Navigation – Plan du site

Au-delà de la perspective, cartographier le passé

Beyond perspective, mapping out the past
Nicolas Hatzfeld

Résumés

L’article présente diverses temporalités qui apparaissent dans l’étude du passé d’une usine. La première, pour l’auteur, consiste à prendre le contrôle d’une mémoire dotée d’une ancienne expérience d’usine et à construire une relation méthodique au passé. D’où l’élaboration d’un ancrage dans le présent des problématiques, à travers une revisite – participante – des ateliers. La seconde consiste à rompre l’apparente continuité entre passé et présent et à suivre les spécificités d’un traitement historien d’éléments du passé. Il s’agit, ici à partir de questions d’usine et de travail, d’agencer entre eux ces éléments de sorte à composer une représentation du passé qui ne dépende pas étroitement du regard présent. Dans cette représentation, de fait, les dynamiques de changement et de continuité varient selon les questions posées au passé. Qu’il s’agisse des conditions du travail ou d’horaires, d’emploi ou de conflictualité, ces dynamiques ont des singularités qui conduisent à penser le temps comme pluriel et plastique.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

histoire, mémoire, travail, usine, ouvrier

Index by keyword :

history, memory, work, plant, worker
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Alors que Durkheim instaurait la sociologie comme science des faits sociaux, Seignobos définissait l’histoire comme l’étude des faits humains du passé (Seignobos, 1909). Or depuis l’École des Annales, la définition de l’histoire a évolué en même temps que le rapport des autres disciplines au passé (Prost, 1996, p. 110-123). Il est donc bienvenu d’examiner ce qui, peut-être, distingue la démarche historienne de celle d’autres disciplines dans le rapport au temps. Marc Bloch indique en effet que le temps n'est pas une donnée spécifique à l’histoire, et que toutes les sciences peuvent et même doivent tenir compte du problème de la temporalité. Cependant, les historiens ont un rapport au temps qui les distingue des chercheurs d’autres disciplines. Pour eux, le temps est une contrainte fondamentale, qui organise toutes leurs recherches. Marc Bloch, encore, souligne la nature contradictoire de la tempo­ralité. L'écoulement du temps nous sépare définitivement des temps révolus d’une part, et d’autre part il apporte la continuité entre le passé et le présent, qui permet d’analyser les traces laissées par ces mondes perdus. Pour Marc Bloch, le métier d'historien est donc précisément de faire le passeur, de reconstituer une relation entre la fausse identité et la dissemblance irréductible des temps.

2Présenter brièvement quelques repères sur le rapport de l’histoire aux temporalités est un exercice plus qu’acrobatique. Les repères choisis ici traduisent une combinaison toute personnelle entre des lectures récentes et limitées de textes classiques et une trajectoire de recherche un peu singulière dans le monde des historiens. Ils n’ont pas vocation à représenter ce dernier. Enfin, pour tenir dans le format indiqué, je laisserai de côté les interactions entre ethnographie et histoire qui jouent un rôle important dans mes démarches de recherche, et développerai quatre points qui me semblent concrétiser l’ambivalence de l’historien.

1 L’ancrage dans le présent, et la mémoire comme problème

3Si depuis l’École des Annales, les historiens semblent s’accorder pour dire que leurs questions partent toujours du présent (Bloch, [1941] 1997), cet ancrage s’entend de différentes façons. En particulier, il soulève des questions particulières lorsqu’il s’agit d’étudier l’époque contemporaine.

  • 1  Une telle revue n’est pas une particularité de l’histoire. Cf. par exemple Gwenaële Rot, 2006. Soc (...)
  • 2  Charles Seignobos (1909, p. 3) parle de « connaissance par traces ».

4La plupart des recherches, en particulier celles de la plupart des grands noms de l’École des Annales, portent sur des objets qu’aucun lien direct ou évident n’associe au temps dans lequel vit le chercheur. Dans ces cas, l’ancrage dans le présent s’effectue par la problématique. Pour ces études d’un passé perçu comme distant, la revue historiographique permet de retracer l’évolution des questions posées et des démarches adoptées pour y répondre et, ce faisant, de situer la singularité d’une recherche nouvelle en dessinant son cheminement1. Elle explicite l’évolution du lien savant, ou méthodique2, entre le passé étudié et le présent de l’étude.

  • 3  André Burguières (dir.), 1986. Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, articles « Histo (...)

