Navigation – Plan du site
Note de recherche

Paroles de Soleil

Essai de classification des devises des cadrans solaires de France en fonction de leurs sens intrinsèques
Presentation of Words of the Sun. A tentative classification of sundial mottoes according to their intrinsic meaning.
Olivier Escuder

Résumés

Le cadran solaire est souvent considéré aujourd’hui à tort comme un simple élément de décor extérieur. Il constitue, en réalité, un instrument astronomique complexe aussi bien à penser qu’à réaliser. Ses principes sont régis par une science dérivée directement de l’Astronomie et de la mécanique céleste, appelée Gnomonique, du grec γνωμων (gnômôn) signifiant juge avec un sens de compétence reconnue. Les devises et autres inscriptions que l’on relève sur les cadrans solaires peuvent aider à comprendre la notion du temps qui passe, son interprétation dans le conscient et l’inconscient individuels ou collectifs, et les rapports que l’Homme entretient avec celui-ci. Le territoire français bénéficiant de cadrans parfois très anciens, une étude de ces devises peut montrer les modifications de ces rapports en fonction des siècles, voire même des décennies. La Commission des cadrans solaires de la Société astronomique de France a constitué un groupe de travail sur les devises des cadrans solaires de France dès 1998. Ce groupe a travaillé pendant près de sept années sur la mise en place d’un schéma de classification des devises en fonction de leurs sens intrinsèques. Par l’analyse de près de 3 000 devises, ce schéma a montré douze grands courants de sens et a abouti à la récente publication d’un ouvrage nommé Paroles de Soleil – Devises des cadrans solaires de France présentant et expliquant 2 159 devises relevées sur des cadrans solaires français.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le texte qui suit est un long résumé d’un livre sur le patrimoine et l’épigraphie gnomonique dont la parution était très attendue par les spécialistes de la question (Paroles de Soleil. Devises des cadrans solaires de France. Édition Manuscrit-Université, 2005). Il a été rédigé par Olivier Escuder, le principal auteur de l’ouvrage, qui nous propose ici des résultats inédits pour faire lien avec un article de la présente revue, publié dans le premier numéro (Ramos J.-M. & Reinert M., « Les inscriptions du temps sur les cadrans solaires. Analyse d’un corpus de devises anciennes par la méthode Alceste »).

Texte intégral

Introduction

1Le cadran solaire est souvent considéré aujourd’hui à tort comme un simple élément de décor extérieur, faisant, par son côté « rétro » à l’heure de l’horloge atomique, un clin d’œil aux temps passés. Il constitue, en réalité, un instrument astronomique complexe aussi bien à penser qu’à réaliser. Ses principes sont régis par une science dérivée directement de l’Astronomie et de la mécanique céleste, appelée Gnomonique, du grec γνωμων (gnômôn) signifiant juge (Georgin, 1961) avec un sens de compétence reconnue, référentielle et indiscutable.

2Les devises et autres inscriptions que l’on relève sur les cadrans solaires peuvent aider à comprendre la notion du temps qui passe, son interprétation dans le conscient et l’inconscient individuels ou collectifs, et les rapports que l’Homme entretient avec celui-ci. Le territoire français bénéficiant de cadrans parfois très anciens, une étude de ces devises peut montrer les modifications de ces rapports en fonction des siècles, voire même des décennies.

  • 1 Olivier Escuder (dir.), Pierre Bacchus, Jean Fort, Serge Grégori, Nicole Marquet, Paroles de Soleil (...)

3La Commission des cadrans solaires de la Société astronomique de France a constitué un groupe de travail sur les devises des cadrans solaires de France dès 1998. Ce groupe a travaillé pendant près de sept années sur la mise en place d’un schéma de classification des devises en fonction de leurs sens intrinsèques. Par l’analyse de près de 3 000 devises, ce schéma a montré douze grands courants de sens et a abouti à la récente publication d’un ouvrage nommé Paroles de Soleil – Devises des cadrans solaires de France1 présentant et expliquant 2 159 devises relevées sur des cadrans solaires français.

Au départ : une volonté d’actualisation des connaissances

  • 2 Adresse postale : Société astronomique de France – 3, rue Beethoven – 75016 Paris – France – Téléph (...)

