Navigation – Plan du site

Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ?

Gendered working times: Temporality at the inception of Gender?
Marc Bessin et Corinne Gaudart

Résumés

L’article présente la problématique de ce dossier sur les temps sexués de l’activité. Il s’agit d’aborder l’activité − dans une acception large du travail, rémunéré ou non, plus ou moins visible, dans son articulation avec l’ensemble des sphères de la vie − comme miroir de l’imbrication du genre et des temporalités. Deux postures y contribuent. La plus classique consiste en une sociographie de la division sexuelle du travail où le temps sert à mesurer les inégalités. Il faut la compléter par une deuxième qui interroge les catégories temporelles : on montre ainsi que les temporalités sont au principe du système de genre. Ici le temps, appréhendé dans sa diversité et notamment ses dimensions qualitatives, résulte des pratiques et est posé comme producteur de rapports de pouvoir. La domination masculine repose sur la construction du rapport au temps : la naturalisation des compétences dites féminines s’appuie sur une temporalité basée sur le rapport à l’autre et l’engagement dans la durée. Les perspectives théoriques autour du care et de la présence sociale permettent de montrer les implications morales de l’engagement pour autrui dans ses dimensions temporelles (sens de l’anticipation, disponibilité à l’autre, ancrage dans la durée, temporalisation). Les auteurs exposent ensuite la manière dont chacune des contributions du numéro alimente cette discussion.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

temps, genre, activité, care, théorie féministe

Index by keyword :

time, care, gender, activity, feminist theory
Haut de page

Texte intégral

1Après plusieurs numéros très riches et diversifiés dans leurs approches et leurs problématiques, il s’imposait que la récente revue Temporalités, qui œuvre à l’analyse fine et fouillée des usages, pratiques, conceptions et figures du temps, interroge dans un dossier spécial la dimension sexuée du temps et des temporalités. Certes, les articles que nous avons jusque-là publiés intègrent parfois cette perspective du genre, ou des rapports sociaux de sexe. Car il faut constater que ces approches finissent toutefois par s’imposer, non sans résistance, dans la production scientifique francophone en comblant petit à petit un retard important. Mais nous nous devions de consacrer tout un numéro à une interrogation plus systématique sur une problématique genrée du temps ou une approche temporelle du genre, autrement dit d’apporter notre contribution à l’analyse de l’imbrication des catégories de sexes et de temps.

L’activité comme miroir de l’imbrication du genre et des temporalités

2La question est complexe, car d’emblée on peut avancer que le temps se rapportant aux rapports de pouvoir, il se déclinerait nécessairement sur différents vecteurs, en particulier ceux ayant trait à la domination masculine. Si parler des temps impose donc un passage obligé sur les manières sexuées dont ils rythment, orientent ou catégorisent les mondes sociaux − et c’est en quelque sorte un plaidoyer que nous formulons ici −, de leur côté les études consacrées au genre doivent donner une place centrale au temps dans leurs questionnements1.

3La question est surtout vaste, et il convenait de donner une orientation plus précise à cette intention première. C’est souvent en analysant les parcours sexués que cette problématique du genre des temporalités a été mise en œuvre, montrant par exemple que les catégories d’âge et de sexe ne sont pas de simples variables, mais s’articulent pour produire les systèmes de pouvoir2. Pour poursuivre dans cette veine, tout en élargissant le propos sur d’autres pistes, nous avons choisi, à partir de nos domaines de compétence respectifs, notamment en sociologie et en ergonomie, de pousser dans un premier temps l’interrogation sur cette imbrication temporelle et sexuée en publiant des enquêtes sur l’activité, provenant de perspectives et de disciplines différentes. Il s’agissait donc d’approcher le travail, au sens large, qu’il soit ou non rémunéré, dans son environnement et son articulation aux différentes sphères au sein desquelles les personnes amenées à l’effectuer sont impliquées. Présenter ainsi, en une phrase, le domaine de l’activité, est évidemment dicté par la problématique temporelle et sexuée avec laquelle nous l’abordons : les espaces et les temps ne sont pas aussi cloisonnés pour les personnes que ce que voudraient bien dicter les organisations et les systèmes. Le public et le privé interfèrent, et surtout s’interpénètrent. La dichotomie et la hiérarchisation des mondes sociaux, qui se traduit notamment par des catégories de sexes, produisent une gestion différentielle de la manière dont les activités s’ancrent dans le professionnel : les autres dimensions de la vie y sont plus ou moins prises en compte, et n’ont pas les mêmes implications pour les hommes et pour les femmes. Ainsi les cadres pères de plusieurs enfants arrivent à en bénéficier pour leur carrière professionnelle, alors que les femmes cadres dans la même situation ont tout à y perdre (Gadéa, Marry, 2000). Comment se connectent, s’imbriquent et se confrontent concrètement ces différentes temporalités dans l’activité quotidienne ? Comment faire face à un monde dont la rationalité fait fi de l’expérience ordinaire de la pluralité des temporalités ? Quels contours sont mis en œuvre pour imposer, ou en tout cas rendre tolérables, d’autres modes opérationnels ? On l’a compris, ces questions mettent évidemment d’emblée hors champ la littérature à grand succès portant sur les compétences ou les incompétences naturalisées des hommes ou des femmes pour lire une carte routière, se repérer dans le temps ou pour faire plusieurs choses à la fois3. Par contre, un de nos objectifs consiste bien à déconstruire ces rapports sexués à la rationalité et à l’action, en montrant notamment comment une interrogation sur le genre revient à remettre en cause la neutralité des rapports légitimes et naturalisés au temps.