5Ce postulat d’une coupure de fait, et d’un rétablissement du lien par l’étude exclusive de sources robustes, a été mis en cause à propos de l’étude de périodes proches. Parmi d’autres, l’histoire du temps présent a entrepris de franchir la barrière supposée des temps en travaillant explicitement sur des objets caractérisés par la survivance de témoins et d’acteurs, et dont l’activité de mémoire nourrit le travail de l’historien et peut peser sur son écriture3. La revue historiographique se double alors d’une étude des évolutions d’une représentation mémorielle dans la société. L’étude des lieux de mémoire montre la puissance de l’activité sociale de mémoire, sa vitalité et sa richesse, mais aussi son autonomie vis-à-vis de la distance temporelle des faits qu’elle met en valeur (Nora, 1993). Par ces différents liens, mémoire et histoire ne se distinguent ni par une distance plus ou moins grande au présent, ni par une distinction entre spontanéité et construction, mais bien par les modalités de la relation temporelle. Qu’il s’agisse de la connaissance, de l’interprétation ou des usages, mémoire et histoire constituent des recompositions différentes du passé. Ainsi, quand Marc Bloch, historien, écrit L’étrange défaite dans les mois qui suivent la Débâcle du printemps 1940, il a bien conscience de travailler pour l’écriture de l’histoire de cette époque. Mais il ne définit pas ce livre comme un travail d’histoire, utilisant pour le qualifier les termes procès-verbal et de témoignage, et se désignant lui-même comme témoin (Bloch, 1990, p. 29), laisse à d’autres le soin d’utiliser le matériau qu’il élabore.

6Dans le cas de ma recherche sur l’usine automobile de Sochaux, le rapport à la mémoire est une affaire essentielle. Des souvenirs d’usine, vieux de trente ans, ressurgissent à l’occasion de ma recherche et forment un vivier de références aussi riche que polymorphe, difficiles à fixer et à mobiliser avec méthode. Construire une relation maîtrisée, ou raisonnée avec elle est la clé de la recherche. Pour aller en ce sens, le passage par une revisite approfondie et méthodique de l’usine permet de constituer un matériau ferme, et d’établir un présent de référence sur lequel appuyer les questions à poser au passé. Cette démarche suppose, sinon une continuité, tout au moins une correspondance entre les deux systèmes temporels.

2 Établir des positions dans le passé : les rythmes et les volumes

7Mais le temps est aussi ce qui sépare l’époque étudiée du présent de l’historien. Il me semble que la formule prolonge en bonne part la définition de Seignobos : « Est historique tout fait qu’on ne peut plus observer directement parce qu’il a cessé d’exister. Il n’y a pas de caractère historique inhérent aux faits, il n’y a d’historique que la façon de les connaître. » (Seignobos, 1909, p. 3). À l’époque où il est formulé, ce raisonnement vise d’abord à déconstruire les faits historiques tels qu’une commodité intellectuelle les suppose donnés, à prendre acte de ce que l’histoire n’est qu’une connaissance indirecte. Il invite à réfléchir sur la façon de connaître, et d’établir la position dans le passé de faits mis à l’étude.

  • 4  Il convient de mentionner également les travaux de William Grossin (1969 & 1996) : Le travail et l (...)

8Ayant perdu l’évidence d’un lien avec le présent, l’étude des faits passés peut faire ressortir le mouvement de va-et-vient qui lui est inhérent, et par conséquent la nécessité de s’extraire du présent, ne serait-ce que temporairement. La démarche historienne permet alors d’enrichir la lecture des processus que font nombre de recherches exclusivement centrées sur le présent. Celles-ci ont en effet tendance à ordonner l’analyse temporelle selon deux schémas. Le premier oppose un « avant » et un « maintenant » approximatifs, en reprenant sans distance les catégories des acteurs, tandis que le second procède à un lissage linéaire des rythmes dans une continuité ex post, souvent téléologique, et dessinant une continuité depuis un point de départ fixé jusqu’au présent. L’histoire peut ainsi s’appuyer sur des propositions stimulantes d’autres disciplines, telles que celle de Bernard Mottez articulant forme de rémunération et organisation du travail (Mottez, 1966)4. Prolongeant, en quelque sorte, la dynamique des combinaisons proposées par le sociologue, l’étude des sources dessine deux moments ultérieurs où se recomposent ces liens, toujours dans l’industrie automobile, sans doute alors la plus sophistiquée en matière d’organisation du travail. Le premier correspond à la vague de productivité (Boulat, 2006) et à la formidable montée en puissance des bureaux des méthodes, à l’abandon du salaire au rendement et à la généralisation d’un salaire au temps, ou au poste (Hatzfeld, 2007). Puis, dans les années 1970-1980, les entreprises remplacent progressivement le salaire au poste par une définition individualisée des salaires, sans supprimer la particularité des ouvriers de fabrication dépourvus, pour l’essentiel, de perspectives de carrière professionnelle (Hatzfeld, 2004a ; Pitti, 2004).

