Navigation – Plan du site
Mémoires et témoignages

La tripartition du champ temporel comme fait de culture

Examen des termes désignant le présent, le passé et l’avenir dans diverses langues
The three-pronged division of the temporal as cultural fact – examining the terms that denote the present, the past and the future in different languages
Jean Chesneaux

Résumés

Cette étude présente un inventaire des termes désignant les notions de passé, présent et avenir dans une vingtaine de langues, tant européennes que non-européennes. Ces termes sont le reflet de diverses cultures du temps, et l’accent est mis ici sur les connotations non-temporelles de ces termes. Ainsi le passé du français, et ses équivalents le guoqu du chinois ou le Vergangene de l’allemand se rapportent tous trois à un déplacement dans l’espace. Ces expédients linguistiques non-temporels se réfèrent soit à un mouvement spatial : ainsi ces trois termes exprimant le passé. Soit à un positionnement relatif, « avant » ou « arrière » : protera, un des termes désignant le passé en grec ancien, signifie « ce qui est en avant (de nous) ». Soit à une confrontation « substantive » : le Gegenwart allemand désigne le présent « contre ». Soit à des modalités de l’Être : ainsi le futura latin, qui est une forme du verbe esse. Cette enquête, certes sommaire, met en évidence les convergences entre des cultures étrangères les unes aux autres, pour désigner les trois « instances » du temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On dit aussi les « moments » du temps, les « dimensions » du temps ; mais ce dernier terme introdui (...)
  • 2 L. Bezacier. L’art vietnamien. Paris, 1957.
  • 3 J’ai personnellement recueilli ce témoignage d’Armand Gatti.

1L’étude présentée ici n’a de sens, qu’à partir d’un accord de principe sur le statut même de ces trois « instances »1 du temps. On considère ici que l’articulation entre présent, passé et avenir est au coeur de la perception humaine du temps ; elle est la base même des « cultures du temps », et pas seulement en Occident. Dans les pagodes vietnamiennes, trois figures du Bouddha (Phât), trois divinités associées accueillent les fidèles : Amithaba le Bouddha du présent, Cakyamuni le Bouddha du passé, et Maitreya le Bouddha de l’avenir ; ils sont tantôt représentés côte-à-côte, tantôt même unis dans un tronc commun dont émergent trois têtes à la fois soudées par le cou et distinctes, et qui regardent dans trois directions2. Un autre exemple de cette « ternarité » du temps est relaté par le poète Armand Gatti. Dans le camp d’extermination de Buchenwald où il avait été déporté, trois rabbins avaient mis en scène pour leurs co-détenus une pièce dont les trois personnages qu’ils figuraient s’appelaient Ich bin (je suis), Ich war (j’étais), Ich werde sein (je serai)3 ; il est permis de penser que l’écho de la culture hébraïque du temps restait vigoureux chez ces rabbins persécutés comme « Juifs allemands ». Par leur voix, c’était dans la combinatoire des trois termes fondateurs du temps, que les déportés tombés dans cet abîme de détresse puisaient leur détermination à tenir bon, leur volonté d’être.

  • 4 J.F. Champollion, Le Panthéon égyptien, réédition, Paris, 1992 (cité par Françoise Gange, Les dieux(...)
  • 5 Georgiques, IV, 393 (cité dans le Vocabulaire européen de Philosophie, entrée « Présent, passé, fut (...)

2Autre référence entre cent, l’inscription repérée par Champollion dans un temple de Saïs, la capitale de l’Egypte pharaonique tardive : « je suis, dit la Déesse, tout ce qui a été, tout ce qui est et tout ce qui sera, car nul n’a soulevé le voile qui me couvre »4. Comme en écho, le devin Protée embrasse selon Virgile quae sint, quae fuerint, quae mox ventura trahantur (les choses qui sont, les choses qui furent, les choses qui arriveront bientôt)5. Notons que Virgile, comme avant lui Homère à propos du devin Calchas conseillant les grecs pendant la Guerre de Troie, se refuse à ranger selon une successivité mécanique les trois moments du temps ; il place le présent en première ligne, dans une position de centralité sur laquelle on reviendra plus loin.

  • 6 J. Filliozat, « Le temps et l’espace dans les conceptions du monde indien » (Revue de Synthèse, jui (...)
  • 7 G. Guillaume. Temps et verbe. Paris, 1968, appendice sur « l’architectonique du temps dans les lang (...)
  • 8 Ibid. (souligné par moi, J. C).

3Selon l’Atharta Veda, le temps est l’instance suprême, « qui est responsable du fait que nous nous représentons les choses soit comme passées et disparues, soit actuelles, soit comme futures »6. On peut penser que ces convergences, loin d’être fortuites, expriment fortement le caractère général de la tripartition du temps, telle que l’ont perçue des cultures très éloignées les unes des autres. Cette organisation mentale du champ temporel rejoint assez bien le beau terme de G. Guillaume : une « architectonique du temps ». L’étude de ce dernier7, si son objet technique est circonscrit aux « temps » grammaticaux, est riche en aperçus généraux sur les instances mêmes du temps ; « l’image du temps, dit Guillaume, n’acquiert une existence propre qu’en vertu d’une abstraction, la plus importante sans doute qu’ait jamais produite l’esprit humain »8. Il s’agit, dit encore celui-ci, d’un « panoramisme du temps ».