4Créée au sein de la Société astronomique de France en décembre 1972, la Commission des cadrans solaires2 reste encore aujourd’hui le seul regroupement en France de passionnés d’horloges solaires  ; simples amateurs, gnomonistes théoriciens ou constructeurs professionnels appelés cadraniers. Les premiers buts que se fixa la Commission furent d’une part la recherche en Gnomonique et d’autre part l’édification d’un recensement le plus exhaustif possible de tous les cadrans solaires présents sur le territoire français, en plus de l’engagement d’actions de sauvegarde des cadrans patrimoniaux. Trente-trois ans plus tard, la Commission possède un inventaire de près de 24 000 cadrans solaires. Chaque cadran possède une fiche de description standardisée relevant toutes ses particularités, tant techniques qu’ornementales. Environ un tiers de ces cadrans possède une devise ou une inscription. Ce titanesque travail de recherche, de description et de fichage n’est pas encore terminé. Il ne le sera vraisemblablement jamais étant donné le nombre important des nouveaux cadrans découverts chaque année.

5Si l’ensemble des cadrans a été étudié et analysé dans leur aspect technique par les responsables du fichage, il restait encore une tâche difficile à entreprendre ; celle de recenser toutes les devises qu’il contenait.

  • 3 Le site Internet www.locutio.net a entièrement recensé toutes les devises contenues dans l’ouvrage (...)

6La dernière étude en langue française sur les devises des cadrans solaires remonte à 1936. Dans son remarquable ouvrage, 800 devises de cadrans solaires, Charles Boursier faisait état de 752 devises dont certaines ne figuraient même pas sur des cadrans solaires. Cet ouvrage n’a été tiré qu’à une seule édition et il est extrêmement difficile de se procurer un exemplaire3. Nombreuses sont les devises qui ont été perdues, modifiées ou créées. Depuis Boursier, il n’y a eu aucune autre étude, du moins à notre connaissance. Les études sur les devises des cadrans solaires n’ont pas brillé par leur fréquence, bien que certains auteurs aient fait quelques collections manifestes, parfois éditées (Rivières, 1877 à 1885, Germain de Maidy, 1887), mais le plus souvent restées inconnues. Il existe des études en langue anglaise (Gatty, 1872), mais tout aussi anciennes et introuvables que l’est l’ouvrage de Charles Boursier. À ce jour, aucune des différentes sociétés de Gnomonique du monde n’a tenté un travail aussi poussé que le nôtre : détailler chaque devise, la traduire, présenter sa localisation, rechercher son origine et toutes les informations qui peuvent en éclairer le contenu, tout en construisant une véritable classification rigoureuse et adaptative.

7Il devenait donc plus qu’intéressant de refaire un état des devises des cadrans solaires de France et, cela, en utilisant la masse énorme des informations recueillies par les fiches de description de la Commission des cadrans solaires. L’idée de ce nouveau recensement des devises revient à Jean Fort. En mai 1998, lors de la traditionnelle réunion de printemps de la Commission, M. Fort s’est montré très favorable à la création d’un tel projet. Après accord du président Denis Savoie, un groupe de travail fut créé. Il est toujours aujourd’hui constitué de MM. Pierre Bacchus, Olivier Escuder, Jean Fort, Serge Grégori et de Melle Nicole Marquet.

8Ce groupe de travail s’est fixé pour objectif de recenser toutes les devises inscrites sur les cadrans solaires fichés à l’inventaire de la Commission, de les traduire, de rechercher toute information permettant de mieux les comprendre et de retrouver leur origine exacte lorsque cela était encore possible, de les classer en fonction de leur signification et de les publier dans un recueil les présentant une à une, tout ceci en utilisant pour base l’ouvrage de Charles Boursier dans la méthodologie de travail adoptée.

