Navigation – Plan du site
Lire

Françoise Battagliola, Histoire du travail des femmes

Paris, La Découverte, Collection Repères, 2004
Barbara Rist
Référence(s) :

Françoise Battagliola, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, Collection Repères, 2004.

Texte intégral

1Initialement paru en 2000, l’ouvrage de Françoise Battagliola vient de bénéficier d’une nouvelle édition : en une centaine de pages denses et bien documentées, l’auteure y brosse un parcours passionnant de l’histoire du travail des femmes en France depuis les débuts de l’industrialisation jus-qu’à la fin du XXe siècle.

2Le propos s’organise, en gros, selon un axe chronologique, lequel sert de fil conducteur à une problématique voulant éclairer l’histoire, non « des femmes ou du féminin mais des rapports sociaux entre les sexes », envisagés comme constructions so-ciales, par rapport à la question du travail. C’est donc la dialectique d’une confrontation des genres que F. Battagliola, autour de huit vastes étapes diachroniques (l’entre-deux-guerres, les « Trente Glorieuses », etc.) s’efforce de mettre en lumière.

3On est ici dans le prolongement et la révision d’une historiographie féministe fondée dans les années 70. Il s’agissait alors de montrer un objet (le travail féminin dans le temps) dont n’avait su rendre compte une « historiographie essentiellement écrite au masculin » – au risque de couper l’histoire des femmes de celle des hommes, de fonder la division des rôles sur la différence biologique et ne plus voir que « les continuités  liées à l’oppression ou à la domination des femmes ». Souscrivant aux critiques d’une nouvelle génération de chercheuses (Arlette Farge, Joan Scott), l’auteure remet en avant la dialectique des rapports de domination entre sexes. Son Histoire du travail des femmes explore cette dynamique au regard d’un siècle et demi de bouleversements économiques et sociaux, pour mieux en éclairer les causes, les enjeux, les mouvements rétrogrades ou les brusques progrès.

4Le premier chapitre, centré autour du travail des femmes aux débuts de l’industrialisation, remet en cause la distinction traditionnelle entre travail domestique et emploi salarié qui a servi, un peu vite, à justifier une « répartition sexuelle » des rôles. Les faits historiques se révèlent plus complexes : les femmes ont toujours exercé des activités débordant la sphère domestique, que ce soit à travers des métiers indépendants, l’industrie rurale à domicile, l’atelier urbain. L’essor de la mécanisation entraîne l’abandon progressif du travail à domicile et le développement du travail des femmes dans les fabriques. La spécificité de l’activité féminine, qui compose avec les cycles de la vie familiale,  est alors sa discontinuité et la multiplicité de ses formes (on quitte sa place après la naissance d’un enfant pour reprendre ensuite une autre activité, mieux adaptée aux contraintes familiales du moment).

5Cette fluidité se trouve mise à l’écart des « catégories savantes » et conventions statistiques qui président, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, à la classification de l’activité laborieuse. À travers l’analyse des recensement de 1851 et 1866, l’auteure – avec Desrosières, Thévenot et Topalov – montre comment ces catégories tranchées, délimitant ce qui fait partie ou non du travail, distinguant la population active et inactive, définissant la nature d’une profession, ont participé à la construction sociale d’une position dominée. « Ces catégories ont contribué à repousser aux marges du travail une partie de l’activité laborieuse des femmes, effectuée notamment dans le cadre domestique ».

6Chaque période historique correspond à une nouvelle donne des rôles entre les sexes, sous-tendue par des logiques sociales adaptées à un contexte. À la fin du XIXe siècle dominent ces « archétypes du travail féminin » que sont la domestique, la couturière et l’ouvrière du textile. L’exaltation des vertus féminines (modestie, habileté, moralité) imprè-gne alors les représentations sociales du travail féminin ; et la question qui occupe les réformateurs, syndicalistes ou industriels consiste à savoir si ces vertus sont compatibles avec une activité salariée. Des conduites multiples de ségrégation des rôles ; l’hostilité des syndicats, et du mouvement ouvrier dans son ensemble, au travail des femmes ; et l’intervention du législateur, soucieux de protéger la maternité dans un contexte de forte dénatalité (F. Battagliola souligne bien l’importance cruciale de la loi de 1892 « sur le travail des enfants, des filles mineures et des femmes ») se conjuguent pour maintenir le travail féminin dans une position subalterne.