  • 9 Barbara Cassin, op. cit, pp. I016-1021 ; cette entrée est signée de Pascal David.
  • 10 François Jullien, Du « temps », éléments d’une philosophie du vivre. Paris, 2001.
  • 11 Je remercie Alain Schnapp de cette information, reprise du chroniqueur Critoboulos Imbros.

4Bref le temps est philosophiquement « détriplé », autant que grammaticalement – pour reprendre le terme vigoureux de l’entrée « Présent, Passé, Futur » dans le Vocabulaire philosophique de Barbara Cassin9. Que l’Occident soit allé plus loin dans l’élaboration de termes abstraits désignant LE présent, LE passé, LE futur ne signifie pas que les autres cultures et leurs langues y aient été indifférentes. L’hypothèse de travail ici mise en œuvre va donc directement à l’encontre des analyses du sinologue François Jullien, pour qui « le temps » (il lui inflige de gros guillemets...) n’est qu’une construction de la culture occidentale10. Les exemples déjà évoqués ici, les trois figures du Bouddha, les trois rabbins de Gatti, les trois êtres de la déesse de Saïs confirment que la structure ternaire de notre perception du temps n’est nullement confinée à la pensée occidentale, comme le voudrait le « relativisme culturel » en vogue chez les post-modernes. En fait, il existe maints autres exemples de ce non-monopole occidental des trois instances du temps. Qu’il suffise ici d’évoquer la démarche visionnaire du sultan Méhémet II, visitant solennellement les ruines de Troie après la prise de Constantinople en 1453 ; en ayant triomphé des Grecs, il venait, déclara-t-il, venger les Troyens et il disait son espoir de trouver lui aussi dans le futur son Homère11. Sa posture présente de vainqueur et sa confiance orgueilleuse dans l’avenir de l’empire ottoman s’enracinaient dans la mémoire multi-séculaire de la guerre de Troie...

  • 12 Une étude plus générale (« Cinq clés pour l’appréhension du temps »), parue dans le numéro 1 de Tem (...)
  • 13 G. Guillaume, op. cit. (souligné par moi, J. C).

5Cette tripartition du champ temporel est l’assise même de notre représentation du temps comme devenir et comme flux12. Des langues très diverses – mais non toutes... – ont cherché à exprimer la perception que nous en avons. « Au commencement, dit G. Guillaume, le présent enfermait en lui le temps in-extenso, l’expérience entière du temps... obéissant à sa loi d’étroitesse, il s’est rétréci progressivement et a expulsé de lui-même, sur un mode bilatéral, le temps contenu en excès... le passé du côté de la mémoire, le futur du côté de l’imagination. Les langues ont cherché – et souvent trouvé – un équilibre satisfaisant entre ces deux mouvements expulsifs »13. Le présent travail se propose d’esquisser un inventaire des termes désignant présent, passé et futur, dans différents idiomes.

6Autant que sur la légitimité d’une perception ternaire du temps humain, il faut d’emblée préciser que notre étude repose sur un second principe : à savoir la distinction entre ces trois instances du temps comme catégories de pensée, et les formes grammaticales du « temps » des verbes. Cette distinction permet d’éviter la confusion qu’entretiennent entre ces deux niveaux les mots français présent, passé, futur. Alors que cela va de soi en allemand, qui utilise Vergangene et Zukunft pour le passé et le futur comme notions générales, mais Prätärit et Futurum pour les formes de la conjugaison des verbes. L’anglais évite lui aussi cette confusion, cette fois en utilisant deux mots différents pour désigner soit « le temps » dans son statut général (time), soit « les temps » de la conjugaison des verbes (the tenses) ; ainsi, le passé-en-soi (past) est clairement distingué du passé grammatical des verbes (past tense). De son côté, l’arabe ne peut confondre hadir (le futur-en-soi) et mudari (le futur grammatical). Si la présente enquête avait été présentée directement en allemand ou en anglais, tout commentaire sur cette infirmité française eût été superflu...

  • 14 V. Goldschmidt. Le système stoïcien et l’idée de temps. Paris, 1969.

7Mais il faut bien reconnaître que les interférences – terme prudent – entre les catégories temporelles et la conjugaison des verbes sont fort anciennes. En Occident, elles remontent aux philosophes stoïciens de la Grèce classique qui, les premiers, ont à la fois construit une théorie de la temporalité et inventé les catégories grammaticales du temps des verbes. On sait qu’ils privilégiaient le présent, le seul « temps » qui existe réellement selon Chrysippe (280-205 avant notre ère), fondateur du stoïcisme et grammairien14.

  • 15 Jacques Montredon, « The relationship existing between gestures expressing Time and Environment amo (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Entretien oral avec Alban Bensa.