Organisation du groupe de travail

9Notre étude sur les devises couvre les enregistrements des cadrans depuis la création de la Commission jusqu’au 31 décembre 2000. Pendant cette période, 15 103 cadrans ont été fichés dont près d’un millier a, d’ores et déjà, irrémédiablement disparu. Les devises retenues sont celles figurant sur les cadrans solaires présents sur le territoire français (y compris les départements et territoires d’outre-mer) fichés dans l’inventaire de la Commission et ce, quel que soit le type du cadran qu’elles ornent. Les devises des cadrans solaires présents dans les musées et collections privées ont été également prises en compte, ainsi que celles figurant sur des cadrans aujourd’hui disparus. Ont donc été exclues les devises ne figurant pas sur des cadrans solaires (horloges, frontons de bâtiment, etc.), les devises situées hors du territoire français, celles de cadrans non encore fichés par la Commission ou en attente de fichage, ainsi que les devises trouvées dans l’abondante littérature sur les cadrans solaires et les recueils de devises comme l’est l’ouvrage de Boursier.

10Encore faut-il définir ce qu’est une devise. Il n’existe pas de définition véritablement reconnue pour expliquer ce qu’est une devise de cadran solaire. Après de nombreuses réflexions sur ce point, nous sommes arrivés à la conclusion suivante : une devise est une inscription dont le but est de pousser celui qui la lit vers la réflexion. Cette réflexion est le plus souvent d’ordre philosophique ou métaphysique, mais elle peut également donner des conseils pour vivre harmonieusement ou prendre la forme d’une dédicace à une personne chère ou disparue trop tôt. Prenons deux exemples pour bien comprendre ce qu’est une devise : l’inscription « Latitude 42°6’N – Longitude 3°02’E » n’a qu’une valeur informative sur la localisation du lieu, alors que l’inscription « Sais-tu, mortel, à quoi je sers ? » va interroger le passant. Celui-ci va réfléchir à cette question que lui pose le cadran et peut-être arriver à une des réponses possibles et qui, d’ailleurs, est souvent mentionnée : « À marquer les heures que tu perds ! ».

11Pour mettre en place le schéma de classification des devises, nous nous sommes largement inspirés de la méthode qu’avait utilisée Charles Boursier. Sa classification comportait des grandes catégories de sens, appelées « groupes », numérotés de I à IX, pouvant se découper en sous-catégories qu’il avait nommées « paragraphes », numérotés par des lettres majuscules. Boursier avait déterminé neuf groupes et les avait subdivisés en trente-six paragraphes. Par exemple, le groupe I des pensées religieuses, patriotiques et politiques était découpé en quatre paragraphes nommés : A – Glorifiant Dieu, B – Engageant à la prière, C – Pensées diverses et D – Patriotiques, politiques.

12Ce type de classification pouvait à l’époque être considérée comme suffisante pour l’étude de 752 devises. Mais son architecture nous a paru confuse car mêlant parfois des catégories profondément différentes, comme le montre le groupe I où sont mélangées les pensées religieuses avec les pensées patriotiques et politiques. Aussi, avons-nous été obligés non seulement de réviser le schéma de Boursier, mais également de le modifier, de le compléter et de l’étendre grandement, tant le nombre des devises que nous avions à classer était important. Au terme de notre étude sur les devises des cadrans solaires de France, nous sommes arrivés à un ensemble de douze groupes, appelées catégories. Chacune de ces catégories peut, comme chez Boursier, être découpée en subdivisions d’ordre inférieur, elles-mêmes pouvant être divisées à leur tour en niveaux inférieurs jusqu’à une extrême finesse. Ce nombre de sous-catégories atteint le chiffre impressionnant de 256 pour l’ensemble des douze catégories de sens retenues dont voici les intitulés :

  1. Devises religieuses

  2. Devises philosophiques et morales

  3. Devises optimistes et épicuriennes

  4. La fuite du temps, la fuite de la vie

  5. La dernière heure – La mort

  6. Devises en relation avec l’Astronomie

  7. Fonctionnement et utilité du cadran solaire

  8. Les bienfaits de la lumière

  9. Pensées humoristiques – Jeux de l’esprit

  10. Pensées commerciales et professionnelles

  11. Pensées patriotiques, politiques et historiques

  12. Devises personnelles – Devises dédicaces

  • 4 Livre de la Sagesse, II, 5: «Umbrae enim transitus est tempus nostrum, et non est reversio finis no (...)

