,64 % des réponses analysées. Les mots caractéristiques de la classe sont : zone, libre, occupée, Français, Allemands, guerre et régime. Cette classe décrit sur un mode d’opposition binaire les oppositions entre les deux zones, libre et occupée, que l’opposition entre Français et Allemands reproduit.

51La deuxième classe regroupe un nombre comparable de réponses, soit 17,86 %. Les mots caractéristiques de la classe sont : juifs, Allemands, Hitler, séparation, déportation et maréchal. Le thème qui émerge de ces différents signifiants s’articule autour du sort des juifs sous le régime maréchaliste. Les individus qui fournissent des réponses de ce type sont à la fois ceux qui ont été en mesure de donner un nombre bas de connaissances historiques comme ceux qui en ont fourni un nombre élevé.

52La troisième classe concerne 21,43 % des réponses analysées. Deux signifiants principaux sont à l’œuvre dans la construction de la classe : occupation et la devise travail famille patrie, auxquels s’adjoint plus marginalement le terme de nazi. Les individus ayant fourni un nombre moyen de connaissances historiques semblent plus particulièrement avoir produit des réponses de ce type.

53Enfin, la quatrième classe rend compte, à elle seule, de 41,07 % des réponses analysées. Les termes qui contribuent à la construction de la classe sont presque constitués à partir de mots qui peuvent être lus comme une phrase continue : France, divisée, dictature, de Gaulle, séparation et relativement aux mots outils, la préposition en et le chiffre deux. Aucun niveau de connaissance ne caractérise en propre cette classe. Les différents termes contributifs reprennent la représentation d’une « France coupée en deux », comme un écho à la première classe avec d’autres signifiants.

54De manière générale, les associations produites par les étudiants sont constituées à partir de séries d’oppositions binaires marquées non par une continuité mais par une coupure : coupure entre les deux zones, coupure des juifs du reste de la population, coupure enfin entre les deux France, la France libre et la France occupée. À l’instar des résultats obtenus dans l’enquête A, un principe organisateur commun est à l’œuvre dans les représentations des étudiants interrogés en 2005, reproduisant un lieu commun, déjà souligné, dans la représentation de la France aux prises avec elle-même. Mais, il se pourrait que ce lieu commun soit doublé d’un principe axiologique, lui aussi très général, opposant le bien et le mal. Pour aborder cette dernière hypothèse, nous examinerons les réponses des répondants au sujet des rapports entre leurs représentations de cette période et leurs déclarations à propos du devoir de mémoire.

55Pour vérifier cette dernière hypothèse interprétative, des questions portant sur le thème récent et actuel du devoir de mémoire (Lalieu, 2001) et la nécessité du souvenir leur étaient posées. Pour chacune des questions, les étudiants devaient indiquer leur accord sur une échelle en 5 points (1, pas du tout d’accord à 5, tout à fait d’accord).

Tableau 3 Moyennes, écarts-types et distribution des réponses aux questions sur le devoir de mémoire

Items

Moy.

Ecart-

type

Mod.

1-2

Effec. (%)

Modalité 3

Effec. (%)

Mod.

4-5

Effec. (%)

Total

Le devoir de mémoire, c’est ce à quoi on est obligé par la loi.

1,76

1,01

49

(79,03)

8

(12,9)

5 (8,06)

62 (100)

Le devoir de mémoire, c’est ce à quoi on est obligé par la morale.

4

1,09

5

(7,82)

(21,88)

45

(70,32)

64 (100)

Le but du devoir de mémoire est de comprendre les causes de ces événements.

3,56

0,98

7

(10,94)

21

(31,81)

36

(56,26)

64

(100)

La mémoire du Régime de Vichy doit servir à ne pas reproduire le passé.

4,59

0,70

2

(1,56)

5

(7,81)

58

(90,62)

64 (100)

La mémoire du Régime de Vichy doit consister à se souvenir d’un tout général.

3,98

0,98

5

(7,81)

16

(25)

43

(64,19)

64 (100)

La mémoire du Régime de Vichy doit consister à se souvenir de tous les aspects de cette politique.

2,88

1,05

24

(37,05)

19

(26,69)

21 (32,82)

64 (100)

Le but du devoir de mémoire est de se souvenir des conséquences du Régime de Vichy.