4Avant de présenter les articles qui participent de cette réflexion dans une perspective empirique, à partir d’un appel à contributions que nous avions orienté de façon suffisamment large pour donner lieu à un nombre important de propositions4, nous voudrions d’abord revenir sur quelques aspects de cette dialectique des temporalités et du genre.

Deux postures pour analyser la sexuation des temps de l’activité

5Pour appréhender la sexuation du travail ou de l’activité, ou pour le dire autrement la division sexuelle du travail dans une acception comprenant les sphères professionnelle et domestique, il existe au moins deux postures (Hirata, Kergoat, 2008), complémentaires l’une de l’autre.

Apports et limites d’une sociographie de la division sexuelle du travail

6La première peut être qualifiée de sociographique : il s’agit de constater des inégalités, de mesurer des écarts entre les hommes et les femmes, d’évaluer des distributions différentielles selon le sexe sur le marché du travail, dans les métiers et les professions, ou dans tel ou tel secteur. Parler en termes d’activité, c’est resituer le travail dans son contexte social et ainsi l’associer au partage inégal du travail domestique entre les sexes. Le temps est dans ce cadre d’analyse un outil de mesure qui permet d’objectiver des inégalités, de les dénoncer également, afin éventuellement de se donner les moyens politiques et sociaux de les combattre. L’argument de la double journée de travail et toute la critique féministe autour du travail domestique a d’abord tablé sur ce constat empirique de différences sexuées dans le temps de travail, à partir du moment où l’on prenait en compte (en la comptabilisant notamment) une activité jusqu’alors invisibilisée. C’est le même argument qui permet à bon nombre d’études de relativiser le discours ambiant sur la dynamique égalitaire en matière de partage des tâches domestiques (Devreux, 2002). En tout cas, dans cette posture, il s’agit de mettre en lumière des usages et des pratiques différenciés du temps, selon le sexe en l’occurrence.

7Les commentaires et les débats qu’implique cette première façon d’aborder la problématique sont évidemment nombreux et il ne s’agit pas ici de les aborder de façon exhaustive. La méthode utilisée emprunte, dans des usages diversifiés et plus ou moins sophistiqués, à celle des budgets-temps ou des emplois du temps, tels qu’ils sont par exemple utilisés dans les grandes enquêtes du même nom faites régulièrement par l’INSEE (Economie et statistiques, 2002). Au-delà des multiples discussions auxquelles peuvent donner lieu les méthodes de budgets-temps5, il n’est pas inutile de rappeler ici que ce sont des chercheurs et chercheuses attachés à porter haut les inégalités de sexe, qui ont énoncé des critiques fortes et pertinentes sur leurs fondements. En particulier, ces enquêtes s’appuient sur un temps nécessairement quantifiable et linéaire, où il est difficile de restituer l’expérience de ceux et surtout de celles qui sont amenées à « décloisonner ». Comment appréhender avec la méthodologie du carnet de l’emploi du temps journalier à remplir, conçu à partir de plages uniformes de temps chronologique, les activités de femmes engagées à partir d’une même situation dans différentes sphères d’activité ? Comment ne pas laisser de côté par exemple le fait de penser et d’élaborer un menu tout en s’occupant des enfants pendant que l’on effectue deux courses ? Bref, cette méthode se base sur un temps dominant, celui de la culture temporelle industrielle, un temps spatialisé (Zarifian, 2001), computable, linéaire, monochrone (Hall, 1983), qui est aussi un temps masculin. C’est la neutralité de ce temps qui est remise en question par les critiques féministes des méthodes de budgets-temps. Au-delà de cette méthodologie précise, ce n’est pas loin de l’ensemble des outils de mesure que nous avons à disposition pour rendre compte du social qui pourrait être remis en cause à partir de l’épistémologie féministe. Pour autant, nous l’avons dit, c’est à partir d’une telle posture sociographique que nous pouvons objectiver des inégalités de sexe, ce qui constitue un préalable nécessaire pour passer au politique.

