Navigation – Plan du site
Lire

Danièle Linhart et Aimée Moutet (dir.), Le travail nous est compté. La construction des normes temporelles au travail

Paris, La Découverte, Collection Recherches. 2005
Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Danièle Linhart et Aimée Moutet (dir.), Le travail nous est compté. La construction des normes temporelles au travail. Paris, La Découverte, Collection Recherches. 2005.

Texte intégral

1Cet ouvrage mobilise une douzaine d’auteurs et réunit treize études de cas qui constituent autant de terrains d’enquête, par ailleurs diversement situés dans le temps et l’espace : les années 1950-1960 pour ce qui est de deux firmes automobiles en France ; les années 1990-2000 pour les onze autres monographies. Trois établissements sont situés à l’étranger – deux en Russie (roulements à bille, agence bancaire), un en Allemagne orientale (aciérie). Les huit autres secteurs professionnels concernés sont situés en France : plateaux téléphoniques financiers, « Parcs industriels fournisseurs », chauffeurs routiers, abattoirs, centres d’appels téléphoniques, restauration rapide, techniciens-conseils des CAF, Hôpital.

2C’est donc à l’introduction qu’il revient d’inscrire ces études dans une perspective d’ensemble. Dans le cadre du contrat de travail salarié le temps appartient aux deux parties en présence, lesquelles se le disputent nécessairement : il appartient objectivement à l’employeur, et subjectivement au salarié. Le conflit dont le temps est l’objet oppose l’entrepreneur visant l’objectivation du temps et des capacités mobilisées, au travailleur s’efforçant d’en conserver la maîtrise subjective. Si le temps de travail est l’une des ressources productives, c’est aussi un temps humain, rebelle donc à sa réduction à une composante abstraite et homogène du procès de travail. On avait pu croire que la solution taylorienne, nonobstant ses aspects monstrueux – amputer l’homme de son initiative c’est en fait lui imposer un effort épuisant pour refouler sa propre activité (Wallon) – était venue à bout de ce conflit. Mais depuis les années 1970, ergonomes, sociologues et psychologues ont mis à jour les écarts irréductibles entre activité réelle et activité prescrite, ne serait-ce que pour parvenir à réaliser ce qui est demandé. Le contrat de travail est donc décidément incomplet. Il reste l’objet d’un malentendu fondamental, qui impose la construction de compromis, toujours fragiles, autour des normes qui le définissent, en particulier des normes temporelles. Depuis les années 1980, à la rationalisation taylorienne, caractérisée par la recherche d’un contrôle par l’objectivation maximale des temps du travail, succède une nouvelle forme de rationalisation du travail, celle de la subjectivité même du travailleur, au travers de l’intériorisation des objectifs productifs. Mais ce changement s’inscrit toujours dans le cadre formaté par la logique taylorienne. La rivalité capital/travail s’est déplacée sur le terrain du temps subjectif. L’enrôlement de la subjectivité des travailleurs au service de la modernisation des entreprises est facilitée enfin par « l’avènement du temps réel » – flux tendu, informatisation – dont la dictature s’impose d’autant plus que ce temps se présente comme donnée extérieure à l’entreprise.

3Cinq contributions sont regroupées dans une première partie de l’ouvrage, « l’irruption de nouvelles normes ». L’accent y est mis sur la dynamique de construction et de déconstruction des normes du temps de travail. Deux historiens étudient les cas de Renault et Peugeot au cours des années 1950-1960, période encore relativement méconnue, On y voit comment, concrètement, le taylorisme s’y généralise au travers des différentes approches – souvent conflictuelles, portées par divers acteurs sociaux, et inégalement présentes selon les sites – du chronométrage en atelier et du salaire au rendement individuel, avant que ce dernier ne soit abandonné avec l’intégration élargie du procès de travail et son automatisation. Les usines situées en Allemagne de l’Est et en Russie fournissent des exemples de la rapidité et de la violence des mutations socio-économiques et politiques associées à l’effondrement des régimes politiques étatistes, bien que dans les deux unités soient parvenues à éviter la fermeture. Ces deux recherches  montrent à quel point les enjeux de la régulation du temps de travail sont inséparables du tissu de rapports sociaux dans lequel elle s’encastre. Enfin l’exemple d’une forme d’activité récente et en plein développement, les plateaux téléphoniques des services financiers, illustre bien à la fois l’actualité des formes d’organisation taylorienne des services, et les obstacles qu’y suscite la forte dimension relationnelle et communicationnelle d’une activité devant composer avec la singularité de chaque client. Ici la mise aux nouvelles normes temporelles s’impose via l’ajustement des horaires aux flux de la clientèle comme de l’affichage du nombre d’appel en attente.