3,78

0,93

7

(10,91)

15

(23,44)

42

(65,63)

64 (100)

56Comme le montre le tableau 3, les étudiants interrogés placent le devoir du côté de la morale et non de la loi, de même qu’une forte majorité appuie l’idée que se souvenir vise à empêcher la reproduction du passé. Ils demeurent affirmatifs, même s’ils sont moins nombreux à l’être, dès lors qu’il s’agit de faire passer l’absence de répétition par la compréhension des causes et des conséquences de ce qui se produisit alors, et que la mémoire de cette période doit consister à se souvenir d’un ensemble général plus que d’éléments en particulier.

57Au vu de ces résultats, il s’agit de comprendre comment des représentations faiblement structurées et l’absence relative de connaissances historiques peuvent être compatibles avec les affirmations déclaratives sur le devoir de mémoire. Elle le deviennent, selon nous, en considérant que le principe organisant leurs représentations soit doublé d’une référence axiologique. Ce qui oppose les deux France, au-delà des signifiants que les étudiants énoncent, pourrait être celle du bien et du mal. Dès lors, ce que signifient leurs représentations ne correspond pas tant au souvenir de la période elle-même qu’au jugement moral associé à cette période. Les représentations produites, quel que soit le point de vue considéré, scolastique ou doxique, présentent en effet peu de contenu. Quant au caractère déontique du devoir de mémoire, il ne concernerait pas tant les contenus eux-mêmes que la nécessité de se souvenir par elle-même, c’est-à-dire pour le résumer en une formule : « se souvenir de ne pas oublier ». Il est alors loisible de comprendre que des événements comme Hiroshima, Nagasaki, l’affaire Dreyfus et d’autres encore, prennent place dans les connaissances concernant la période : ce qui fonde, en effet, le rapprochement, c’est la répétition de l’injustice et l’applicabilité des mêmes injonctions morales. Si les représentations de la période ont une valeur exemplaire, c’est, en tout état de cause, à titre rétrospectif, c’est-à-dire comme un analyseur de ce qui s’est déjà passé en d’autres temps et en d’autres lieux. L’injonction récurrente de devoir se souvenir, que les étudiants ont fait leur, conduit sans doute à édifier cette exemplarité de la mémoire mais sans produire une préoccupation de son contenu effectif, ni de la comparabilité des événements mis en relation. Par là-même, le caractère exemplaire de cette mémoire, réduit pratiquement à une injonction, conduit à douter qu’elle puisse servir à identifier des événements du même ordre en cours ou à venir.

58La question qui se pose finalement est celle de l’efficacité pratique de ce mode du souvenir, en d’autres termes, dans quelle mesure les représentations que se font les étudiants peuvent-elles prévenir la reproduction que l’injonction déontique se donne comme objectif ?

Discussion

59Les résultats des deux études, quoique portant sur des populations partiellement différentes, se présentent comme complémentaires. Une des observations que les deux études confirment concerne la relative absence de connaissances historiques : les représentations de la période ne sont donc pas constituées principalement à partir des faits historiques. Moscovici (1976) avait déjà proposé que la science et, dans le cas d’espèce l’histoire, était réinterprétée lors de son passage du champ scientifique à celui du sens commun. Cette translation était concomitante d’une relative disjonction entre les connaissances sur un objet et la genèse de la représentation sociale de cet objet. L’étude sur la psychanalyse montre, en effet, que les groupes interrogés présentent des niveaux de connaissance variés, mais disposent toujours d’une représentation plus ou moins élaborée de cet objet. Au surcroît, l’attitude considérée comme une dimension première des représentations et mesurée au niveau des groupes, est toujours présente et dans un rapport souvent inverse avec le niveau de connaissance possédé.

60Un des éléments de conclusion qui s’impose au vu des résultats concerne les faits historiques qui, comme le montre l’étude, peuvent être traités comme des faits d’opinion, c’est-à-dire peuvent aussi s’opposer aux faits eux-mêmes. L’étude sur les connaissances, et la distinction entre logique doxique et logique scolastique y contribue, met ainsi en évidence que le décor général de la période est planté, la morale de l’histoire est connue, mais le scénario, ce qui pourrait être appelé ici enchaînement des faits, là prise en compte des causalités, fait défaut. Plus encore, étant traité sur le registre de l’opinion, le passé est interprété et donc réinterprété selon des dynamiques se déroulant au présent.