9Une lecture concrète fait ressortir les rythmes de l’évolution des horaires de travail, dont toute approche ethnographique suggère d’emblée l’importance cruciale. Or ces horaires alternés ont une histoire. Le chercheur peut sans difficulté reconstituer les paliers de l’extension des horaires excentrés dans l’automobile (Hatzfeld, 2004b). Il retrouve qu’il y a un demi-siècle, dans l’automobile, l’essentiel de l’emploi ouvrier de fabrication se situait encore en horaire de journée, dit horaire normal. Qu’un premier palier d’extension des horaires de doublage s’est produit au début des années soixante – un peu plus tôt à Sochaux ou Poissy, un peu plus tard à Billancourt. Pour les ouvriers de 1968, l’anormalité horaire est donc toute récente. Puis la branche connaît une relative stabilisation, à une exploitation des installations cantonnée à 18 ou 16 heures quotidiennes. Au début des années 1980, la crise des entreprises automobiles françaises et de nouvelles recherches d’allongement de la durée de fonctionnement des installations suscitent dans l’ensemble de la branche une nouvelle variété d’horaires décalés, de nuit, de week-end ou d’autre forme encore. L’usine de Poissy instaure de nouveaux horaires en « 4 x 10 [heures]» selon les salariés, en « 4 et 3 [jours] » pour la direction. Les dossiers d’archives comportent une abondance de calculs économiques destinées aux décideurs, de missions d’exploration et de campagnes de préparation du personnel. L’historien y lit les hésitations d’avant, l’entraînement réciproque des différentes usines. Puis des traces des dysfonctionnements de la fabrication, auxquels les entretiens donnent la dimension d’un chambardement des ateliers et des vies, avant que les documents fassent état du repli des organisateurs vers un horaire de compromis (Hatzfeld & Loubet, 2002). Comme sur la plupart des questions ayant les conditions de travail pour enjeu, les archives des Comités d’entreprise et des Comités d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail conservent la trace de débats mettant en jeu les différentes fonctions de l’usine et leurs controverses (Hatzfeld & Loubet, 2002, p. 299). Sous différentes formes, la grande majorité des usines de l’automobile connaissent vers 1990 des secousses similaires, dont les effets se font en grande partie sentir hors des usines, par une évolution multiforme des conditions de vie. Puis, au gré des variations de production, les nouvelles formules d’horaires décalés se banalisent dans le monde industriel et répondent, dans une certaine mesure, aux réductions de la durée du travail comme aux densifications de l’activité évoquée plus haut. Ce n’est qu’en reprenant les rythmes des évolutions affectant ces différentes modalités du travail qu’il devient possible d’en qualifier globalement les évolutions. De fait, c’est souvent par le décalage du point de vue et du cheminement de recherche qu’à travers le recours à des sources autonomes peuvent s’éprouver, dans l’interprétation, les significations de l’expérience (Lepetit, 1995).

10L’histoire peut aussi recourir aux vertus de l’analogie pour esquisser une tendance de longue durée d’intégration des traits concrets du travail dans l’organisation (Simondon, [1958] 1989), rejoignant sans l’avoir cherché ce qu’en d’autres termes Marx désignait par long mouvement de transfert du capital vivant – le travail – vers le capital mort constitué des investissements matériels. Le travail évolue, par accroissement des interactions des ouvriers entre eux et avec les dispositifs techniques de l’usine, et un appauvrissement de l’action sur l’objet direct et les matériaux du travail. Ces tendances de longue durée peuvent être lues d’un point de vue plus événementiel, comme lors du basculement des usines automobiles dans l’intégration informatique à l’aube des années 1980 (Loubet & Hatzfeld, 2002, p. 284-291 ; Hatzfeld, 2002 p. 464-474 ). Mutation technique, transfert des savoirs et des leviers d’organisation des Arts et métiers vers l’informatique, dissociation du système de fabrication et de la structure d’entreprise, resserrement accentué des marges d’action à tous les étages et changements dans le contenu du travail : l’attention à l’usine en tant que système de production permet ici de relier des phénomènes parfois dissociés.