7Vient le tournant de la Grande Guerre et son bouleversement démographique. Souscrivant à de récents travaux qui nuancent un peu l’impact de la Guerre sur la condition féminine, l’auteure rappelle que les femmes, si elles entrent massivement aux usines pour remplacer les hommes partis au front, n’y ont toujours occupé que les emplois les moins qualifiés. Par ailleurs, après l’Armistice, les figures archétypales de la mère et de l’épouse reprennent de la vigueur, traduisant les préoccupations nouvelles du pays : lutte contre la mortalité infantile et repopulation.

8À l’entre-deux-guerres, les classes moyennes s’étendent et l’histoire du travail féminin croise le formidable essor du secteur tertiaire. Le modèle bourgeois de la jeune fille oisive périclite, mais les vertus traditionnelles de la maison (méticulosité, docilité, sens de la « famille ») sont réactivées au bureau, à travers un nouveau salariat féminin essentiellement promis aux fonctions auxiliaires. À côté de la sphère des employées se développent aussi des métiers dits « féminins » (dans l’enseignement, l’assistance, le soin) à mi-chemin entre la vocation et la professionnalisation. F. Battagliola, reprenant l’analyse de Pinto, montre que les adaptations successives du tertiaire, où la demande suit les transformations de l’appareil productif, n’auraient pu se faire sans cette main-d’œuvre féminine et la construction de ses « propriétés sociales ». Les postes à responsabilité s’ouvrent aux plus diplômées, l’espace d’une décennie (les années vingt), pour raison de pénurie de main-d’œuvre. La crise des années 30 y met un terme, la concurrence entre les sexes s’intensifie et les femmes se replient sur les postes de secrétariat, où « loin de concurrencer les hommes, les femmes les secondent ».

9C’est là que l’approche de F. Battagliola prend tout son sens. Entendue comme reflet d’une confrontation sociale des sexes, la féminisation progressive des emplois de bureau ne se confond plus avec leur déqualification. L’auteure souligne (avec Catherine Omnès) que, contrairement à l’idée reçue, les femmes n’ont pas été les principales victimes de la crise des années 30. La différence s’est jouée sur les secteurs d’activité, dont la répartition par sexe est restée stable tout au long de la crise. Comme le note F. Battagliola : « L’emploi des femmes a […] permis de protéger une majorité d’hommes de la déqualification potentielle en leur réservant les filières les plus qualifiées et promotionnelles, menant vers les emplois de cadre ». Autrement dit, la mobilité sociale ascendante des hommes s’appuie sur la position dominée de l’emploi féminin. Le droit a, lui aussi, contribué à entériner cette ra-tionalité : une épouse au chômage ne touche rien si son mari travaille ; à l’inverse, un « chef de ménage » au chômage touche, en plus de son allocation, un secours supplémentaire pour chaque membre de sa famille – que son épouse travaille ou non.

10Cette élasticité de l’emploi féminin, en quelque sorte adossé au foyer et assujetti à la configuration du marché du travail, mobilisable en cas de pénurie, dispensable en cas de récession, perdure jusqu’à nos jours, expliquant les va-et-vient d’une histoire non « linéaire », mais « faite d’avancées  et de retours en arrière, de contradictions et d’incohérences ». Sa mise en lumière constitue l’un des points forts de cette étude. On la retrouve à l’examen des « Trente Glorieuses », marquées par une émancipation problématique où le travail des femmes augmente fortement, mais avec des qualifications, des rémunérations ou des perspectives toujours moindres que pour les hommes. Les trajectoires professionnelles demeurent discontinues ; le travail domestique reste l’apanage des femmes, continuant d’imposer la « double journée des mères de famille ». Surtout, l’évolution de la population active féminine  réagit à la demande d’emploi. Le travail des femmes joue un rôle occasionnel d’appoint ou de substitution à l’activité du chef de famille : il apparaît comme un facteur de régulation entre les structures productives et familiales. Ainsi la généralisation de l’instruction des jeunes filles répond-elle à un besoin en métiers de service perçus comme « féminins », et exigeant un niveau moyen d’éducation. Ou encore, les aspirations à la mobilité sociale des milieux populaires et petites classes moyennes ne peuvent se réaliser que par l’apport de deux salaires ; en revanche, les épouses de cadres supérieurs sont plus souvent inactives et les femmes d’ouvriers aussi, car le salaire ne compense pas les frais de garde des enfants ni le manque à gagner en prestations sociales. Là encore, l’approche novatrice de F. Battagliola permet de mettre au jour, derrière les représentations sociales convenues, des logiques collectives concrètes. Celles-ci tiennent compte de politiques publiques qui sont les premières à faire de l’emploi féminin une variable d’ajustement – à travers, par exemple, l’ASU (allocation de salaire unique, en vigueur de 1945 à 1978), qui subordonne l’aide aux familles à l’inactivité des mères et établit la progressivité des prestations sociales à partir du deuxième enfant.