61En tout état de cause, les résultats de ces études conduisent à formuler deux questions, sur la fidélité au passé d’une part et sur sa transmission d’autre part. La première s’adresse à la psychologie sociale et vise à en rendre compte du rapport entre présent et passé. La seconde, plus générale, s’appuyant sur les réponses à la première question, se rapporte plus directement à la transmission du souvenir.

62En reprenant les travaux de Ricœur (2000) pour constituer les types de relations entre représentations sociales, mémoire collective et passé, nous n’avons pas pris en compte la question de la fidélité au passé qui constitue, pour cet auteur, un des fils conducteurs de sa démonstration (Viaud, 2003). En effet, les travaux d’Halbwachs, comme la théorie des représentations sociales, disjoignent ces deux questions, il est temps d’en indiquer les raisons. Pour Halbwachs, la mémoire collective étant une reconstruction opérée dans le présent, ce n’est pas tant le passé en lui-même que les conditions actuelles des appartenances groupales des individus et plus généralement les « cadres sociaux », eux-mêmes sujets à évolution, qui permettent de rendre compte des souvenirs.

63La disjonction est également à l’œuvre dans la théorie des représentations sociales et a, d’ailleurs, constitué, un de ses éléments fondateurs. En effet, une des originalités de l’approche des représentations sociales a consisté à considérer le savoir de sens commun pris pour lui-même, et les représentations comme des réponses pratiques, socialement ancrées, aux incertitudes produites par la nouveauté. Une des propositions majeures de cette approche, qui pose en même temps une des conditions de l’étude, est de rompre avec la considération du sens commun comme produit dégradé des connaissances et de la logique scientifique. De même, le processus d’ancrage, c’est-à-dire l’actualisation ou la rémanence du passé dans le présent, ne prend pas en compte cette question de la fidélité. Si les produits représentatifs font appel à des éléments du passé, c’est dans un rapport essentiellement d’ordre analogique avec ceux-ci. En outre, dès lors qu’un appel à la mémoire est constitué, c’est la représentation au présent du passé qui est convoquée et non le passé lui-même. La question du temps qui sépare les événements du moment de leur rappel n’est évidemment en rien un facteur d’explication. Pour donner un exemple, Frank & Rousso (1984) montrent la disjonction que saisit une enquête d’opinion dans les jours qui suivent la libération de Paris en août 1944, entre un fait et sa représentation. Alors que le général de Gaulle reçoit, sur les Champs-Élysées, un accueil massif et enthousiaste des Parisiens, quelques jours après, l’interrogation des mêmes Parisiens indique que « l’événement qui [leur] a causé le plus de joie au cours des derniers jours » concernait « l’arrivée des forces alliées et l’annonce de cette arrivée » (p. 62). Les disjonctions entre un événement et son objectivation sont donc opérantes immédiatement, c’est-à-dire dès lors que se réalise la conjonction entre l’événement et le sens commun. L’analyse vise alors à mettre au jour les logiques présidant à la dynamique des représentations et à leurs modes d’actualisation au présent.

64Vidal-Naquet (1987), en combattant les thèses négationnistes, soulignait que si « le présent peut transformer l’image de ce que fut le passé, il n’a pas la possibilité de transformer le passé lui-même dans sa réalité. Mais il est vrai que, pas plus de pain, les hommes ne vivent de réalité » (p. 174). Sur un autre plan, la question de la fidélité au passé prend donc une acuité particulière dès lors que le souci manifeste du souvenir, de sa transmission, se pose à la société. Cette question existe sous une forme pratique de savoir comment faire pour que le souvenir de cette période soit transmis, compte tenu de ce que nous savons de sa transformation dans le sens commun. Les réponses à cette question n’appartiennent évidemment pas en propre à la psychologie sociale, mais sa contribution peut être décisive pour comprendre comment opèrent les tentatives de transmission du souvenir qui œuvrent dans ce sens.

