Navigation – Plan du site

Les temporalités dans les sciences sociales : introduction

Claude Dubar et Christiane Rolle

Texte intégral

1 Ce numéro 8 de la revue Temporalités présente les résultats – incomplets et partiels - d’un exercice collectif ayant consisté, au cours d’une journée d’études en mai 2007, à confronter des définitions et des approches du temps et des temporalités dans plusieurs sciences sociales : l’histoire, la sociologie, la psychologie sociale, la démographie, la sociolinguistique ainsi qu’un éclairage philosophique et épistémologique d’ensemble. L’économie et l’anthropologie qui avaient été prévues n’ont pu – à ce stade - être prises en compte. Nous avons voulu publier dans ce numéro ce qui avait été produit, sans attendre des compléments souhaitables. Nous souhaitons ardemment poursuivre cet exercice de confrontation interdisciplinaire autour de ce qui constitue l’identité de la revue : la prise en compte plurielle du temps dans les recherches des sciences humaines et sociales.

2 On peut tenter de trouver une sorte de socle commun à tous les articles rassemblés dans ce numéro. Il pourrait se résumer par la formule de Michel Lallement : « les temporalités doivent être pensées dans un registre d’analyse qui allie le collectif et le pluriel », complétée par une remarque essentielle de Thomas Loué, empruntée à Marc Bloch : « sachant que le temps est le lieu d’intelligibilité des phénomènes ». On serait ainsi en présence de trois exigences pour définir et penser les temporalités dans nos disciplines : elles ont une origine collective (ce sont des « cadres » fournissant des repères communs), elles sont plurielles comme le sont les groupes humains qui les produisent par leur action (ce sont des attitudes, croyances, des « milieux » foncièrement pluralistes) et elles sont sources d’intelligibilité des phénomènes humains (ce sont des « cartes » comme dit Nicolas Hatzfeld permettant de comprendre et repérer les liens du présent au passé).

3 Au-delà de ce socle commun, des questions largement partagées existent bel et bien et ce numéro en atteste également. Citons-en quatre parmi toutes celles qui sont repérables à travers ces présentations disciplinaires nécessairement incomplètes et partiales. La première est celle que Lallement appelle l’antinomie durkheimienne et que Ricœur appelait les apories philosophiques du temps : comment prendre en compte à la fois le côté « englobant », surplombant, collectif, objectivé (en dispositifs, instruments de mesure, repères collectifs) du temps et son côté « englobé », vécu, pluriel, subjectivé (en discours, conduites, milieux diversifiés). Comment prendre en compte les contraintes d’objectivité, de datation, de repérage dans le passé (Hatzfeld) avec les exigences de compréhension, de subjectivation, d’analyse de discours (Varro), qui impliquent de tenir compte de la pluralité des points de vue sur l’objet, des multiples attitudes et croyances concernant le temps ? Chaque discipline, en  sciences sociales, est confrontée à cette question majeure.

4 La seconde question est celle de l’articulation entre des dimensions, des strates, ou des échelles différentes. Le temps, dès lors qu’on renonce à le réduire à de la mesure purement physique, devient une réalité complexe, feuilletée et pluridimensionnelle. Qu’on l’appelle « géographique » (Braudel) ou « économique » (Labrousse), le temps long est à la fois celui de la stabilité relative des paysages et des cycles séculaires des échanges. Le temps « social » ou « institutionnel » de moyen terme est à la fois culturel et politique, structurel et événementiel, collectif et pluriel. Quant au temps individuel ou « vécu », il est pris dans un réseau de significations, de contraintes langagières et d’irréductibles marges de liberté d’énonciation (Benveniste). Chaque discipline s’efforce, plus ou moins, à sa manière, d’articuler ces diverses composantes de temporalités complexes.

5 La troisième question est celle des méthodes mises en œuvre pour saisir ces temporalités multiples. Toutes les contributions ne l’abordent pas mais celles qui le font montrent bien les défis difficiles à relever pour que le temps devienne bien, dans ses diverses composantes, un objet empirique et pertinent d’analyse. Le passage de l’analyse transversale à l’analyse longitudinale en démographie (Samuel) en est un exemple paradigmatique. Comme l’abandon du plan d’expérience purement synchronique au profit d’approches diachroniques en psychologie sociale (Ramos). Comme le passage d’analyses formelles de la langue à des analyses compréhensives du discours (Varro) dans les sciences du langage. La prise en compte des attitudes, des croyances, des représentations, ou des énonciations relatives au temps permet de comprendre des phénomènes aussi apparemment hétérogènes que les différences de productivité du travail (Thoemmes), les relations entre les rémunérations et les organisations du travail (Hatzfeld), les liens entre les événements biographiques et les contextes (Samuel) ou les différences de réaction à l’égard de son prénom (Varro) : analyses des pratiques (de leurs traces) et analyse des discours (de leur matérialité) sont ici rigoureusement complémentaires.