8Un autre problème est constamment discuté à partir d’une telle posture, celui qui consiste à enregistrer une constante sexuée de tel ou tel phénomène, et d’en déduire une caractérisation sexuée, par exemple en avançant que la sollicitude et l’attention à l’autre est une disposition féminine, ou une voix propre aux femmes6. On le contourne le plus souvent en rappelant la construction sociale et sexuée du phénomène se rapportant à la division sexuelle du travail et la place spécifique qu’y prennent les femmes et les hommes. Pour autant, demeurent souvent non résolues des difficultés pour distinguer les conditions objectives des femmes « piégées dans des rapports sociaux de sexe » et la manière dont ces conditions les amènent à un rapport féminin au temps, par exemple dans la façon de raconter leur histoire. Ainsi, Didier Demazière et Claude Dubar (2006) posent l’hypothèse d’un régime présentiste qui s’écrirait au féminin alors que le futurisme le serait au masculin, à partir du constat indubitable « que les belles carrières et perspectives d’avenir sont masculines (de même que les beaux métiers d’antan) les enfermements dans les tâches ménagères du présent (de même que dans les rêves utopiques du prince charmant) sont féminins ». Or le passage de la caractérisation temporelle de ces conditions objectives des carrières et des perspectives, à celle des récits, puis leur caractérisation sexuée, est peut-être plus problématique qu’il n’y paraît. À partir d’un tel exemple, on voit bien qu’une deuxième posture s’impose et complète la première, en venant interroger les catégories même employées, qu’il s’agisse de catégories de sexes ou de temps.

La construction temporelle du système de genre

9Cette première façon de penser est donc indispensable, mais n’est qu’une étape. Un autre aspect de la problématique consiste à montrer que ces inégalités font système en articulant la description du réel et celle de la manière dont est hiérarchisée l’activité. Et le temps, ses outils et ses usages ne sont pas neutres dans cette manière de sérier, de valoriser ou de stigmatiser tel ou tel domaine d’activité, qui se traduit par une hiérarchisation des sexes ; autrement dit les temporalités seraient aussi au principe du système de genre. Cette seconde posture revient donc à questionner la façon dont le temps intervient dans les inégalités : la dimension comptable n’est pas suffisante, elle est même souvent inadaptée et il faut faire intervenir les temporalités dans leur pluralité et dans leurs multiples dimensions, en particulier dans les dimensions plus qualitatives.

10Dans ce second registre d’analyse, on se détourne d’une conception taxinomiste des catégories de temps, pour les interroger plus pragmatiquement. Le temps résulte ainsi de la pratique et n’est pas un contenant qui lui est préalable : l’approche temporaliste qui la sous-tend pose le temps comme producteur de rapports de pouvoir7. La tradition marxiste de la sociologie du travail a d’ailleurs largement souligné cet aspect. Dans cette veine, le féminisme matérialiste a insisté dans ses analyses critiques du patriarcat sur l’exploitation des femmes dans le mode de production domestique, basée sur l’invisibilisation du travail domestique. Héléna Hirata et Danièle Kergoat rappellent que le projet collectif prolongeant les analyses sur le travail domestique (Chabaud-Richter & al., 1985), qui dans les années 1980 a sous-tendu en France les premières apparitions du terme « division sexuelle du travail », avait également − comme Christine Delphy ou Nicole-Claude Mathieu avec leurs thèses sur le mode de production domestique (Delphy, 1998 & 2001) ou les catégories de sexes (Mathieu, 1991) − une ambition plus large que de dénoncer des inégalités pour se situer dans cette seconde posture destinée à « comprendre la nature du système qui donne naissance à de telles inégalités ». Et force est de constater que sous l’impulsion du mouvement féministe et de la pluralité des thèses qu’il a mobilisé, la dynamique collective autour notamment de l’atelier « production-reproduction » a également contribué à repenser le « travail » (Collectif, 1984).