65Schneersohn, qui fut le créateur en 1943 du Centre de Documentation juif, préfiguration du Centre de Documentation juive contemporaine (CDJC), a saisi très tôt les enjeux de la transmission et y a apporté un certain type de réponse. Le CDJC a, depuis la fin de la guerre, publié nombre de travaux et d’études sur le sort des juifs durant la Seconde Guerre mondiale ; il a en ce sens élevé « un monument spirituel aux communautés juives victimes du nazisme », selon les propos de Schneersohn lui-même. Mais Schneersohn prend conscience également que cet effort n’est peut-être pas la parade absolue contre l’oubli parce que les études réalisées ne touchent bien souvent que des spécialistes. Il a alors l’idée que « aussi importants que soient ces milieux [de spécialistes], le CDJC estime que sa tâche résumée par la devise “n’oublie pas” ne saurait être accomplie sans une action directe et puissante sur l’imagination des masses » (cité par Wieviorka, 1987, p. 116). Le Tombeau du Martyr juif inconnu, première dénomination du mémorial et pendant du Tombeau du soldat inconnu, s’impose alors à Schneersohn comme le moyen de permettre une symbolisation ritualisée et sacrale du génocide des juifs, accessible au plus grand nombre.

66Dans le récent musée juif de Berlin, une semblable opposition entre la connaissance d’une part et le symbole et l’émotion d’autre part, préside à sa conception par l’architecte Daniel Liberskind (Schneider, 1999). Liberskind découpe, pour concilier les deux aspects, son projet muséal en deux parties. Dans un bâtiment qui ne comporte aucun angle droit, la partie supérieure présente des éléments de connaissance, scénographiés, de la culture juive. Le fondement, par lequel on pénètre dans le musée fait appel, quant à lui, à la symbolisation doublée d’une dramatisation. Un grand couloir, qui signifie l’inscription dans le temps des juifs, est traversé par deux couloirs qui sont autant de ruptures dans cette histoire : le premier est celui de la diaspora et le second celui du génocide des juifs (Shoah). Longeant ce dernier couloir pentu, une lourde porte franchie, le visiteur pénètre dans une sorte de tour aux murs bétonnés, plongée dans le noir, et dont la lumière provient de meurtrières situées très en hauteur et n’offrant aucune vue. L’hiver, le visiteur est transi par le froid glacial, l’été, la chaleur étouffante l’oppresse. Cette pièce saisit d’effroi : il n’y a cependant de rapport autre que parodique entre les conditions dans lesquelles furent traités les juifs et l’impression produite par cette mise en scène. De ces deux exemples, la même préoccupation se traduit dans des solutions où les appels à l’émotion, à la symbolisation font écho à ceux que nos propres résultats mettent en évidence. La question de la transmission n’est évidemment pas épuisée par ces deux exemples, d’ailleurs quelque peu excentrés par rapport à la seule mémoire de Vichy, ils permettent cependant de rendre saillant le problème corollaire de la fidélité au passé.

67La psychologie sociale propose à nouveau sa contribution sous la forme d’une dernière question : faut-il pour assurer cette transmission utiliser des procédés qui mobilisent les mêmes processus que ceux en œuvre dans les représentations sociales du passé, au risque du retournement contre la mémoire elle-même ?

Haut de page

Bibliographie

Agulhon M., 1985. « La Révolution française au banc des accusés ». Vingtième siècle.Revue d’Histoire, n° 5, 7-18.

Alary E., 2003. La ligne de démarcation. Perrin, Paris.

Aron R., 1954. Histoire de Vichy, 1940-1944. Fayard, Paris.

Azéma J.-P., Wieviorka O., 2000. Vichy, 1940-1944. Perrin, Paris.

Benzécri J.-P., 1984. Pratique de l’analyse des données. Analyse des correspondances, exposé élémentaire. Dunod, Paris (1ère édition : 1980).

Bourdieu P., 1997. Méditations pascaliennes. Seuil, Paris.

Burrin P., 1995. La France à l’heure allemande. Seuil, Paris.

Chartier R., 1998. Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude. Albin Michel, Paris.

Clemence A., 2002. « Prises de position et dynamique de la pensée représentative : les apports de la mémoire collective ». In S. Laurens & N. Roussiau (dir.). La mémoire sociale. Identités et représentations sociales. Presses universitaires de Rennes, Rennes 51-61.

Conway M. A., 1997. « The Inventory of Experience: Memory and Identity ». In J. W. Pennebaker, D. Paez & B. Rimé (Eds). Collective Memory of Political Events. Social Psychological Perspectives. Lawrence Erlbaum Associates, Mahwah (N. J.), 21-45.