13Toute devise peut n’appartenir qu’à une seule catégorie, mais souvent, nous avons été confrontés à une multiplicité des sens. Ceci nous a forcés à placer certaines devises dans plusieurs catégories à la fois. Ainsi, la devise « TRANSITUS UMBRAE TEMPUS NOSTRUM » (Notre temps [ou vie] est le passage d’une ombre) est une devise religieuse (catégorie 1), puisque provenant du Livre de la Sagesse4, mais c’est également une devise sur la fuite du temps et de la vie (catégorie 4).

14L’organisation de l’étude s’est effectuée sur deux plans : en groupe et en individuel. Les réunions collectives de travail ont permis de mettre en place la méthodologie à suivre, classer les devises en fonction des sens qu’elles pouvaient revêtir, décider des informations à faire apparaître dans l’ouvrage que nous voulions réaliser et en faire les relectures. Parallèlement, chaque membre du groupe de travail s’est concentré sur un rôle particulier : Nicole Marquet s’occupait des traductions, Serge Grégori des informations de localisation, pendant que Pierre Bacchus relisait les épreuves et les corrigeait. Pour ma part, je me suis occupé de l’enregistrement de toutes les informations dans une base de données informatique, puis de la rédaction définitive de Paroles de Soleil, tandis que Jean Fort guidait le travail de chacun.

15De nombreuses personnes ressources ont été également contactées. Elles nous ont bénévolement accordé de leur temps et fait partager leurs connaissances en fonction de leurs domaines spécifiques. Nous avons eu recours à un dense réseau d’universitaires de toute discipline, des astronomes, des philosophes, des historiens, des linguistes, des littéraires, des spécialistes en coutumes régionales, des théologiens et des religieux. Il ne faut pas non plus oublier les constructeurs (professionnels ou non) de cadrans solaires, qui nous ont souvent donné des informations pertinentes sur les raisons qui les avaient poussés à mettre telle ou telle devise sur un cadran. De mai à décembre 1998, nous avons mis en place les méthodes de travail et procédé à quelques essais. Une fois rodés, il nous a fallu près de trois années pour rechercher plus de 3 000 devises, les traduire, les étudier pour les classer et trouver leurs origines. Les années 2003 et 2004 ont été nécessaires pour la rédaction et la relecture de l’ouvrage Paroles de Soleil, ainsi que pour la vérification de nombreuses informations concernant les devises. Ce n’est qu’au début de l’année 2005 que notre travail a pu être considéré comme achevé. Nous avons alors pris contact avec les éditions Manuscrit-Université pour la mise en page définitive de Paroles de Soleil.

La finalisation

16Paroles de Soleil est à mi-chemin entre un thésaurus de pensées diverses et un dictionnaire explicatif. Il présente des devises de cadrans solaires, tout en exposant les informations que nous avons pu trouver à leur sujet. Ce n’est pas un ouvrage d’analyse pure, mais un opus de présentation des devises qui ornent les cadrans solaires de France.

17Nous indiquons, pour chaque devise, son intitulé littéral (avec les éventuelles fautes d’orthographe – ce qui est assez courant sur les cadrans anciens – et les particularités graphiques), sa traduction en français ainsi que la langue dans laquelle elle a été écrite le cas échéant, sa localisation au niveau communal (respectant ainsi le vœu de confidentialité demandé par de nombreux propriétaires) et des informations connexes comme le type de cadran solaire (cadran vertical, cadran horizontal, etc.), la date de fabrication lorsqu’elle est mentionnée ou connue. D’autres informations permettant de comprendre le sens de la devise et son origine sont également révélées : citation littéraire, proverbe, explications des propriétaires du cadran, anecdotes locales, etc. Lorsqu’une devise est déclinée en variantes très proches, nous les indiquons à sa suite.

18L’ouvrage Paroles de Soleil est découpé en deux tomes d’environ 330 pages chacun. Chaque tome possède un index complet des mots contenus dans les devises présentées ainsi qu’un index des communes citées, permettant ainsi des recherches thématiques ou géographiques. Une riche bibliographie et des conclusions sur notre étude viennent clore le tome II.

19Voici un court extrait des devises religieuses dont l’origine provient de l’Ancien Testament  :

MEMORARE NOVISSIMA TUA ET NON PECABIS
Pense à ton heure dernière et tu ne pécheras pas – latin

20Sur une vieille ferme d’Ossès (Pyrénées-Atlantiques) ; cadran probablement contemporain, peut-être faussement daté « 1741 ». Dans cette devise, le mot « PECABIS » devrait s’écrire « PECCABIS ».