8Le triptyque présent-passé-avenir est donc examiné ici comme un fait générique, commun à l’ensemble du genre humain ; et ce, même si diverses sociétés du non-Occident s’en tiennent à des niveaux très inégaux de conceptualisation du temps. Si le peuple des Ngaatjatjarra dans le désert d’Australie occidentale, fort éloigné de nos cultures occidentales et pas seulement en distance kilométrique, ne possède pas de mot pour désigner « le temps », un anthropologue familier de ce peuple estime que « cela ne signifie pas qu’ils ne soient pas conscients du passage du temps »15 ; ils ont en effet élaboré des termes bien distincts, soulignés par des mouvements appropriés de la main, pour désigner le présent, le passé, l’avenir  : soit kuwarri, kutjupttulpi, nguula16. Dans des langues kanak comme le paici et le cemuhi, selon l’anthropologue Alban Bensa, il n’existe pas non plus de terme général désignant des entités conceptualisées, ni pour le passé ni pour le futur ; on emploie des « indicateurs de temps » comme -deürü, dans l’avenir. Et le présent kanak n’existe qu’en se réalisant dans la vie sociale, il est donc contextualisé plutôt que temporalisé. Quand on est assis sur un tertre coutumier, c’est dans le présent qu’on affirme la proximité des ancêtres17.

  • 18 Ce terme récent représente comme une inversion de l’ancien verbe avenir (écrit en un seul mot), c’e (...)

9Le fait majeur qui ressort de notre inventaire, c’est qu’à de rares exceptions près, les termes très variés désignant présent, passé et futur ne concernent pas directement un fait de temporalité, mais évoquent des connotations non-temporelles qui sont autant de nécessaires « relais ». Ainsi, l’avenir (à-venir) du français moderne rattache le futur à une « venue » en tant que déplacement spatial18. Le guo-qu (le passé) du chinois fait doublement appel à des mouvements physiques  : guo, c’est franchir, et qu, s’en aller. Autant d’expédients linguistiques qui viennent pallier le fait central de la non-représentabilité, de la non-disibilité directe du temps.

  • 19 G. Guillaume. op. cit., appendice, p. 17.

10Nous sommes en effet dans l’impossibilité de percevoir matériellement le mouvement du temps, qui pourtant est tout autre chose qu’une construction aléatoire de notre imaginaire. Aucun de nos cinq sens ne nous permet de saisir le devenir du temps, auquel seul peut accéder notre intellect. En revanche, l’espace, ce « faux jumeau » du temps, nous est directement accessible grâce à notre vue, notre toucher (élargi), notre ouïe même. Du fait de la non-représentabilité directe de cette réalité à la fois suprême et insaisissable qu’est le temps, il a fallu désigner le présent, le passé et l’avenir par des termes empruntés à d’autres champs d’expérience, tels l’à-venir du français et le guo-qu du chinois. « L’esprit humain, selon la forte expression de G. Guillaume, est ainsi fait qu’il a l’expérience du temps, mais n’en a point la représentation. Il lui faut la demander à des moyens constructifs et descriptifs qui sont de l’ordre de l’espace »19.

  • 20 Rom. 5, 14 (traduction de Georgio Agamben sous le titre Le temps qui reste, Paris, Rivages, 2002).

11Les exceptions sont rares, ainsi en sanskrit ou en grec ancien, langues qui s’enhardissent à proposer des termes se référant directement au devenir temporel. En sanskrit, le présent se dit bhavant, le passé, bhuta, le futur, bhavisyant, ces trois formes dérivant du verbe bhu, devenir. En grec ancien, le futur est désigné comme to mellon, du verbe mellein, survenir-dans-le-temps ; « Adam est la figure de l’avenir » (topos tou mellontas), dit fortement Saint Paul dans l’Épître aux Romains20. Et les formes grecques désignant le passé sont souvent issues d’un verbe gignomai, devenir, avoir lieu, donner naissance à ; Thucydide se réfère au passé comme to genomenon, et Xénophon comme ta gegenèmena. Mais le même verbe – beau raccourci exprimant l’unité du devenir temporel, en amont comme en aval – est aussi mis à contribution chez Thucydide pour désigner le futur : to genosemenon, ce qui va se développer.

12En revanche, dans la quasi-totalité des langues examinées ici, les termes désignant présent, passé et avenir sont construits sans référence directe au mouvement propre du temps. On va en esquisser plus loin un inventaire.

13Les associations d’idées, qu’entraînent ces connexions entre champ temporel et champ non-temporel, sont-elles restées plus ou moins conscientes ? Certains linguistes positivistes et formalistes soutiendront que ces termes sont devenus d’usage si commun, qu’on a perdu de vue les référents non-temporels dont ils sont issus. Mais l’hypothèse de travail sur laquelle repose notre inventaire va en sens inverse, et envisage que ceux-ci ne se sont pas tout-à-fait effacés ; ils restent implicitement présents, « subliminaux ». Ainsi, derrière le « passé » du français comme horizon temporel déjà révolu, le verbe passer comme mouvement spatial n’a jamais disparu totalement ; « quand on dit que le temps passe, on a tout dit », assurait Charles Péguy. Et le persan fait appel aux même doublets : le passé, gazachté, reprend le « mouvement de passer » (gazacht).

14Ces connexions linguistiques, il faut y insister, visent à appréhender le temps et le devenir temporel par le détour, le relais de références non-temporelles. En allemand, les termes désignant soit le passé, das Vergangene, soit le futur, die Zukunft, sont construits d’après les verbes gehen, aller, et kommen, venir, évoquant des mouvements physiques dans l’espace. Le turc fait appel à des termes analogues, désignant eux aussi des déplacements dans l’espace. Le passé, c’est get zaman, du verbe get, passer et de zaman, le temps ; le futur, c’est gelecek zaman, les temps à venir, de gel, venir.