11Il convient ici d’insister sur l’importance cruciale des questions temporelles dans la manière dont la critique féministe du travail et de l’activité en a proposé un tout autre mode d’interprétation à partir d’une considération de l’ensemble des sphères d’activité et de leurs relations. Dans cette perspective, la sociologie des rapports sociaux de sexe soulignant le rapport dialectique qui existe entre la sphère de la production économique et celle de la (re)production domestique (Daune-Richard, Devreux, 1986), a concentré ses analyses sur le rapport au temps qu’engendre l’assignation des femmes à la sphère privée, les situant dans une disponibilité temporelle permanente. Leur inscription simultanée dans des espaces-temps différents, aux contraintes souvent contradictoires, fait peser sur les femmes la responsabilité de la synchronisation et de la gestion quotidienne (matérielle et idéale) des rythmes temporels de l’ensemble des proches. Cette gestion mentale de la vie en deux (Haicault, 1984, 1986), caractéristique de l’expérience des femmes rentrées massivement dans l’activité salariée relève de ce que Hall proposait d’appeler la polychronie (1983).

12C’est dans la même période que les féministes italiennes se sont mobilisées en lançant une grande réflexion sur les temps de la ville (I tempi della cità) mettant particulièrement en lumière le caractère sexué des temps sociaux et leur traduction urbaine, notamment dans la conception organisationnelle (horaires d’ouverture, disponibilité, etc.) des services. Cette campagne politique s’est largement appuyée sur les productions des sociologues italiennes du temps comme Laura Balbo, Maria Carmen Belloni, Carmen Leccardi ou Marita Rampazi, alors en pointe pour repenser les temporalités à partir d’une posture féministe. Les figures de la femme jonglant avec les emplois du temps de ceux dont elle se met à  la disposition, ont permis de souligner les conflits sexués du temps. Les déficiences des services et leur inadaptation temporelle ont constitué une entrée pertinente, notamment en Italie, pour poser les conflits contemporains du temps, dont les femmes sont porteuses (Bonfiglioli, 1997).

13En France, au tournant des années 1990-2000, la dynamique portée par les lois sur la réduction du temps de travail (RTT) et sur la parité ont permis de reprendre ces problématiques du temps des femmes (Méda, 2001). Certaines municipalités ont introduit une politique des temps de la ville en mettant en place des bureaux du temps sur le modèle italien.  Le temps rendu disponible par la RTT a pu donner lieu à des débats sur le partage des tâches et les investissements différenciés selon le sexe, des activités plutôt ludiques pour les hommes et plutôt altruistes pour les femmes. Mais c’est surtout la discontinuité des carrières qui caractérise l’activité des femmes, amenées à prendre en charge de front l’ensemble des sphères d’activité, en subissant souvent la solution du temps partiel dans leur emploi salarié. Beaucoup a été dit à ce sujet, mais on n’a certainement pas suffisamment rappelé que le vocable de la « conciliation » apparaît en fait dans la rhétorique technocratique (mais aussi scientifique) comme une métaphore des discriminations.

14Le système de genre repose sur cette construction du rapport au temps : la naturalisation des compétences dites féminines s’appuie sur une temporalité basée sur le rapport à l’autre et l’engagement dans la durée. Cette temporalité induit des dispositions pratiques et morales, telles que la responsabilité, l’attention, l’anticipation, le souci, en bref ce qu’englobe ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le care, et que les sociologues des rapports sociaux de sexe appréhendaient d’une certaine façon autour de la notion de reproduction8.

Le care : un outil d’analyse temporelle

15L’intérêt du regain actuel pour les perspectives du care consiste peut-être à compléter les considérations matérielles du temps (plus systématiquement mobilisées par les questionnements autour de production-reproduction), par ses dimensions morales, qui prennent tout autant leur part dans la hiérarchisation et l’ordonnancement social, et notamment dans la sexuation. Les implications morales de l’engagement pour autrui renvoient à l’idée de responsabilité et se traduisent au niveau temporel par notamment deux aspects importants inhérents au système de genre, sur lesquels nous voudrions insister : d’une part le sens de l’anticipation qu’implique un ajustement constant à l’autre, d’autre part un ancrage dans la durée et une disposition à la temporalisation. En ce sens, la proposition de restituer l’idée de care par la notion de présence sociale peut constituer une piste intéressante pour en traduire ces implications temporelles et sexuées (Bessin, 2009).