21Origine : L’Ecclésiaste, VII, 40 :

« In omnibus operibus tuis memorare novissima tua,
et in aeternum non peccabis.»
(Dans tout ce que tu entreprendras, rappelle-toi ton heure dernière, et tu ne pécheras jamais.)

22Variantes :

MEMORARE NOVISSIMA TVA
Pense à ton heure dernière – latin
Sur l’église de Château-Porcien (Ardennes).

NOVISSIMA MEMORARE
Au hameau des Héritières, commune de La Motte-en-Champsaur (Hautes-Alpes) ; devise aujourd’hui incomplète.
À Saint-Bonnet-en-Champsaur (Hautes-Alpes) ; devise également incomplète.

L’intérêt de Paroles de Soleil

23Nous avons conçu cet ouvrage de façon qu’il puisse être lu par n’importe qui. Paroles de Soleil s’adresse aux curieux de toute nature, au cadranier en manque d’inspiration et qui cherche à mettre une devise sur sa dernière création, à l’historien, au philosophe ou au sociologue, puisque les devises sont le reflet de la pensée humaine. L’amateur d’art ou de patrimoine régional pourra aussi trouver une foule d’informations sur son domaine d’activité. Les linguistes auront également matière à étude. Le champ des matières survolées dans Paroles de Soleil est large ; beaucoup de disciplines sont concernées par notre travail.

24En 2004, Jean-Marc Ramos et Max Reinert (cf. bibliographie) font paraître leur étude sur l’« Analyse d’un corpus de devises anciennes par la méthode Alceste ». Utilisant les 752 devises de l’ouvrage de Charles Boursier, ils ont déterminé 544 devises utilisables et ont tenté de les classer par le vocabulaire dont elles étaient constituées, à l’aide de l’algorithme automatisé appelé Alceste. Cette analyse a montré que ces 544 devises pouvaient se classer en deux grandes classes mères nommées A et B, évoquant respectivement les champs lexicaux du « temps représenté, dont la mesure est liée à l’éternel retour des astres » et d’un « monde subjectif, singulier, éphémère, le temps angoissant de la condition humaine ne pouvant être que vécu… ».

25Chaque classe mère s’est montrée constituée de deux classes à part entière, affinant le champ lexical des niveaux supérieurs cités ci-dessus. Ainsi, la classe mère A se décline en une classe 2 dont le mot-clef est « soleil » et en une classe 4 avec pour mot de référence « ombre ». La classe mère B est composée de la classe 1 avec pour mot-clef « fuir » et en la classe 3 représentée par le mot « heure ».

26Une des difficultés rencontrées par J.-M. Ramos et M. Reinert est le faible échantillonnage représentatif analysable trouvé à partir des devises citées par Boursier. L’étude des devises s’est trouvée en quelque sorte saturée par un manque de matière première, à savoir le nombre de mots significatifs, dits « pleins », dont le nombre ne dépasse pas 148.

27La classification par la méthode Alceste de J.-M. Ramos et M. Reinert a été produite par un programme informatique d’analyse statistique d’occurrence d’apparition de mots dans les 544 devises considérées. Il s’agit donc d’une analyse automatisée, ne faisant guère intervenir d’interprétation de la part d’un être humain, puisque étant le résultat du travail d’un algorithme informatique. Là est toute la différence avec le schéma de classification des devises créé pour Paroles de Soleil. Celui-ci a été longuement pensé, modifié, élargi et corrigé, donc repensé, par les cinq membres du groupe de travail sur les devises. Ce schéma a été forgé par le ressenti de ces cinq personnes, en fonction de leur vécu personnel, de leur sensibilité propre et de leurs affinités avec certaines catégories de sens des devises  : quelques-uns se sont sentis plus proches des devises philosophiques, d’autres des devises sur la fuite du temps.