Deschamps J.-C., Paez D., Pennebaker J., 2001. « Mémoire collective des événements sociopolitiques et culturels : représentation sociale du passé à la fin du millenium ». Psychologie et société, 2, (3), 53-74.

Doise W., 1990. « Les représentations sociales ». In R. Ghiglione, C. Bonnet & J.-F. Richard (dir.). Traité de psychologie cognitive, 3. Dunod, Paris, 111-174.

Fraïssé C., 2003. « La mémoire collective comme outil de légitimation d’une minorité. L’exemple de la minorité homosexuelle ». Connexions, « Mémoire collective et représentations sociales », 80, 75-87.

Frank R., Rousso H., 1984. Quarante ans après : les Français et la Libération. L’Histoire, n° 67, 61-71.

Haas V., 1999. Mémoires, identités et représentations socio-spatiales d’une ville. Le cas de Vichy. Thèse de doctorat nouveau régime, 2 tomes, 599 p., EHESS, Paris.

Haas V., Jodelet D., 1999. « Pensée et mémoire sociale ». In J.-P. Pétard (dir.). Psychologie sociale. Bréal, Rosny-sous-Bois, 113-161.

Halbwachs M., 1994. Les cadres sociaux de la mémoire. Albin Michel, Paris (1ère édition, PUF, Paris, 1925).

Halbwachs M., 1997. La mémoire collective. Albin Michel, Paris (1ère édition, PUF, Paris, 1950).

Jodelet D., 1984. « Représentation sociale : phénomènes, concept et théorie ». In S. Moscovici (dir.). Psychologie sociale. PUF, Paris, 357-378.

Laborie P., 1990. L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale 1936-1944. Seuil, Paris. (Réédition avec une préface inédite de l’auteur, 2001, Seuil.)

Lalieu O., 2001. « L’invention du « devoir de mémoire » ». Vingtième siècle. Revue d’Histoire, n° 69, 83-94.

Mannheim K., 1990. Le problème des générations. Paris, Nathan. (Traduction française de (1964). « Das Problem der Generationen ». In K. H. Wolff (Ed.). Wissensoziologie: Auswahl aus dem Werk. Luchterhand, Berlin-Neuwied. Initialement publié en (1928). Kölner Vierteljahrshefte für Soziologie, vol. 7.)

Middleton D., Edwards D., 1990. « Conversational Remembering: a Social Psychological Approach ». In D. Middleton & D. Edwards (Eds). Collective Remembering. Sage Publications, London, 23-45.

Moscovici S., 1976. La psychanalyse, son image et son public. PUF, Paris (1ère édition 1961).

Moscovici S., 1993. « Introductory address ». Papers on Social Representations/Textes sur les représentations sociales, 2 (3), 160-170.

Moscovici S., Vignaux G., 1994. « Le concept de Thêmata ». In C. Guimelli (dir.). Structures et transformations des représentations sociales. Delachaux & Niestlé, Paris, Neuchâtel, 25-72.

Nora P., 1992. « L’ère de la commémoration ». In P. Nora (dir.). Les lieux de mémoire. III. Les France. 3. De l’archive à l’emblème. Gallimard, Paris, 975-1012.

Paxton R. O., 1994. La France de Vichy. Seuil, Paris (1ère édition, 1973 ; 2e édition augmentée d’un avant-propos inédit de l’auteur.)

Ramos J.-M., Reinert M., 2004. « Les inscriptions du temps sur les cadrans solaires. Analyse d’un corpus de devises anciennes par la méthode Alceste ». Temporalités, 1, 19-36.

 Reinert M., 1986. « Un logiciel d’analyse lexicale : Alceste ». Cahiers de l’analyse des données, 4, 471-484.

Ricœur P., 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli. Seuil, Paris.

Rouanet H., Le Roux B., 1993. Analyse des données multi-dimensionnelles. Dunod, Paris.

Rousso H., 1985. « Vichy, le grand fossé. Vingtième siècle ». Revue d’Histoire, n° 5, 55-79.

Rousso H., 1987. Le syndrome de Vichy. 1944-198… Seuil, Paris (2e édition mise à jour, 1990).

Rousso H., 1992. Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire. Gallimard, Paris.

Savignon J., 2004. « Et B. B. créa… la mode Vichy ». Journal intime du massif central, 6, 14-17.

Schneider B., 1999. Daniel Liberskind. Jewish Museum Berlin. Prestel Verlag,  Munich.