16Le système de genre s’appuie sur un temps qui hiérarchise et invisibilise les activités s’effectuant en fonction des autres. Pour l’appréhender, il convient donc de faire intervenir non pas le temps spatialisé et computable du Chronos, lié à la programmation, mais un temps plus qualitatif et pragmatique lié au temps opportun ou propice, le Kairos (Bessin, 1998). La notion de présence sociale semble bien mettre en lumière cette posture temporelle de la disponibilité dans laquelle il convient d’être pour pouvoir anticiper, intervenir en situation, au moment propice, de façon pragmatique, adaptée et contextualisée, afin de s’inscrire dans les interstices et répondre aux sollicitations. Et toutes les enquêtes empiriques sur les interventions pour autrui montrent que l’efficacité de la présence auprès des autres se juge notamment à l’aune de son invisibilité (Molinier, 2003). C’est ainsi que des activités sont souvent décidées et mises en œuvre par des femmes qui laissent les hommes en parler ou laisser penser que ce sont eux qui en ont pris l’initiative. On est ici dans l’ordre de la tactique, propre aux situations des personnes subalternes, qui en l’absence de propre (Certeau, 1980) jouent sur le temps des autres pour agir et résister9, sur le modèle de la ruse (Bessin, Roulleau-Berger, 2002). Mais ces « arts du faible » constituent bien souvent de faibles armes, la disponibilité permanente et la flexibilité inhérentes à ce registre temporel ne laissant bien souvent pas d’autres marges de manœuvre que celles qui sont mobilisées pour tenter de maintenir la tête hors de l’eau.

17En reprenant la belle expression kanake d’« habiter le temps », Jean Chesneaux (1996) insistait sur l’enjeu politique fondamental de la temporalisation, revenant à articuler toute situation présente à ce qu’elle doit au passé et ce qu’elle suppose pour le futur. Répondre présent dans une situation donnée consiste bien plus que le simple fait d’être là, à proximité. Alors que les débats actuels sur l’éthique du care semblent insister sur les dimensions spatiales du proche et de la proximité, il convient sûrement d’en traduire les enjeux politiques (Tronto, 1993) à partir de la temporalisation. Car la logique de la présence sociale n’est pas tant de régler les problèmes d’une personne sollicitant une aide ou une écoute, mais consiste à les comprendre et à leur apporter une réponse au regard des multiples dimensions et répercussions, publiques et privées. C’est un engagement pragmatique dans le particulier et le concret qui s’extrait des logiques d’abstraction. En ce sens, ce concernement peut aussi devenir la considération d’une histoire passée, d’une situation présente, de conséquences à venir. Une tension permanente s’organise dans ces enjeux de temporalisation, au sens d’articulation de l’action présente en fonction du passé et du futur. Une question fondamentale des débats sur la présence sociale, ou sur le care, renvoie à cet engagement dans la profondeur du temps qui ne se confond surtout pas avec le présentisme et l’immédiateté. Cette manière d’agir, s’écartant d’un temps linéaire pour servir la qualité du temps produit, renvoie à une éthique de la sollicitude qui a souvent été appréhendée comme une disposition morale propre aux femmes. Nous ne rappellerons pas ici toutes les discussions qui ont suivi les travaux de Carol Gilligan (1982) à l’origine de l’abondante littérature sur le care (Feder-Kitayn, Feder, 2002), une partie des féministes reprochant ses conceptions sur une éthique féminine avec l’argument anti-naturaliste, disant qu’en sexuant les différences morales dans le but d’une défense et illustration du souci d’autrui propre aux femmes, on aboutit aussi à reproduire l’inégalité des sexes. Le dépassement de cette dichotomie sexuée entre « éthique du care » et « éthique de justice » constitue ainsi un enjeu central de ces discussions. Il consiste notamment à politiser la question par le passage aux dimensions temporelles, en posant notamment l’hypothèse que cette disposition morale à la présence sociale est l’effet d’une position sociale subalterne (Tronto, 1993 ; Dorlin, 2005). Les manières de s’engager en présence seraient ainsi à rapporter à l’histoire biographique, en ce qu’elle dit de cette expérience de la domination.