11Enfin, l’histoire se doit d’ouvrir la complexité temporelle de chaque moment passé, de combattre la tendance fréquente à écraser ces moments comme de seuls points sur une ligne d’écoulement. Il s’agit là de ne pas s’en tenir aux seuls résultats qui, apparemment, nous sont parvenus des différents moments passés, mais de faire ressortir le présent complexe et incertain de chacun d’eux, les héritages et les possibilités qui s’offrent ou s’imposent aux acteurs d’alors. Et surtout de réintroduire le plus possible ces derniers dans leur plénitude. Ainsi, Reinhart Koselleck mentionne les deux dimensions qui élargissent chacun de ces moments : l’espace de l’expérience fait référence à l’épaisseur de passé que chaque moment vécu comportait pour les acteurs d’alors, tandis que l’horizon d’attente compose les perspectives d’avenir en fonction desquelles les gens du passé se représentaient leur avenir et déterminaient leur action.

3 Pluralité des dynamiques temporelles

  • 5  Philippe Askenazy, Le Monde daté du 19 décembre 2005 ; —, 2005. Les désordres du travail. Enquête (...)

12D’une certaine façon, l’allégeance de l’historien aux contraintes du temps correspond à la mise en œuvre d’une démarche inductive dans les recherches, à travers le respect de ce que peuvent apporter les sources : pluralité éventuelle des dynamiques, netteté de certains repères et, au contraire, persistance de certaines zones d’incertitude. Ainsi, à propos de l’évolution des conditions de travail, cela conduit à rester perplexe devant l’affirmation déroutante de simplicité d’un économiste, par ailleurs auteur d’un ouvrage marquant sur l’évolution du travail : « Le mouvement global d'amélioration progressive des conditions de travail qui avait caractérisé le XXe siècle s'est inversé au tournant des années 1990 »5. Quelles sont les sources utilisées, et comment sont-elles construites ? Sur quelle définition des conditions de travail s’appuie une telle représentation positive du XXe siècle ? S’agit-il de durée du travail stricto sensu, de type d’horaires, de cadences de travail ou d’ergonomie des postes ? Traitée au niveau de situations concrètes de travail, la question débouche sur une pluralité de dynamiques qui peuvent à certains moments converger en un mouvement commun, et à d’autres suivre des voies diverses ayant chacune leur rythme propre. Pour l’industrie automobile au cours de la seconde moitié du XXe siècle, plusieurs sources convergent pour définir les années cinquante et quatre-vingt comme des temps d’accentuation de la charge de travail, tandis qu’en l’état des recherches, l’appréciation s’avère plus délicate en ce qui concerne d’autres époques. Il semble donc hasardeux de porter une qualification uniforme sur la longue durée (Hatzfeld, 2004c). Dans le même ordre d’idées, l’étude historienne sur une longue durée des grèves et conflits du travail dans une entreprise ne saurait s’en tenir, comme le conçoit une forme de mémoire sociale, au récit des renouvellements successifs de la lutte des classes. Elle fait ressortir la pluralité des dynamiques qui structurent, avec des rythmes différents, les relations professionnelles : les enjeux de rémunération, d’évolution des charges de travail, la structuration de l’emploi et les enjeux de politique nationale ou internationale interviennent avec leur propre temporalité dans l’évolution de ces relations, par exemple à travers l’histoire, forcément plurielle, des conflits du travail. Cette histoire met également la dynamique temporelle qui constitue l’essence des événements, pris comme des phénomènes dans lesquels la recombinaison des enjeux et des forces donne lieu à la formation de situations nouvelles, c'est-à-dire de périodes de relative stabilité (Loubet & Hatzfeld, 2003). Ainsi rythmé par les événements et les états, le temps se fait plastique.