15Faire appel à des détours de langue, à des relais, se traduit par de larges possibilités de choix, et rares sont les langues dont la rigueur a cristallisé autour d’un seul et unique terme les catégories de présent, de passé, de futur : ainsi les trios present-past-future de l’anglais, ou praesentia-praterita-futura du latin. Même dans les langues occidentales, plus policées, les doublets ne sont pas rares. Le français semble user presque indifféremment de l’à-venir et du futur, avec une nuance majeure que l’on va retrouver plus loin. Le grec, pour désigner le passé, dispose soit du terme ta paroichomena (formé d’après le verbe paroichomai, aller au-delà, s’en aller, disparaître), soit, on l’a déjà mentionné, de mots dérivés du verbe gignomai, devenir. Pour désigner le futur, le chinois présente la même large diversité de termes, que la souplesse de cette langue utilise presque indifféremment comme noms abstraits, comme adjectifs ou comme adverbes : hou-shi, hou-dai (la postérité, les générations à venir), wei-lai (le pas-encore-advenu), plus récemment jiang-lai (le saisir-ce-qui-vient).

  • 21 G. Montredon, op.cit.

16Les connexions figurées que proposent les langues non-occidentales sont souvent très expressives. Ainsi, en japonais, la « postérité » (chisuji) s’écrit en utilisant l’idéogramme chi, sang, lignage. Le hazir turc (hazir zaman, temps présent) évoque l’idée de « se présenter devant quelqu’un ». Et un autre terme turc plus ancien (öngrä-ki) désigne le passé comme « avant le lever du soleil » (ön). Parmi les nombreuses formules indicatives désignant le temps en cemuhi, le passé récent, hääbwen, est formé à partir de bwèn, la nuit, celle dont on vient d’émerger et qui devient la figure sensible du passé ; on en distingue le passé lointain, bwalühi (jadis), qui se rattache à bwalîî, se faire attendre longtemps. Et le présent du paici, amu-jènaa, l’époque actuelle, évoque amu, le terrain qu’on cultive. En njaatjatjarra, le présent, kuwari, évoque un « un-peu-avant, un-peu-après » et s’illustre par un geste d’oscillation21 ; ce présent d’aller-et-venue est donc « duratif », il est l’opposé même du présent de la tradition augustinienne qui, dans le célèbre livre XI des Confessions, se réduisait à un atome de temps si insaisissable qu’à peine surgi du futur, il serait englouti par le passé.

  • 22 Le « Dictionnaire du communisme vietnamien » (Tu dien chu nghia công san khoa hoc, Hanoi, 1986) ne (...)

17Mais l’usage de termes appropriés pour désigner présent, passé et futur n’a pas eu partout la même force, y compris dans un contexte socio-politique « moderne ». Ainsi, l’expression « l’avenir radieux du socialisme », tout-à-fait banale en Occident à l’époque du communisme soviétique – et d’ailleurs traduite du russe – n’avait pas trouvé place dans la langue-de-bois des communistes vietnamiens, pourtant fort loyaux envers Moscou ; et ce, alors même qu’en vietnamien moderne le terme tuonglai (littéralement « ce-qui-n’est-pas-encore-arrivé ») reste d’acception courante pour désigner l’avenir comme catégorie politique22. En revanche, les marxistes arabes ont utilisé pour désigner cet avenir comme horizon social un terme traditionnel, mustaqabal ; il est formé avec la préposition qabla (devant), à rapprocher de quibla, soit le lieu de la mosquée où l’on prie face à La Mecque. Le même terme mustaqabal, dans les discours de Nasser, désignait l’avenir que l’Egypte était appelée à construire.

  • 23 Je remercie vivement de leurs informations et remarques Louis Bazin (turc), Alban Bensa (cemuhi et (...)
  • 24 Ainsi l’étude de J. Montredon déjà citée, l’article d’Elena Cassin (« Cycles du temps et cadres de (...)

18Nous proposons ici un inventaire plus large et plus systématique de ces relais non-temporels. Outre le français, ont été examinés ici certains termes d’akkadien, d’allemand, d’anglais, d’arabe, de chinois, d’égyptien classique, de grec, d’hébreu moderne, de japonais, de latin, de njaatjatjarra (Australie occidentale), de paici et de cemuhi (langues kanak), de persan, de russe, de sanskrit, de turc, de vietnamien. Et ceci, soit par consultation orale de locuteurs ou de spécialistes23, soit aussi en s’aidant des rares travaux disponibles24.


§   §   §

  • 25 Pascal David, op. cit.

19On vient déjà de citer maints exemples de référents non-temporels, appelés en renfort par les diverses langues et cultures pour désigner présent, passé et futur. Il convient maintenant de les classer plus systématiquement, en fonction des catégories non-temporelles auxquelles il est fait appel. De ce classement, se sont dégagés quatre sous-ensembles : d’abord le recours à la spatialisation comme mouvement, comme déplacement dans l’espace ; en second lieu la spatialisation comme positionnement « devant » ou « derrière » ; puis l’idée d’une affirmation « substantive », d’une instance de confrontation ; et enfin les modalités de l’être. On va tenter ici de répartir entre ces quatre classes les termes que nous avons rencontrés. Rappelons que, dans la grande majorité des langues, il n’existe pas qu’un seul terme pour désigner soit le présent, soit le passé, soit l’avenir ; c’est pourquoi deux termes d’acception voisine, ainsi en français « l’avenir » et le « futur », pourront apparaître dans deux classes différentes. Encore que, si l’on y regarde de plus près, ces deux termes sont « aux antipodes » l’un de l’autre, fait remarquer Pascal David dans le Vocabulaire philosophique de Barbara Cassin25, ce ne sont que des « faux jumeaux ». Le futur, c’est ce qui sera comme réalité, dans le mouvement objectif du temps ; l’avenir est ce qui pourrait être comme éventualité, dans l’anticipation.