6 La dernière question, évoquée plusieurs fois mais pas vraiment thématisée, est celle des politiques du temps et plus spécialement de ce que pourrait être une « temporalité démocratique », au-delà de la parcellisation et de l’éclatement des temporalités sociales.  Abordée par Jean Chesneaux dans son livre majeur et plus que jamais d’actualité (Dubar), cette question suppose à la fois de mieux définir ce que William Grossin appelait le « temps dominant », de mieux comprendre sa dépendance à l’égard des processus de mondialisation en cours, et d’élucider en quoi consisteraient ces « politiques des temps » permettant de desserrer les contraintes du temps des marchés pour augmenter les potentialités des « temps libres » pour le plus grand nombre. Au-delà des temporalités éclatées et de la dictature du temps industriel dominant (Thoemmes), le temps pourrait (re)devenir ce « compagnon » (Chesneaux) que chacun aspire à côtoyer et à intérioriser gaiement.

7 L’ordre des contributions est largement arbitraire. Les quatre premières sont l’œuvre d’historiens et de sociologues. Thomas Loué s’interroge sur le temps des historiens et, retraçant la trajectoire de l’historiographie française de la Révolution Française à nos jours, montre l’importance de « la geste des Annales » réaffirmant à la fois la nécessité de prendre en compte l’épaisseur temporelle, la pluralité des temporalités et l’autonomie du chercheur par rapport aux pouvoirs des États. Michel Lallement montre en quoi l’échec relatif de l’école durkheimienne de fonder une sociologie du temps a permis à des sociologues de combiner les deux termes de l’antinomie du « temps social » : son caractère collectif et ses dimensions plurielles. En rétablissant le temps comme enjeu des luttes sociales, en le considérant comme produit par les groupes sociaux, en mettant les temporalités au cœur des processus de rationalisation, de domination et de résistance, des sociologues aussi différents que Bourdieu, Naville ou Grossin, après Marx, Durkheim et Weber, ont permis l’éclosion d’une sociologie plurielle des temps.

8Nicolas Hatzfeld montre en quoi l’histoire du travail, associée à des observations en entreprise sur une longue période, permet de « cartographier le passé » et d’éviter à la fois l’invention de continuités imaginaires et le recours à des déterminations unilatérales. Savoir reconstituer des conjonctures passées, en montrer les issues possibles et comprendre les dynamiques multiples conduisant au présent suppose de construire une « relation maîtrisée avec la mémoire » lui permettant à la fois de prendre en compte la pluralité des acteurs et les repères cartographiés à travers les traces du passé. Jens Thoemmes montre enfin comment la sociologie du travail, à la fois dans sa tradition compréhensive wébérienne et dans sa refondation française d’après 1945, a permis à la fois d’établir le rôle structurant du temps de travail sur les autres temporalités et de construire une critique rationnelle du « temps industriel dominant ». Cette perspective permet d’envisager d’autres combinaisons entre « cadres temporels contraignants » et « milieux temporels concrets » (Grossin) que celle d’un temps de travail enfermant et dominant des temps de hors travail enfermés et aliénés.

9 Les quatre derniers articles présentent des approches différentes issues d’autres disciplines : la psychologie sociale (Jean-Marc Ramos), la démographie (Olivia Samuel), les sciences du langage (Gabrielle Varro) et la philosophie (Claude Dubar). Ramos présente d’abord des critiques acerbes concernant la non prise en compte du temps par une certaine tradition de la psychologie (sociale) expérimentale privilégiant les plans synchroniques, l’appel aux étudiants comme sujets et le recours à des modèles structuraux a-temporels. Il nuance ensuite son bilan en montrant que d’autres courants prennent en compte les faits de mémoire et les attitudes à l’égard du temps permettant la construction de typologies compréhensives. Samuel considère la révolution épistémologique qu’a constitué le passage des analyses transversales aux analyses longitudinales en démographie. Elle montre comment les questions des interactions entre événements du cycle de vie et articulation des effets d’âge (position dans le cycle de vie), de génération (cohorte) et de période (contexte historique) sont devenues des questions empiriques, d’ordre probabiliste, suscitant des modèles nouveaux d’explication multi-niveaux, articulant des temporalités hétérogènes. Varro fait apparaître, au moyen d’un exemple d’analyse comparative de deux entretiens, grâce aux temps des verbes (passé versus présent), la façon dont deux registres de langage (récit versus discours) permettent de comprendre la dialectique de l’objectivation du temps. Le passage du temps formel des verbes aux temporalités parlées des discours constitue un processus clé de la construction des identités par et dans le langage.

10Dubar s’efforce également de repérer, à travers la lecture que fait Ricœur de « l’aporétique du temps » en philosophie, le passage du temps aux temporalités, que celui-là soit cosmologique (Aristote) ou psychologique (Augustin), transcendantal (Kant) ou phénoménologique (Husserl). L’accent est mis sur les modes de temporalisation chez Heidegger, lequel pousse en effet à son terme la prise en compte de l’hétérogénéité des temps en les qualifiant d’« existential » (être-pour-la-mort), d’« historial » (être historique) ou d’« ordinaire » (être plongé dans le « monde de l’on »). Toute unité possible du temps vole ainsi en éclat et cette « crise du temps » (Arendt) permet aux temporalités des sciences humaines et sociales de devenir des éléments d’intelligibilité de la pluralité des temporalités sociales. Pluralité des régimes d’historicité (Hartog) dans l’histoire humaine. Pluralité et hétérogénéité radicale du temps-paramètre et du temps-compagnon (Chesneaux) dans l’expérience temporelle. Tension constante entre le niveau des politiques (macro), celui des interactions (méso) et celui des significations (micro) temporelles. C’est au cœur du combat entre temps dominant contraint et temps dominés revendiqués (Grossin) que se pose la question de la temporalité démocratique (Chesneaux) comme enjeu économique, écologique et politique de l’humanité.