13Explorer l’expérience sociale invite aux recherches situées sollicitant une diversité de sources, et suivant avec rigueur et réflexivité les pistes qu’elles offrent. Le précepte, classique en histoire, court de Seignobos (1909, p. 2-5) à Ginzburg (1980) et peut s’illustrer dans l’histoire du travail et des entreprises (Cohen, 2001). Il se traduit souvent par une réflexivité permettant d’expliciter l’approche compréhensive indispensable au retour, via l’analogie, vers le monde du chercheur (Prost, 1996, p. 147-168). À partir d’une approche plurielle déployant la diversité des points de vue au sein des mondes observés, faut-il conclure à une recherche totale, comme l’on parle d’histoire totale à propos de Fernand Braudel ? Devenu prudent avec l’idée de totalité, je préfère restituer à la fois les connaissances obtenues, la fermeté de leur ancrage dans ces différentes situations, mais aussi leurs spécificités et, par conséquent, tendre à une histoire du pluriel. Le traitement historien du temps appelle au premier chef cette écriture plurielle resituant les moments et les rythmes, et les reliant entre eux, bref recomposant dans le passé une architecture qui ne soit pas asservie au présent.

4 Généralisation et jeux d’échelle

14Je voudrais revenir sur un passage de Seignobos cité plus haut : « Être présent ou passé, écrit-il, n’est pas une différence de caractère interne, tenant à la nature d’un fait ; ce n’est qu’une différence de position par rapport à un observateur donné.  » (Seignobos, 1909, p. 3) Venant d’un passionné de voile, le terme de position mérite d’être pris avec attention. Il rapporte le travail de l’historien à celui du marin, ou du topographe, établissant les positions réciproques des repères qu’il voit. Reliant les faits entre eux, il donne à ces repères du passé une autonomie par rapport au présent. Il incite à cartographier ce passé, à lui donner une géométrie et un relief propres, susceptibles de résister au défilement du présent, comme la carte émancipe la représentation d’un territoire de la perspective et du point de fuite, du regard mobile mais toujours situé du voyageur sur le paysage qu’il traverse.

15L’ancrage des recherches dans le singulier, qui caractérise l’effort de cartographie, pose à nouveau la question de la généralisation. Il ne s’agit plus, comme cela fut peut-être le cas dans une époque historienne, d’accumuler des études de cas en réponse à des questions de grande envergure appréhendées par une communauté historienne. Nous n’étudions pas dans une époque de grands programmes collectifs. Par ailleurs, le principe d’exemple ne suffit pas à établir l’efficience de résultats tirés d’une recherche située, hors du cas que cette recherche examine. La montée en généralité ne s’effectue pas d’elle-même par une simple modification progressive de la focale, et sans doute l’idée comporte-t-elle une difficulté, en ce qu’elle ne prend pas suffisamment en compte les différences de représentation qu’appellent les changements d’échelle (Revel, 1996). Pour chacune d’elles, la carte forme un dialogue entre légende et représentation, un système relatif d’interprétation, et propose une réponse pertinente et limitée aux besoins de se repérer. C’est par le passage d’une carte à l’autre que s’effectuent les variations d’échelle de l’analyse, pour peu qu’au-delà de leurs différences, ces cartes correspondent entre elles par des références partagées. Mais, comme dans les cartes maritimes du temps des grands explorateurs, l’historien marque les incertitudes et repère les zones mal connues, comme appel à la prudence aussi bien que comme invite à l’exploration. Ce pointillisme, parfois, irrite. En déployant les représentations du passé, au-delà du seul point de fuite du présent, l’histoire vise à en élargir l’espace tout en lui conservant une intelligibilité.

Haut de page

Bibliographie

Azéma  Jean-Pierre, 1986. « Temps présent » in Burguières André (dir.), 1986. Dictionnaire des sciences historiques. Paris, PUF.

Askenazy Philippe, Le Monde daté du 19 décembre 2005. 

Askenazy Philippe, 2005. Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme, Paris, Le Seuil.

Bloch Marc, 1990. L’étrange défaite, Paris, Gallimard, p. 29.

Bloch Marc, [1941] 1997. Apologie pour l’histoire, ou métier d’historien, Paris, Armand Colin.

Boulat Régis, 2006. Jean Fourastié, La productivité et la modernisation de la France, (années trente – années cinquante), thèse de doctorat en histoire, Université de Besançon.

Cohen Yves, 2001. Organiser à l'aube du taylorisme. La pratique d'Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon.

Dumoulin Olivier 1986. « Histoire contemporaine » in Burguières André (dir.), 1986. Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF.

Ginzburg Carlo, 1980. « Signes, traces, pistes. Racines d'un paradigme de l'indice », Le Débat, n° 6, p. 3-44.