4C’est sous l’intitulé « sophistication et exacerbation du temps normé » que sont rassemblés les huit autres chapitres du livre. Les équipementiers des « Parcs Industriels Fournisseurs » forment  un cas paradigmatique de cumul de contraintes temporelles « industrielles », « marchandes » et « événementielles » sur des salariés soumis à la plupart des formes de flexibilité : polyvalence, modulation du temps, contrat de travail précaire, salaires faibles et peu évolutifs. L’exemple du transport routier de marchandise montre comment ce « service industriel » passe brutalement d’une représentation du travail comme « tâche à réaliser », à celle d’un « temps à passer » : logiques économiques de flux tendu et logiques de réglementation du temps de travail aboutissent fondamentalement à une dépossession du temps des chauffeurs, dans laquelle se mixent contraintes tayloriennes d’objectivation des temps, et flexibilité temporelle. Les abattoirs permettent d’illustrer la thèse d’un « développement de la taylorisation » et d’une « segmentation accrue du temps pro-ductif ». Les autres monographies traitent d’activités de service : centres d’appels téléphoniques, restauration rapide, agence bancaire moscovite, Caisses d’Allocations Familiales, Hôpital. Dans tous les cas on y retrouve la superposition d’une accentuation des normes tayloriennes et de contrôle du temps par les logiques du client, la combinaison du poids d’objectifs quantitatifs et d’objectifs qualitatifs. Les tensions entre ces normes et ces logiques sont régulées par l’engagement subjectif dans le travail, l’intérêt du travail allant souvent de pair avec la souffrance et l’insatisfaction liées au sentiment de ne pas convenablement répondre aux injonctions à la satisfaction du client ou de l’usager. C’est particulièrement vrai des activités de tradition de service public. Quand elle a pu être étudiée de près – comme dans le cas des techniciens des CAF – la manière dont chaque salarié fait face à ces tensions apparaît très diversifiée : elle peut prendre la forme de la distance aux allocataires, de la défense individuelle de son statut de salarié dont la charge de travail s’alourdit, ou de la suractivité professionnelle. Dans la plupart des situations de travail et selon des combinaisons concrètes variées, le « temps étalon » – celui qui mesure et contrôle la prestation de travail – continue d’alimenter les normes temporelles, aux côtés du « temps-contrainte », celui qui est à la base de la définition des objectifs assignés aux salariés.

5La diversité et la richesse de l’ensemble de ces études constitue un apport indéniable à la connaissance des métamorphoses contemporaines du travail, notamment sous l’angle de la rationalisation, rationalisation « industrielle » plus que « professionnelle » d’un ensemble considérable d’activités de service qui s’y prêtent plus que d’autres. On aurait aimé toutefois qu’une perspective comparative soit intégrée de manière plus systématique. Mais cela aurait sans doute supposé que la problématique de la « construction des normes temporelles au travail » soit moins inégalement partagée par l’ensemble des recherches. Du coup on peut se demander si la grille de lecture théorique  proposée en introduction n’est pas trop homogénéisante : les tendances seraient à la montée généralisée des « contraintes temporelles » au sein de la relation salariale, avec le développement du taylorisme auquel se combineraient désormais, dans l’industrie comme dans les services la dictature du client et l’intériorisation subjective des normes. Or la lecture attentive de certaines monographies montre bien l’acuité des tensions et contradictions au travers desquelles se mettent en place les normes temporelles, comme l’illustrent, par exemple dans le cas des usines Renault lors des années 50-60, les conflits entre direction d’une part, et encadrement des méthodes et contremaîtres d’autre part ; ou encore les différences dans l’histoire des stratégies de contrôle des temps entre Renault et Peugeot. Les rapprochements entre les modes de mobilisation des salariés observés dans le contexte français et dans les contextes est-allemand et russe apparaissent d’ailleurs assez périlleux, tant ces contextes diffèrent. Enfin, trop peu nombreux sont les autres travaux récents concernant l’évolution du temps de travail qui sont pris en compte, comme points d’appui ou de controverse. En privilégiant les situations de travail facilitant la « rationalisation industrielle » plus que la « rationalisation professionnelle », en faisant l’impasse sur des milieux professionnels hautement qualifiés, le livre n’a-t-il pas pris le risque d’occulter quelque peu la montée en puissance dans le monde du travail de normes temporelles  radicalement hétérogènes à ce que P. Zarifian nomme le « temps spatialisé » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Danièle Linhart et Aimée Moutet (dir.), Le travail nous est compté. La construction des normes temporelles au travail », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 02 juin 2009, consulté le 22 août 2014. URL : http://temporalites.revues.org/493

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), Université d’Aix-Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Temporalités

Haut de page