20Nous allons constater surtout que les mêmes relais se retrouvent dans des sociétés tout-à-fait étrangères les unes aux autres, ce qui souligne le caractère général, transculturel, de ces structures mentales du temps.

  • 26 Dans la tradition hébraïque, le peuple juif, selon Michaël Löwy se désigne lui-même par le terme iv (...)

211/ Spatialisation par déplacement dans l’espace. On a déjà évoqué ici la présence, dans diverses langues, de termes – très convergents – désignant par des relais spatiaux soit le passé soit le futur. Ainsi en allemand – exemples cités plus haut – Vergangene (du verbe gehen, aller, avec la nuance de dégradation, de mise à l’écart introduite par le préfixe ver) et Zukunft (du verbe kommen, venir, avec le préfixe zu qui introduit la nuance de « se présenter devant un supérieur ») ; et en latin praeterita, en chinois guo-qu, en turc get zaman et gelecek zaman, déjà commentés ici. Maintes autres langues font également appel à des termes évoquant un tel déplacement dans l’espace. Le passé du grec ancien, c’est ta paroichomena, littéralement « ce-qui-disparait », « ce-qui-s’en-est-allé », sous-entendu loin du présent. Le passé du russe, plus clairement encore, se représente par le truchement d’un verbe de mouvement, iti, aller (sous sa forme participe), avec le préfixe pro, devant ; donc prochloe, « ce-qui-s’est-écoulé-en-avant-de-nous » (en nous précédant). Le passé de l’hébreu et celui de l’arabe, très proches dans leur démarche, sont issus de la même référence spatiale : pour l’un, c’est a avar, emprunté au verbe « passer » (la-avor, dont la troisième personne du singulier est ce même mot avar)26 ; pour l’autre, c’est (zaman) madî, d’un verbe mada, continuer à être ou aller, et aussi cheminer ; shu’ûb mâdiyya, ce sont les peuples du passé.

222/ Spatialisation par positionnement « devant » ou « derrière ». En grec ancien, le passé, souvent évoqué par des termes dérivés du verbe gignomai déjà cité, est aussi désigné comme ta protera, terme qui désigne une antériorité, un positionnement « devant », dans l’espace comme dans la hiérarchie.

  • 27 Elena Cassin, op. cit.
  • 28 Ibid.
  • 29 J. Leclant, « Espace et temps, ordre et chaos dans l’Égypte pharaonique » (Revue de synthèse, loc. (...)

23« C’est à des notions spatiales que l’akkadien fait appel, pour désigner aussi bien le passé que le futur », explique l’assyriologue Elena Cassin27. Le terme pananu, dérivé d’une racine qui signifie « face », « devant », désigne le passé en tant que « ce-à-quoi-on-fait-face », « ce-qu’on-a-devant-les-yeux » (donc en regardant en amont, du côté du temps révolu). Très logiquement, le futur de l’akkadien évoque le positionnement inverse : « les prédécesseurs, indique encore Elena Cassin, sont ceux qui-marchent-devant, tandis que pour exprimer la notion juridique de succession et de descendance, on emploie le substantif warkatu, « ce qui est derrière »28. Ce positionnement à rebours du flux naturel du temps se retrouvait dans l’égyptien ancien : « sur cette ligne idéale du temps, dit Jean Leclant, c’est vers le passé que les Egyptiens font face » ; ils se servaient du mot hat, la partie antérieure, pour former des locutions se rapportant au passé (hr-hat, imy-hat). En revanche, le futur est « derrière ». « Une civilisation, conclut-il magistralement, ne peut guère se définir de façon plus nette comme étrangère à tout progrès »29.

24Le même positionnement « en amont » se retrouve aussi dans le futur du chinois présenté comme hou-shi, hou-dai (le monde, les générations qui sont derrière nous), ce qui suggère la même réticence que l’akkadien à regarder l’avenir en face, le même souci de se référer au passé comme horizon privilégié de pensée. Mais, dans le chinois contemporain et, peut-on penser, sous l’effet de contacts avec la pensée occidentale, l’avenir est devenu qian tu, le chemin qui est « devant nous » et nous mène vers l’aval du temps – y compris « l’avenir radieux » du vocabulaire marxiste chinois. C’est aussi l’idée d’un futur-devant-nous que suggère le persan ayandé, dérivé de ayand, venir vers (nous).

25Que l’avenir soit éventuellement redoutable, qu’il implique une relation menaçante, s’exprime dans un autre terme russe pour le futur, plus archaïque que l’usuel buduchtchee (« un être-à-venir »), à savoir griadchtchee, « ce-qui-s’avance-et-va-nous-tomber-dessus » (du verbe griadiati, tomber-dessus) – image forte, qui dit l’amère expérience accumulée par le peuple russe au fil des siècles...

  • 30 Ibid.
  • 31 Weltalter (Les âges du monde), p. 15, cité par Pascal David, op. cit.