18Notre questionnement pourrait ainsi porter sur les manières de se temporaliser qui définissent du genre, le genre consistant aussi en des modes différenciés et hiérarchisés d’être en présence des autres. De telle sorte, l’observation et l’analyse de la présence sociale permet de saisir les modes de construction du masculin et du féminin. Ainsi reformulée, la problématique pose autrement les enjeux de mixité professionnelle ou l’observation des attentes différenciées selon le sexe des bénéficiaires d’une présence, autres angles possibles pour étudier la sexuation des activités.

Une présentation des contributions

19On pourrait évidemment multiplier à l’envi les pistes de réflexion sur cette imbrication entre temps et genre, à partir de l’activité. Les articles qui constituent ce numéro reprennent pour partie cette première invitation à la discussion. Prenant l’une ou l’autre posture, certaines contributions s’inscrivant dans les problématiques du care ; toutes permettent surtout de prolonger très concrètement ces questions importantes, et d’en poser d’autres. C’est en prenant le temps de les présenter que nous pourrons apprécier leurs apports respectifs à cette problématique.

20Le premier article de ce numéro, écrit par Pascale Molinier, pose d’emblée la complexité des relations entre les temps de la vie, professionnels et privés. La séparation n’est pas possible : ces mondes s’entrecroisent en permanence, dans une perméabilité psychologique, où un monde est à la fois ressources et contraintes pour l’autre. La capacité à maintenir une cohérence psychique devient en quelque sorte un travail en soi, travail pouvant être mis à l’épreuve à l’occasion de changements dans l’un ou l’autre monde. L’auteure nous rappelle, en début d’article, que plusieurs études anciennes, notamment en ergonomie, ont montré comment le temps professionnel pouvait faire irruption dans le temps hors travail, de manière incongrue, par contamination : d’ouvrières à la chaîne évaluant à la minute près le temps passé à faire la vaisselle aux standardistes déclenchant le script à la sonnerie du métro. C’est pour étudier en finesse et dans sa complexité cette perméabilité psychologique que Pascale Molinier, dans une approche en psycho-dynamique du travail, a choisi de s’intéresser à des infirmières et des aides-soignantes d’un service de pédiatrie, là où d’emblée le care est posé comme essentiel pour faire son métier et où le public soigné, des enfants, fait écho en permanence à leur rôle de mère. Le turn-over important constaté dans le service questionne l’auteure sur la dangerosité psychologique du travail émotionnel rémunéré, mais aussi sur les stratégies individuelles et collectives pour le tenir. C’est parce que faire du bon travail se réfère à ce qu’elles souhaiteraient voir mis en œuvre pour leurs proches que « trouver la bonne distance » devient essentiel. Cela se traduit par des ajustements toujours en recomposition entre le care et le cure vis-à-vis des patients, ou par des rituels de passage entre les deux mondes qui ne souffrent pas d’écarts. Dans ce contexte, certains événements peuvent fragiliser ces tactiques : dans le monde professionnel, un changement de planning, dans le monde privé, un enfant malade rappelant le patient. C’est bien alors dans l’analyse de ce qui se joue dans ce continuum psychique entre les deux mondes que passe la compréhension des conséquences du travail sur ce personnel soignant.

21Dans une perspective sociologique, Catherine Lejealle illustre également cette perméabilité psychologique à partir de l’analyse des modes d’utilisation pour « usage personnel » du téléphone portable dans le temps du travail. Le care se traduit précisément ici par « appeler » et « être appelées ». Comment les femmes se débrouillent-elles de ces intrusions plus ou moins anticipées, plus ou moins contrôlées, de leur vie privée au travail ? L’auteure montre que cela dépend du statut professionnel et de la dominante masculine du métier. Elle s’intéresse dans cet article plus spécifiquement aux situations de femmes cadres. Elles s’exposent aux risques de renforcer les clichés de la femme bavarde, et incapable de faire la part des choses – précisément de ne pas savoir séparer les deux mondes – et par là-même de ne pas faire du bon travail. Se débrouiller signifie alors déployer des tactiques pour rendre invisible ce travail du care, alors même que son medium, le téléphone portable, doit toujours être visible pour le travail ; faire du bon travail, pour un cadre, c’est entre autres user du téléphone. L’usage personnel de celui-ci par un cadre homme est au contraire valorisant et se fait savoir : déployer du care sur le lieu de travail est alors un signe de performance et de qualité psychologique.