Schuman H., Belli R. F., Bischoping K., 1997. « The Generational Basis of Historical Knowledge ». In J. W. Pennebaker, D. Paez & B. Rimé (Eds). Collective Memory of Political Events. Social Psychological Perspectives. Lawrence Erlbaum Associates,  Mahwah (N. J.), 47-77.

Viaud J., 2002. « Contribution à l’actualisation de la notion de mémoire collective ». In S. Laurens & N. Roussiau (dir.). Mémoire sociale. Identités et représentations sociales. Presses universitaires de Rennes, Rennes, 21-32.

Viaud J., 2003. « Mémoire collective, représentations sociales et pratiques sociales ». Connexions, « Mémoire collective et représentations sociales », 80, 13-30.

Vidal-Naquet P., 1987. Les assassins de la mémoire. La Découverte, Paris.

Haut de page

Annexe

Questions relatives à la thèse aronienne ou paxtonienne de la période de Vichy

Voici des propositions qui illustrent des opinions que des individus peuvent avoir sur des thèmes qui sont liés à l’histoire de la période de Vichy.

Vous allez devoir dire ce que vous-même vous pensez de chacune d’elle. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse car nous avons tous des opinions très différentes. Entourez, pour chaque question, le chiffre qui correspond à votre réponse :

1/ En juin 1940, devant la défaite des armées françaises face à l’Allemagne, estimez-vous que :

  1. Le maréchal Pétain a eu raison de demander l’armistice parce qu’il fallait protéger la population française,

  2. Le maréchal Pétain a eu tort parce qu’il fallait poursuivre la guerre depuis l’Afrique du Nord.

2/ D’après vous, sur l’ensemble de la période, quels étaient les objectifs principaux de l’Allemagne nazie vis-à-vis de la France ?

  1. D’intégrer la France à l’Allemagne en imposant, sur tous les plans, le même régime qu’en Allemagne.

  2. De mobiliser les ressources humaines et matérielles de la France à son profit.

  3. De se donner un point d’appui pour attaquer l’Angleterre.

3/ La marge de manœuvre du régime de Vichy vis-à-vis de l’Allemagne nazie était-elle,

  1. inexistante  ?

  2. réduite  ?

  3. importante  ?

4/ Selon vous, quelle a été l’attitude du régime de Vichy vis-à-vis de l’Allemagne nazie ?

  1. Le régime de Vichy a tenu tête à la plupart des exigences allemandes.

  2. Le régime de Vichy a proposé des concessions afin de pouvoir rester le plus neutre possible dans le conflit mondial.

  3. Le régime de Vichy a proposé des concessions afin de limiter les exigences allemandes et d’augmenter ainsi sa marge de manœuvre.

  4. Le régime de Vichy est allé au-delà des exigences allemandes afin de pouvoir réussir le programme de la Révolution nationale du maréchal Pétain.

5/ Quelle était, selon vous, la position du régime de Vichy vis-à-vis des Alliés ?

  1. Le gouvernement de Vichy attendait le moment favorable où il pourrait reprendre la guerre et aider les Alliés.

  2. Le gouvernement de Vichy souhaitait rester neutre et craignait le débarquement des Alliés.

  3. Le gouvernement de Vichy souhaitait protéger ses intérêts même si cela devait se faire contre les Alliés.

6/ En 1940, quelle était, selon vous, la position des Français ?

  1. Les Français soutenaient activement le régime de Vichy.

  2. Les Français se méfiaient du régime de Vichy mais l’acceptaient.

  3. Les Français, pour une majorité d’entre eux, acceptaient la Collaboration.

  4. Les Français étaient prêts à aider les Alliés et attendaient leur arrivée.

  5. Les Français étaient prêts à reprendre le combat aux côtés de De Gaulle ou de la Résistance communiste.

7/ En 1942, quelle était, selon vous, la position des Français ?

  1. Les Français soutenaient activement le régime de Vichy.

  2. Les Français se méfiaient du régime de Vichy mais l’acceptaient.

  3. Les Français, pour une majorité d’entre eux, acceptaient la Collaboration.

  4. Les Français étaient prêts à aider les Alliés et attendaient leur arrivée.

  5. Les Français étaient prêts à reprendre le combat aux côtés de De Gaulle ou de la Résistance communiste.

8/ En 1944, quelle était, selon vous, la position des Français ?