263/ Confrontation « substantive ». Cette idée apparaît dans le latin praesentia (le « être » qui est devant nous, à la tête de), déjà mentionné plus haut ; et surtout dans l’allemand Gegenwart : faire face dans l’attente, dans une position d’affrontement (gegen, contre), donc, explique Pascal David, « attendre de pied ferme ce qui vient à notre rencontre »30, c’est-à-dire le futur. En fait, cet affrontement, ce gegen, s’exercent vis-à-vis du futur qu’on attend, mais aussi du passé qui s’éloigne. Le philosophe romantique Schelling insistait sur cette posture de rupture du présent, par rapport au passé : « l’homme qui n’est pas capable de s’opposer à son passé (nicht entgegenzusetzen fähigist) n’en a pas, ou plutôt il n’en sort jamais »31.

27La liste peut s’allonger, soulignant ainsi la centralité d’un présent « qui se tient », par rapport au passé et au futur. Le présent du chinois, c’est tang-shi, littéralement le temps (shi) « à-quoi-on-est-confronté » (tang), terme qui introduit aussi l’idée d’obligation, de force des choses – donc un présent auquel on ne peut se dérober et qui s’impose à nous. Le grec ancien désignait le présent, auquel on sait que les stoïciens attachaient une grande importance, comme ta enestota (Polybe), le « qui-se-tient-là » (du verbe enistèmi, dresser, ainsi une stèle, et aussi s’opposer, être imminent, menacer). Très proche, le présent du russe évoque lui aussi un positionnement affirmatif et « substantif » : nastoiachtchee (du verbe stoiati, se tenir debout, en ajoutant la préposition na, nuance d’accumulation et aussi d’authenticité). On a déjà cité ici le hazir zaman du présent turc, « se-présenter-devant-quelqu’un ». Et l’arabe désigne le présent comme hadir, avec l’idée « d’être là et bien là », du verbe hadara, ce-qui-se-présente-à-votre-porte.

  • 32 Science de la logique, cité par P. David, op. cit.

284/ Modalités de l’être. Elles sont très présentes dans le grec ancien, pour lequel le présent, c’est to parôn, dérivé du verbe pareimi, « être », « être-à-la-portée-de », avec une nuance très proche du Dasein de Heidegger. Plus tardif, le futura du latin évoque une forme « à-venir » du verbe esse, être, et qui est proche de la forme passée, fui. Le futur du russe, quant à lui, désigne un « être » à venir, soit buduchtchee, forme participe du futur simple du verbe être : ia budu, je serai. Dans le turc eski zaman (le passé), on retrouve l’idée d’un processus dont on est issu ; ce mot est dérivé d’un mot eski désignant l’origine. De son côté, le passé de l’allemand, en sus du terme courant qu’est Vergangene (ce-qui-s’en-est-allé), se désigne aussi par un autre mot plus abstrait, le Gewesen, le avoir-été, qui propose lui une modalité de l’être puisqu’il dérive d’un ancien verbe wesen, être-comme-essence. Hegel opposait d’ailleurs ces autres « faux jumeaux » désignant en alllemand le passé : l’un n’est que « ce qui est purement et simplement révolu » (Vergangene), l’autre est une « essence intemporellement passée » (Gewesen)32.

29Le terme de l’hébreu moderne désignant le présent porte à des sommets inégalés cette relation entre l’être et le temps : le présent, c’est hoveh, terme qui est par ses consonnes le décalque exact du vocable désignant Dieu même : Ihovah, « je suis celui qui suis », dont les chrétiens ont adopté le doublet Jehovah.


§   §   §

  • 33 Le temps vécu, Paris, 1933, réédité en 1995 aux PUF.

30Cet inventaire, si sommaire soit-il, ne met pas seulement en lumière le besoin, dans des langues très diverses, de désigner les trois instances du temps par des termes empruntés à d’autres champs d’expérience. Il attire aussi l’attention sur la spécificité du présent, du passé, du futur l’un par rapport à l’autre. Encore que bien rares sont les commentateurs de la temporalité comme catégorie générale, à avoir proposé une analyse de chacune de ces trois catégories dans leur statut propre. Les chapitres du grand psychologue Eugène Minkowski, consacrés au présent, au passé, au futur en tant que tels, sont restés l’exception33.

  • 34 Examiner les relations entre la genèse de termes de temporalité particuliers dans une langue donnée (...)

31Et ici, chaque langue choisit pour ces diverses instances des champs de référence distincts, disons – expression commode et vague... – selon son « génie propre »34. Ainsi, des trois termes russes déjà cités ici, le passé (prochloe) est de l’ordre du déplacement spatial, tandis que le présent (nastoiachtchee) est de l’ordre du positionnement affirmatif, et que l’avenir (buduchtchee) est de l’ordre de l’être. Le latin, de son côté, utilise les mêmes références non-temporelles que le russe pour le passé et le futur : praeterita se réfère au verbe eo, aller, avec le préfixe praeter, au-delà de, et futura à une forme du verbe esse, être. Mais la langue de Cicéron fait un autre choix à propos du présent, perçu lui aussi comme une modalité de « l’être » (sentia, pluriel de sens), que renforce le préfixe prae, face à, à la tête de, donc ce qui s’impose à nous.