11Le dernier chapitre propose un état des lieux de la situation actuelle. Malgré un chômage record, les femmes ne se sont pas retirées du marché du travail et constituaient, en 2002, près de 50 % de la population active ; leur discontinuité professionnelle devient marginale ; les comportements d’activité des hommes et des femmes se rapprochent. Mais si les femmes accédant à l’enseignement supérieur peuvent espérer une carrière voisine de celle des hommes (à salaire un peu moindre, et le plus souvent dans des « niches » professionnelles où ré-insistent les stéréotypes – juge, mais pour enfant ; ingénieur, mais d’études…), les femmes peu diplômées, à l’inverse, se révèlent davantage exposées que les hommes à la précarité. Sur les « segments féminins », le déséquilibre offre / demande fait retenir des candidates surqualifiées pour un poste, cependant que les profils correspondants sont rejetés vers des emplois précaires ou écartés du marché du travail. Porté par des mesures incitatives, l’emploi à temps partiel trouve un bon accueil chez les femmes, séduites par la notion de « temps choisi » et la perspective de concilier « vie professionnelle et vie familiale ». Mais c’est par là, aussi, que le travail féminin retrouve son rôle favori de variable d’ajustement. En 1998, la majorité des femmes touchant des bas salaires travaillait à temps partiel et la moitié environ souhaitait travailler davantage… Comme l’écrit la sociologue C. Nicole-Drancourt (citée par l’auteure) : « La féminisation des emplois atypiques apparaît comme le moyen efficace du passage progressif, et surtout sans obstacle, d’une économie industrielle de croissance, basée sur le plein emploi, à une économie tertiaire, avec emploi flexible et chômage de croissance. » Face au chômage, beaucoup d’inactives prennent par contrainte le statut de femmes au foyer, alors que les hommes restent chômeurs ou passent à la retraite. Certaines aides (congé parental), les pressions familiales, les rapports de force dans le couple se conjuguent souvent pour écarter les femmes du marché du travail, alors même que leur lien à l’emploi demeure vivace et qu’elles n’envisagent nullement leur avenir au foyer.

12Quant aux politiques publiques, l’auteure en propose un bilan mesuré : on y trouve à la fois des mesures de soutien aux travailleuses et des incitations, plus ou moins ouvertes, à rester chez soi pour élever ses enfants… Mais les unes, comme l’AGED (allocation de garde d’enfant à domicile), qui bénéficient aux ménages les plus aisés, favorisent surtout les femmes fortement qualifiées, tandis que les autres, comme l’APE (allocation parentale d’éducation) visent les travailleuses les plus précaires et les moins qualifiées, auxquelles elles offrent une alternative au chômage : pas de « menées » globales contre l’emploi des femmes, donc, mais un moyen opportuniste pour dégonfler un peu, par un alibi consensuel, les statistiques du chômage ; et l’expression d’une idéologie implicite qui accentue le fossé des diplômes, entre une frange d’inactives « aux marges de l’emploi, exposée au sous-emploi et à la précarité », et les travailleuses qualifiées, se rapprochant désormais d’une égalité de traitement avec les hommes. L’auteure est directrice de recherche au CNRS – organisme dont le nouveau conseil d’administration (octobre 2005) compte, rappelons-le quand même, une femme pour vingt et un membres…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Rist, « Françoise Battagliola, Histoire du travail des femmes », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/496

Haut de page

Auteur

Barbara Rist

Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Économique (LISE), CNAM, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page