22Savoir se mouvoir entre les espaces d’activités, c’est ainsi que Livia Scheller qualifie la capacité à entrecroiser les mondes professionnels et privés, à laquelle les femmes peuvent difficilement échapper pour des motifs historiques et culturels. Elle propose d’analyser cet entre deux  à partir d’entretiens en clinique de l’activité réalisés avec des conductrices de bus dans les transports publics. La pratique choisie par ces femmes d’un métier masculin en horaires décalés les place dans une ambivalence qui interroge en profondeur l’organisation de leurs activités : le plaisir pour des tâches de conduite – qui bouleversent une catégorisation socialement assignée d’activités dites féminines – se mélange au déplaisir dû à l’empiètement de ces tâches sur l’espace domestique. L’articulation entre plaisir et déplaisir se construit au fil du temps. L’engagement dans ce métier et dans la pratique d’horaires décalés est d’abord vécu par ces femmes comme une liberté de pouvoir faire autrement que celles pratiquant des horaires de bureau. L’usure s’impose avec le temps et les transformations qui s’opèrent dans la vie privée, vie de couple, arrivée d’enfants, séparation… Les désynchronisations permanentes des horloges physiologique et sociale finissent par se payer, même si le plaisir de la conduite ne disparaît pas. Il ne doit d’ailleurs pas disparaître ; c’est ce qui les fait tenir, les femmes comme les hommes. La différence se joue dans « l’étonnement douloureux » qu’évoque l’auteure : la confrontation à un travail qu’elles aiment mais qui ne les laisse pas aimer leurs proches comme elles le voudraient. Cette culpabilité permanente de mal tenir le monde privé, entretenue par le fait qu’elles aient choisi ce métier, les conduisent à maintenir la fatigue dans l’invisibilité. Des arrangements existent : l’affirmation d’un temps pour soi au domicile en décidant de laisser son fils chez l’assistante maternelle ; le choix d’un temps partiel – quand cela est possible – qui fait de nouveau émerger le plaisir des débuts de la conduite. Mais ils sont eux-mêmes ambivalents car ils expriment aussi le fait d’avoir lâché sur ses engagements de mère ou sur les motifs qui les ont conduites à s’engager dans ce travail. Dans un objectif de transformation de cette situation, Livia Scheller propose une voie méthodologique où l’analyse de cet entre deux – des dilemmes, des difficultés, des choix pour tenir qui représentent une activité en tant que telle – serait mise à jour et élaborée subjectivement et collectivement, dans l’objectif d’en tirer des critères d’organisation dans le monde du travail.

23Aurélie Damamme et Patricia Paperman montrent la fragilité des ajustements entre vie professionnelle et vie privée, quand les femmes, mères, sœurs, conjointes, sont confrontées à la prise en charge de personnes souffrant de handicaps lourds. Ces ajustements peuvent les conduire à des renoncements dans leurs vies professionnelles sous la forme d’une retraite anticipée, d’une prise de temps partiel ou d’une carrière stoppée. La position de « care giver » englobe non seulement le fait de donner des soins, mais aussi l’organisation de ces derniers, à l’articulation entre des intervenants extérieurs et les membres de la famille. La position de responsable, assurant la continuité entre monde privé et monde public, se tient dans l’invisibilité, dans un travail au long cours. Il peut redevenir visible en période de crise, montrant alors la fragilité des configurations d’aides et des dispositifs institutionnels. Saisir les différentes facettes du travail du care et sa complexité implique – à un niveau méthodologique – d’avoir du temps. Ces responsables du care ne peuvent l’expliquer que dans des récits longs qui mêlent attachement et travail, notions morales et perspectives pratiques.