  • 35 Walter Benjamin, Thèses sur la philosophie de l’histoire, réédition par Michaêl Löwy (L’avertisseur (...)
  • 36 Lettre à Mlle de Roannez.
  • 37 Cité par le Grand Littré, à l’entrée « présent ».

32À un niveau plus général, l’appel à des références spatiales soit comme déplacements, soit comme positionnements « en avant » et « en arrière » semble naturel quand il s’agit et du passé et du futur, lesquels se situent toujours soit en amont soit en aval du flux du temps ; nous en avons cité de nombreuses occurrences. Alors que – corollaire logique – ces appels au mouvement et au positionnement dans l’espace n’interviennent jamais à propos du présent, dont est ainsi mis en évidence le statut très particulier, à la fois « substantif » et de confrontation. Le présent est « immobile sur le seuil du temps », disait Walter Benjamin35. Le présent, avait déjà noté Pascal, est « le seul temps qui soit véritablement à nous »36 ; le grammairien Nicole, un des amis jansénistes de Pascal, disait déjà : « nous sentons l’écoulement de l’avenir dans le passé, et c’est ce qui fait le présent, comme le présent fait toute notre vie »37. C’est un fait que, des trois instances du temps, seul ce présent constitue une expérience immédiatement vécue, alors que et le passé et l’avenir sont des relations pensées.

33Le présent est donc un face-à-face, un gegen, un défi, une confrontation, et ce statut très original de centralité est d’autant mieux marqué qu’on en rencontre la même expression dans des langues très éloignées les unes des autres. Ainsi, la convergence est manifeste entre le tang-shi du chinois (un moment qui s’impose à nous), le Gegenwart de l’allemand (être en attente, dans une position « contre »), le hazir zaman du turc (le temps qui implique de « se présenter devant quelqu’un »), le praesentia du latin (ce qui se tient « à la tête » de nous, ce qui nous tient tête). Autre convergence à partir d’une idée voisine, le grec comme le russe mettent l’accent sur la capacité du présent à « se tenir substantivement » (ta enestota, nastoiachtchee). Notre enquête, soit dit en passant, nous encourage donc à interpréter le présent comme un moment stable du temps et non comme un point insaisissable. Le va-et-vient oscillatoire du présent njaatjarjrra, tout comme le « présent duratif » des stoïciens, sont des défis au dédain professé par la tradition augustinienne, à l’égard d’un présent qui ne serait qu’un atome de temps.


§   §   §

34De notre rapide survol des termes désignant présent, passé et futur dans une vingtaine de langues, on peut semble-t-il dégager plusieurs pistes de réflexion.

35Un détour, un relais non-temporel est le plus souvent nécessaire pour désigner ces trois instances du temps. Mais relais ne signifie pas oblitération. On a déjà suggéré que les acceptions d’origine non-temporelle n’ont pas disparu des termes que nous avons relevés, quand on se réfère explicitement soit au présent, soit au passé, soit au futur comme catégories temporelles. Une aura subliminale continue à flotter autour du Vergangene ou du Zukunft de l’allemand, qui associent passé et futur aux mouvements spatiaux de s’en aller ou de s’en venir.

36Nous constatons aussi que les mêmes relais (ainsi le mouvement dans l’espace, ou la confrontation) se retrouvent dans des sociétés tout-à-fait étrangères les unes aux autres, ce qui souligne leur caractère générique, c’est-à-dire traversant en diagonale l’expérience du temps qu’ont pu construire des sociétés très diverses du « genre humain ». Cette expérience, commune encore que disparate, se traduit souvent par des formulations vives et imagées, notamment dans les langues du « Non-Occident ».

37Pour autant, si l’existence de termes appropriés pour désigner présent, passé et futur n’est nullement limitée à l’Occident, il est de fait que maintes langues non-occidentales n‘ont pas cherché à penser LE passé, LE présent, LE futur dans leur généralité. Le balisage ternaire du champ temporel, pour avéré qu’il soit dans maintes langues et cultures du non-Occident, n’est pas universel au sens propre de ce terme.

38Loin de s’opposer, la diversité des relais utilisés par diverses langues, et en sens opposé leur convergence, viennent ainsi se conforter mutuellement. Ce qui nous amène, à partir du construct majeur qu’est la temporalité, à récuser le relativisme culturel dont certains anthropologues célèbrent les « invariants » irréductibles l’un à l’autre. Les termes désignant présent, passé et futur dans diverses langues sont autant de contributions à des « cultures du temps », qui sont à la fois propres à chaque société, et traversées d’un mouvement convergent par le recours à des relais non-temporels souvent proches les uns des autres.

39L’examen de cette diversité et de ces convergences n’est pas un simple exercice de comparatisme ethno-linguistique, un examen technique des formes et flexions verbales désignant présent, passé et futur. Notre inventaire espère avoir proposé des matériaux qui peuvent aider à mieux dessiner l’« architectonique », le « panoramisme » du temps, termes hardis proposés par le linguiste non-formaliste G. Guillaume. Et ces matériaux terminologiques, tels que les offrent les diverses langues examinées ici, sont encore remarquables par leur thématique inventive, leur richesse figurative, leur sens de l’image concrète, bref leur force de création culturelle, « culturée » ; les exemples que nous en avons rencontrés n’ont pas besoin d’être rappelés à nouveau.