Quelques statistiques surprenantes

28Une analyse statistique des douze catégories confrontées aux dates de construction des cadrans ou bien aux langues utilisées apporte de nombreuses informations de compréhension et des pistes de recherches à explorer. Sur 3 000 cadrans cités dans Paroles de Soleil, seuls 1 560 possèdent une datation assurée : soit leur date de conception est connue bien qu’elle ne soit pas mentionnée graphiquement, soit celle-ci est numériquement écrite.

Répartition des catégories de sens par époques

29En confrontant les devises des cadrans datables par rapport à leur époque de construction on obtient les résultats suivants. Les cadrans du XVIe siècle étant rares, ils ne sont pas assez nombreux pour que leur analyse soit significative. En revanche, à partir du XVIIe siècle, le nombre de cadrans étant plus conséquent, on peut faire des observations pertinentes quant à la fréquence des catégories des devises. Entre le XVIIe et le XXe siècle, soit sur une période de quatre cents ans, le nombre de cadrans possédant une devise religieuse (catégorie 1) est passé de 21 à 79. Cette apparente augmentation est retournée en baisse conséquente si on compare les pourcentages : au XVIIe siècle, les cadrans à devise religieuse représentaient 28 % du total, alors qu’au XXe, ce pourcentage tombe à 8,62 %. Les devises religieuses accusent donc une perte de vitesse sérieuse, ce qui semble se confirmer au vu de la perte des repères religieux de la Société actuelle (fréquentation des lieux de culte globalement en baisse toute religion confondue, crise de la vocation de prêtre, baisse du nombre de baptêmes et de mariages à l’église, etc.). À l’inverse, l’analyse des chiffres et pourcentages des devises optimistes et épicuriennes (catégorie 3) montre une situation inverse. Au XVIIe siècle on comptait 5 devises, soit 6,67 % du total, alors qu’au XXe, on en observe 197 soit un pourcentage de près de 21,48 %. Cette augmentation spectaculaire corroborerait-elle la chute de la foi au profit de la joie de vivre et de la culture du plaisir que nos contemporains auraient adoptées ? Cette hypothèse se confirme par les mêmes observations de baisse du pourcentage des devises concernant la mort (catégorie 5).

Répartition des langues par époques

30On peut également analyser la répartition en fonction des époques des langues utilisées pour écrire les devises. Les 3 000 cadrans étudiés ont montré l’usage de 27 langues (mortes, officielles, régionales, patois locaux ou écriture phonétique) pour l’écriture des devises que l’on peut trouver en France. Seuls le corse, l’espagnol et le russe ne peuvent pas être considérés car aucun cadran portant une devise dans une de ces langues n’est datable. Pour la même raison que ci-dessus, les devises du XVIe siècle ne sont pas assez nombreuses pour que leur étude soit objective. Le XVIIe siècle montre la prédominance de l’usage du latin (53 devises sur 74, soit 72 %). La langue française vernaculaire arrive en seconde position avec 20 devises sur 74, soit 27 %. Une seule devise sur 74 se trouve être en une langue différente du latin et du français  ; elle est en provençal et semble être l’exception qui confirme la règle. L’étude des langues utilisées au XVIIIe siècle est plus intéressante. Elle montre toujours la prédominance du latin et du français (respectivement 68 % et 30 %), mais on note l’apparition de devises en langues régionales (basque, catalan) ou étrangères (italien, grec classique ou moderne) représentant 2 % des langues utilisées. Le XIXe siècle affirme la tendance à l’apparition des langues régionales (alsacien, breton, catalan, provençal et patois locaux) et étrangères (anglais, grec classique ou moderne, italien), avec toujours la suprématie du latin et du français (respectivement 60 % et 35 %). Au XXe siècle, la toute-puissance du latin est sérieusement écornée  ; le pourcentage de devises écrites en latin chute sensiblement pour passer à 46 % alors que le nombre de devises traduites du latin passe de 324 à 916 entre le XIXe et le XXe (soit une augmentation de 282 %). La langue française se maintient relativement correctement avec une utilisation à hauteur de 39 %. Ce sont surtout les langues et patois régionaux qui augmentent et représentent désormais 13 % des devises. Les langues étrangères, également en augmentation importante, sont utilisées à hauteur de 1,8 %.

