Navigation – Plan du site

Le sourire du chat, ou les temps de l’assimilation

The smile of the cat or the timings of assimilation
Gabrielle Varro

Résumés

La volonté de s’assimiler se confond avec le désir d’autre (V. Borgogno) et se traduit par l’identification avec des majoritaires. C’est une forme de « faire comme tout le monde » (H. Sacks, L. Ionowlocki). Avec le temps qui passe, l’adaptation personnelle au modèle est de plus en plus parfaite, on est arrivé à ses fins, on s’est « assimilé ». Mais il s’agit d’un processus instable qui peut toujours être remis en doute (par soi ou par d’autres) et qui s’use avec le temps. Pour certains, il peut durer de très nombreuses années (courbe ascendante, stabilisation...), pour d’autres, il peut être interrompu, donnant lieu à des crises identitaires. Pour d’autres encore, il est hors de question de « s’assimiler ». Différents exemples illustrent les diverses manières de vivre la nouvelle socialisation qui accompagne la migration. Par ailleurs, une étude de cas suivie sur plus de quarante ans permet d’esquisser la courbe de l’assimilation, à partir de la nécessaire transformation de soi jusqu’à son accomplissement et... au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Varro, « Le sourire du chat, ou les temps de l’assimilation », Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/578 ; DOI : 10.4000/temporalites.578

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Laboratoire Printemps (CNRS/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page