40Notre Zeitlichkeit, notre être-dans-le-temps est bien un fait de culture, et des sociétés très diverses ont été capables, à travers des termes appropriés, de prendre en compte le présent, le passé, le futur.

Haut de page

Notes

1 On dit aussi les « moments » du temps, les « dimensions » du temps ; mais ce dernier terme introduit une confusion avec les dimensions de l’espace, lesquelles à l’inverse de celles du temps sont réversibles et interchangeables. À la suite de Paul Ricœur et de Martin Heidegger, les philosophes parlent plutôt des ek-stases du temps.

2 L. Bezacier. L’art vietnamien. Paris, 1957.

3 J’ai personnellement recueilli ce témoignage d’Armand Gatti.

4 J.F. Champollion, Le Panthéon égyptien, réédition, Paris, 1992 (cité par Françoise Gange, Les dieuxmenteurs, Bruxelles, 2OO2).

5 Georgiques, IV, 393 (cité dans le Vocabulaire européen de Philosophie, entrée « Présent, passé, futur », sous la direction de Barbara Cassin. Paris, 2004).

6 J. Filliozat, « Le temps et l’espace dans les conceptions du monde indien » (Revue de Synthèse, juillet 1969).

7 G. Guillaume. Temps et verbe. Paris, 1968, appendice sur « l’architectonique du temps dans les langues classiques ».

8 Ibid. (souligné par moi, J. C).

9 Barbara Cassin, op. cit, pp. I016-1021 ; cette entrée est signée de Pascal David.

10 François Jullien, Du « temps », éléments d’une philosophie du vivre. Paris, 2001.

11 Je remercie Alain Schnapp de cette information, reprise du chroniqueur Critoboulos Imbros.

12 Une étude plus générale (« Cinq clés pour l’appréhension du temps »), parue dans le numéro 1 de Temporalités à l’automne 2004, m’avait déjà permis d’insister sur ce caractère fondateur de la relation présent-passé-avenir.

13 G. Guillaume, op. cit. (souligné par moi, J. C).

14 V. Goldschmidt. Le système stoïcien et l’idée de temps. Paris, 1969.

15 Jacques Montredon, « The relationship existing between gestures expressing Time and Environment among the Ngaatjatjarra of the Western Australian desert » (Centre de linguistique appliquée, Université de Besançon, 1995).

16 Ibid.

17 Entretien oral avec Alban Bensa.

18 Ce terme récent représente comme une inversion de l’ancien verbe avenir (écrit en un seul mot), c’est-à-dire échoir, se réaliser. « Il avint que deux voyageurs... » (La Fontaine, cité par Littré).

19 G. Guillaume. op. cit., appendice, p. 17.

20 Rom. 5, 14 (traduction de Georgio Agamben sous le titre Le temps qui reste, Paris, Rivages, 2002).

21 G. Montredon, op.cit.

22 Le « Dictionnaire du communisme vietnamien » (Tu dien chu nghia công san khoa hoc, Hanoi, 1986) ne comporte même pas d’entrée « tuong lai » (l’avenir).

23 Je remercie vivement de leurs informations et remarques Louis Bazin (turc), Alban Bensa (cemuhi et paici), Hélène Chatelain (russe) , Georges-Arthur Goldschmidt (allemand), Ahmad Khalili (persan), Michaël Löwy (hébreu moderne), Jacques Montredon (ngaatjatjarra), Nguyen-Van-Ky (vietnamien), Pierre Pachet (grec ancien), Patrice Platel (japonais), Alain Roussillon (arabe), Léon Vandermersch (chinois), Francis Zimmermann (sanskrit). Sans oublier mes vieux compagnons toujours vaillants, le Bailly pour le grec, le Chtcherba pour le russe, le Matthews pour le chinois, le Sachs-Vilatte pour l’allemand.

24 Ainsi l’étude de J. Montredon déjà citée, l’article d’Elena Cassin (« Cycles du temps et cadres de l’espace en Mésopotamie ancienne », Revue de Synthèse, op. cit.), ou l’ouvrage de G. Guillaume déjà cité.

25 Pascal David, op. cit.

26 Dans la tradition hébraïque, le peuple juif, selon Michaël Löwy se désigne lui-même par le terme ivri, ceux qui passent, qui se déplacent.

27 Elena Cassin, op. cit.

28 Ibid.

29 J. Leclant, « Espace et temps, ordre et chaos dans l’Égypte pharaonique » (Revue de synthèse, loc. cit.).

30 Ibid.

31 Weltalter (Les âges du monde), p. 15, cité par Pascal David, op. cit.

32 Science de la logique, cité par P. David, op. cit.

33 Le temps vécu, Paris, 1933, réédité en 1995 aux PUF.

34 Examiner les relations entre la genèse de termes de temporalité particuliers dans une langue donnée, et la « vision du monde » de la société parlant celle-ci, sortirait du cadre de cette étude.

35 Walter Benjamin, Thèses sur la philosophie de l’histoire, réédition par Michaêl Löwy (L’avertisseur d’incendie, Paris, P.U.F., 2001).

36 Lettre à Mlle de Roannez.

37 Cité par le Grand Littré, à l’entrée « présent ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Chesneaux, « La tripartition du champ temporel comme fait de culture », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://temporalites.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Jean Chesneaux

Professeur émérite, Université Paris VII (histoire contemporaine de l’Asie orientale ; Directeur d’études, École des Hautes études en sciences sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page