Conclusions

31À peine l’ouvrage paru, déjà des lecteurs nous ont demandé si nous allions continuer notre travail et le compléter. Cela est plus qu’envisageable, puisqu’il nous reste encore près de 2 500 devises en attente d’étude et qui ne demandent qu’à être publiées. Les « chasseurs de cadrans » de la Commission sillonnent continuellement la France. Chaque année, ils découvrent plus de 1 500 nouveaux cadrans, dont un tiers possède une devise. Cela fait donc près de 500 nouvelles devises de plus chaque année, pour environ 150 inédites. Notre liste des devises n’est donc ni achevée ni exhaustive. Chaque jour, de nouveaux cadrans sont créés et l’imagination de leur constructeur sans limite.

32La brève analyse statistique que nous avons exposée plus haut montre que l’usage du latin ne s’érodait pas, car nombreuses sont les devises modernes encore écrites dans cette langue. Peut-être le latin, synonyme de Sciences et d’érudition, fait-il toujours rêver nos contemporains ? Autre fait notable, on assiste à une émergence flagrante des langues régionales. Ce fait n’était pas visible sur les devises des cadrans anciens. On observe également de plus en plus de devises revendicatrices, voire régionalistes. Certaines égratignent des grandes personnalités historiques, d’autres fustigent des décisions politiques locales. On peut également se rendre compte que les devises optimistes sont nettement plus présentes au XXe siècle qu’elles ne l’étaient auparavant. Inversement, les devises sur la mort régressent : la mort ne serait-elle plus crainte ? La joie de vivre l’aurait-elle emporté sur la peur des maladies, des guerres et des grands malheurs dont étaient ponctués les siècles passés ? Les devises d’origine religieuse ne s’affichent presque plus sur les cadrans modernes, même si ceux-ci se trouvent sur un lieu de culte : est-ce un indice de plus pour dire que la foi ne fait plus autant recette qu’auparavant ?

33Plus l’on réfléchit et plus l’on vient à penser que les devises des cadrans solaires révèlent l’état de la Société. L’affaire est à suivre, avec un intérêt certain dans de nombreuses matières.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boursier C. (1936). 800 devises de cadrans solaires. Berger-Levrault, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gatty M. (1872). Book of Sun-Dials. Georges Bell & Dalby, London.
DOI : 10.1017/CBO9780511700866

Georgin C. (1961). Dictionnaire grec - français. Hatier, Paris.

Germain de Maidy L. (1887). « Devises horaires lorraines », in Mémoires de la Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc, deuxième série, tome IV. Bar-le-Duc.

Ramos J.-M. & Reinert M. (2004). « Les inscriptions du temps sur les cadrans solaires – Analyse d’un corpus de devises anciennes par la méthode Alceste ». Temporalités, n°1, premier semestre 2004, pp. 19-36.

Rivières (baron de). (1877 à 1885). « Inscriptions et devises horaires », in Bulletin monumental de la Société archéologique de France.

Haut de page

Notes

1 Olivier Escuder (dir.), Pierre Bacchus, Jean Fort, Serge Grégori, Nicole Marquet, Paroles de Soleil. Devises des cadrans solaires de France, 2005, Édition Manuscrit-Université. L’ouvrage est disponible sur commande directement auprès de la Société astronomique de France, pour le prix de 47,80 € TTC (hors frais de port) pour les deux tomes.

2 Adresse postale : Société astronomique de France – 3, rue Beethoven – 75016 Paris – France – Téléphone : +33 (0)1.42.24.13.74.

3 Le site Internet www.locutio.net a entièrement recensé toutes les devises contenues dans l’ouvrage de Charles Boursier. Elles y sont consultables librement dans l’onglet «cadrans solaires».

4 Livre de la Sagesse, II, 5: «Umbrae enim transitus est tempus nostrum, et non est reversio finis nostri  : quoniam consignata est, et nemo revertitur.» (Car le temps de notre vie n’est qu’une ombre qui passe et notre fin est sans retour, le sceau est apposé: nul ne revient).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Escuder, « Paroles de Soleil », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 02 juin 2009, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://temporalites.revues.org/471

Haut de page

Auteur

Olivier Escuder

Société astronomique de France, Commission des cadrans solaires, Groupe d’étude sur les devises des cadrans solaires, 3 rue Beethoven, 75016 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page