Grossin William, 1969. Le travail et le temps : horaires, durée, rythmes, Paris, Anthropos.

Grossin William 1996. Pour une science des temps : introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, éditions Octarès.

Hatzfeld Nicolas, 2002. Les gens d’usine, 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux. Ivry, L’Atelier, p. 464-474.

Hatzfeld Nicolas et Loubet Jean-Louis, 2002. Les 7 vies de Poissy. Boulogne, ETAI, p. 291-306.

Hatzfeld Nicolas et Loubet Jean-Louis, 2003. « Quand le conflit marque le passage : le cas des conflits Talbot 1982-1984 », in Michèle Saboly et Ludovic Cailluet (dir.), Conflit(s), Toulouse, Presses de l'Université des Sciences Sociales de Toulouse, p. 269-286.

Hatzfeld Nicolas, 2004a. « L'individualisation des carrières à l'épreuve. Les grippages de la mobilité sur les chaînes de Peugeot-Sochaux », Sociétés contemporaines, n° 54, p. 15-33.

Hatzfeld Nicolas, 2004b. « Rythmes d'usine, vies en tranches ? Les horaires décalés dans les usines automobiles », Communication au 129e Congrès des sociétés historiques et scientifiques, Besançon.

Hatzfeld Nicolas, 2004c. « L'intensification du travail en débat. Ethnographie et histoire aux chaînes de Peugeot-Sochaux », Sociologie du travail, n° 46, p. 291-307.

Hatzfeld Nicolas, 2007. « Organisation du travail ouvrier. Repères pour une histoire comparative du second 20e siècle », in Jacqueline Costa-Lascoux et alii (dir.), Renault sur Seine. Hommes et lieux de mémoire de l’industrie automobile, Paris, La Découverte / BDIC, p. 37-54.

Lepetit Bernard (dir.), 1995. Les formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Mottez Bernard, 1966. Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l'évolution des pratiques et des idéologies patronales, Paris, CNRS.

Nora Pierre (dir.), 1993. Les lieux de mémoire, t. III, Les France, Paris, Gallimard.

Pitti Laure, 2004. « De la différenciation coloniale à la discrimination systémique ?La condition d'OS algérien à Renault, de la grille Parodi à la méthode Renault de qualification du travail (1945-1973) », La revue de l’IRES, n° 46. http://www.ires-fr.org/IMG/File/R463.pdf

Prost Antoine, 1996. Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil.

Revel Jacques (dir.), 1996. Jeux d'échelles. La micro-analyse à l'expérience. Paris, Gallimard-Le Seuil.

Rot Gwenaële, 2006. Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier et le sociologue. Toulouse, Octarès.

Seignobos Charles, 1909. La méthode historique appliquée aux sciences sociales. Paris, éditions Félix Alcan.

Simondon Gilbert, [1958] 1989. Du mode d'existence des objets techniques. Paris, Aubier.

Voldman Danièle, 1992. « Définitions et usages », in Danièle Voldman (dir.). La bouche de la vérité ? La recherche historique et les sources orales, Cahiers de l’IHTP, n° 21.

Haut de page

Notes

1  Une telle revue n’est pas une particularité de l’histoire. Cf. par exemple Gwenaële Rot, 2006. Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier et le sociologue, Toulouse, Octarès,   p. 13-59.

2  Charles Seignobos (1909, p. 3) parle de « connaissance par traces ».

3  André Burguières (dir.), 1986. Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, articles « Histoire contemporaine » par Olivier Dumoulin et « Temps présent » par Jean-Pierre Azéma ; Danièle Voldman, « Définitions et usages », in Danièle Voldman (dir.), 1992. La bouche de la vérité ? La recherche historique et les sources orales, Cahiers de l’IHTP, n° 21.

4  Il convient de mentionner également les travaux de William Grossin (1969 & 1996) : Le travail et le temps : horaires, durée, rythmes, Paris, Anthropos, Pour une science des temps : introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, éditions Octarès.

5  Philippe Askenazy, Le Monde daté du 19 décembre 2005 ; —, 2005. Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Hatzfeld, « Au-delà de la perspective, cartographier le passé », Temporalités [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/84 ; DOI : 10.4000/temporalites.84

Haut de page

Auteur

Nicolas Hatzfeld

Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie (IDHE) — Université d’Évry

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page