  1. Les Français soutenaient activement le régime de Vichy.

  2. Les Français se méfiaient du régime de Vichy mais l’acceptaient

  3. Les Français, pour une majorité d’entre eux, acceptaient la Collaboration.

  4. Les Français étaient prêts à aider les Alliés et attendaient leur arrivée.

  5. Les Français étaient prêts à reprendre le combat aux côtés de De Gaulle ou de la Résistance communiste.

9/ À propos du maréchal Pétain, diriez-vous,

  1. qu’il a trahi la France ?

  2. qu’il s’est trompé de bonne foi ?

  3. qu’il a cherché à sauvegarder les intérêts de la France ?

Haut de page

Notes

1 Si l’on suit Rousso (1987), ce sont les années 1970 qui marquent l’entrée dans la réactivation des souvenirs de la période.

2 Selon Moscovici, les thêmata correspondent à des «[…] idées-sources opérant l’engendrement d’axiomatiques nouvelles dans l’évolution de nos représentations du monde. » (Moscovici & Vignaux, 1994, p. 62.)

3 Les personnes les plus âgées, hormis lorsque l’ancienne profession n’était pas indiquée, ont été catégorisées par rapport au métier exercé pendant la période d’activité professionnelle

4 Je remercie Audrey Vernet qui a procédé au recueil des données.

5 Le codage des réponses a été effectué à partir d’une trame placée sur la carte délimitant des surfaces d’un cm2.

6 Pour une vision synthétique de ces débats et des arguments de réfutation de Paxton, consulter l’avant-propos de l’édition de 1994 de La France de Vichy, 1973. Concernant l’attitude de l’opinion française pendant la période, on pourra consulter également Burrin (1995).

7 Laborie (1990) rapporte, à propos des événements qui se produisent au cours de l’année 1941, alors que l’Allemagne est au faîte de ses victoires, qu’une partie de l’opinion a déjà basculé dès ce moment. L’opportunisme de l’opinion publique française peut, à ce titre, être considéré comme une conception simplificatrice des comportements des Français.

8 Pétain, prévoyant dès 1944 sa traduction devant la Haute Cour de Justice, dans sa fuite à Sigmaringen, déclare en août 1944: «Si je n’ai pas pu être votre épée, j’ai essayé d’être votre bouclier » (voir Paxton, 1994, p. 87).

9 Du point de vue de la préparation technique du corpus pour l’analyse, seuls deux groupes de mots ont été considérés comme formant une seule unité, la devise travail-famille-patrie d’une part, et seconde-guerre-mondiale d’autre part. En outre, le logiciel a été paramétré de sorte à faire jouer aux formes non reconnues le rôle de mots pleins, c’est-à-dire pour le logiciel, d’éléments actifs dans l’analyse.

10 Nous avons retenu, pour présenter les mots caractéristiques, la forme du mot la plus fréquemment citée par les personnes interrogées, telle qu’elle est disponible avant la lemmatisation produite par le logiciel.

11 À cet égard, le statut d’Hitler est plus difficile à trancher. Ce personnage peut être rapporté au couple Pétain-Laval ou constituer un motif d’opposition plus général entre Français et Allemands.

12 Le procès qui se tient devant la Cour d’assises de la Gironde s’ouvre le 8 octobre 1997 et se clôt le 2 avril 1998 par l’énoncé du verdict.

13 Voir les articles d’Agulhon ou de Rousso, par exemple, dans le numéro de Vingtième siècle, 1985, consacré à cette question.

14 À la différence de l’enquête A, aucune connaissance n’a été éliminée, même si elle ne relevait pas directement de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Localisations des villes de Paris et de Vichy et types des lignes de démarcation
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 2 Représentation du plan des facteur 1 (horizontal) et 2 (vertical) de l’ACM
Légende Les intitulés des items présents sur le graphique, pour lui conserver une certaine lisibilité, ne sont pas complets. Ils permettent d’identifier l’énoncé et d’en rechercher la forme complète en annexe.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Viaud, « Représentations du régime de Vichy ou « se souvenir de ne pas oublier » », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/400 ; DOI : 10.4000/temporalites.400

Haut de page

Auteur

Jean Viaud

Centre de Recherches en Psychologie (CRPSY), Université de Bretagne occidentale, Brest

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page