11 Les temporalités dont traitent les diverses sciences socio-historiques ne sont donc pas vraiment unifiées, loin de là. Ce numéro en témoigne. Les diverses disciplines ne nomment pas de la même manière ce qu’elles considèrent soit comme des « moments » du temps (passé, présent, futur), soit comme des « échelles » de temps (longue, moyenne et courte durée), soit comme des « domaines » de structuration du temps (travail, famille, loisir, intimité…) soit encore comme des modes d’expression temporelle (récit objectivé ou discours subjectivé). La diversité, voire l’éclatement, règne dans un champ disciplinaire qui ne s’est autonomisé que récemment (à peine plus de deux siècles pour l’historiographie) et dont l’institutionnalisation universitaire a signifié spécialisation accrue et fermeture à l’égard des disciplines voisines. L’interdisciplinarité est ainsi souvent réduite à des initiatives ponctuelles et provisoires.

  • 1  Gérard Noiriel, 2003, Penser avec, penser contre. Paris, Belin.

12Si le bien fondé de ces initiatives n’est pas souvent étayé sur des propositions épistémologiques communes, il bénéficie toutefois d’une reconnaissance de l’importance que revêt la question du temps pour toutes les sciences sociales. C’est ce qu’exprime Marc Bloch par une métaphore à visée programmatique lorsqu’il écrit, s’adressant aux historiens, que l’histoire doit être considérée comme « le plasma même où baignent les phénomènes » et « comme le lieu de leur intelligibilité » (Loué). Les articles réunis ici pourraient être lus comme des contributions au programme de Marc Bloch. De surcroît, ces articles émanant de plusieurs disciplines participent avec profit d’un projet d’animation de la recherche interdisciplinaire sur le temps. Chacun de leurs auteurs, trouve sa manière de participer à ce projet, en fonction des questions de recherche et des référents disciplinaires qui sont les siens et des problèmes relatifs au temps qu’il rencontre dans ce cadre. Ces articles font état des initiatives que les uns et les autres prennent pour venir à bout de ces problèmes : ils décrivent la manière dont les difficultés rencontrées ont été identifiées, les moments critiques au cours desquels il a fallu remettre en cause la place qui avait été accordée au temps dans les hypothèses et les méthodes d’investigation et, pour parvenir à changer d’optique, ils indiquent comment la prise en compte de travaux menés dans d’autres disciplines a pu leur être profitable. S’il fallait caractériser ces démarches en une formule, nous l’emprunterions au titre d’un ouvrage récent de Gérard Noiriel (2003)1, en disant qu’elles participent d’un mouvement qui les porte à « penser contre » les façons involontairement acceptées de prendre en considération le temps et, pour s’en émanciper, à « penser avec » les chercheurs venus d’horizons qui ne sont pas les leurs.

13Cette somme d’expériences ne saurait donner lieu à systématisation sans des compléments et confrontations dont nous appelons la venue. Les thèmes de débat sont en effet nombreux car les textes rassemblés ici proposent des options parfois différentes sur des questions souvent importantes. Tel est le cas, par exemple, de la question de la mesure. Elle se révèle en effet essentielle aux démographes (Samuel), elle est au cœur des opérations qui ordonnent, relient et hiérarchisent les activités et positions sociales (Hatzfeld, Lallement, Thoemmes), et cependant, tous les chercheurs ne s’accordent pas sur le rôle et l’importance qu’il conviendrait de lui attribuer. Nous ne doutons pas du bénéfice qu’apporteraient à cette discussion, non seulement des apports supplémentaires venus des disciplines représentées ici, mais encore d’autres, en provenance, notamment, de l’économie et de l’anthropologie qui n’ont pas pris part au dossier.

14Puisque nous considérons que ce dossier ne constitue qu’un point de départ à continuer et approfondir, nous attendons des lecteurs qu’ils nous envoient réactions, contributions, critiques, et articles que nous nous efforcerons de publier sous forme de varia, de nouveaux dossiers ou simplement d’éléments d’une rubrique de réactions de lecteur. La revue Temporalités, désormais diffusée par un éditeur, pourra ainsi devenir  une revue de débat et de controverse sur des questions que nous pensons être d’une grande actualité et d’un grand avenir.

Haut de page

Notes

1  Gérard Noiriel, 2003, Penser avec, penser contre. Paris, Belin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar et Christiane Rolle, « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », Temporalités [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/57 ; DOI : 10.4000/temporalites.57

Haut de page

Auteurs

Claude Dubar

Articles du même auteur

Christiane Rolle

Laboratoire Printemps, CNRS - Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page