24Comment s’expérimente cette fonction du care ? Florence Maillochon propose une voie possible d’apprentissage, avec une analyse sociologique fine de l’organisation de la cérémonie du mariage. Elle décrit les différentes étapes symboliques et techniques qui vont métamorphoser ces femmes de mariées en épouses pour devenir la femme du ménage. Le mariage est considéré par l’auteur comme une institution, mais aussi comme un événement festif qui implique fortement le couple et dont les formes d’engagements vont les marquer durablement dans leur fonctionnement. Sous certains aspects, le mariage peut s’apparenter au travail domestique : l’invisibilité des préparatifs, leur personnalisation, une organisation chronophage. Il s’en distingue aussi, d’abord parce qu’il n’est pas censé être une activité répétitive et quotidienne, ensuite parce qu’il est un acte élaboré à deux et posé – au moins dans une première étape – comme égalitaire. Il s’inscrit plutôt dans un jeu d’analogies et de différences avec le travail domestique, où le temps des hommes et celui des femmes finissent par se différencier en s’alimentant de stéréotypes et de clichés que le mariage va entériner. Au final, la dimension sexuée du mariage et de ses conséquences sur le couple à long terme relève de mécanismes plus subtils qu’une simple domination masculine volontaire. Un premier niveau d’analyse révèle des inégalités flagrantes dont on a des difficultés à croire qu’elles persistent d’une génération à l’autre : la demande en mariage faite par l’homme, alors que sa préparation souterraine est faite par la femme et que le couple « moderne » s’inscrit dans une volonté d’engagement mutuel ; des décisions conjointes sur l’organisation, mais une prise en charge des détails réalisés plutôt par les femmes ; une justification masculine du laisser-faire basée sur un principe de plaisir qui ignore le travail que cela coûte. Florence Maillochon propose une interprétation qui va au-delà d’un jeu à somme nulle (un gagnant vs un perdant) en passant par la compréhension de ce qui est en jeu à travers l’organisation du mariage. Plus qu’une domination masculine primaire, le principal responsable de cette situation serait la pression pour faire un mariage réussi, pression où se mêlent des composantes sociales, économiques et d’éducation. Les femmes y mettraient des exigences élevées prenant leur source dans les mariages princiers de leur enfance. Elles se consacrent alors au prince charmant qu’elles viennent de créer. Princesses d’une journée, elles se préparent, au cours de l’élaboration du mariage, à devenir « la femme de » et la femme du ménage.

25L’article de Julie Jarty analyse comment cette disponibilité temporelle pour la sphère familiale et domestique se joue dans un métier dit « women-friendly », celui d’enseignant du secondaire. Les caractéristiques du métier, avec du temps de travail flexible pouvant être réalisé au domicile, participent aussi de sa féminisation et contribue à ce que la division sexuée des activités domestiques se poursuive. Même si – à l’instar des conductrices de bus évoquées par Livia Scheller – les enseignantes revendiquent la liberté que procure ce métier. L’auteure s’est penchée sur les emplois du temps d’enseignantes et d’enseignants du secondaire en prenant en compte des variables telles que la discipline enseignée, les niveaux de classe, l’âge et la situation familiale. Elle en tire une typologie à partir des expériences temporelles des enseignantes qui éclaire le plafond de verre auquel elles peuvent se heurter dans leur carrière professionnelle. Pour les enseignants comme pour les enseignantes, le temps de travail dépend des disciplines enseignées, de l’ancienneté dans le métier et dans l’établissement et du nombre de niveaux à charge. Le sentiment de se sentir débordé, d’avoir des difficultés à gérer son emploi du temps malgré la relative autonomie du métier ne serait également pas l’apanage des femmes. Toutefois, ce sentiment de débordement est accentué chez ces dernières quand les activités professionnelles et familiales s’enchevêtrent. C’est une des caractéristiques du modèle dominant proposé par l’auteure, celui de la féminitude. L’emploi du temps de travail est organisé, ré-organisé en fonction des changements familiaux, pour perturber le moins possible la sphère domestique et familiale et s’adapter à ses contraintes. La division sexuée des activités domestiques est d’autant plus forte que, au sein des couples, la dissymétrie sociale est grande. Au moment où des progressions de carrière apparaissent, l’arbitrage se fait au détriment de la sphère professionnelle. Dans un modèle opposé – celui de l’expérience de la virilitude des enseignantes – elles surinvestissent le travail professionnel et se désengagent de la sphère domestique. Ce désengagement peut être plus ou moins volontaire, plus ou moins bien assumé. Ce modèle reste minoritaire et s’inscrit dans des configurations familiales spécifiques : femmes célibataires sans enfant ou avec un enfant unique ; en couple, une position professionnelle mieux rémunérée que le conjoint. Même minoritaire ce modèle reste problématique car il conforte l’idée de l’incompatibilité des sphères professionnelles et familiales. La dernière typologie renvoie à une logique de dépassement du genre. L’organisation temporelle ne se traduit pas par un surinvestissement d’une sphère au détriment de l’autre. Également minoritaire, cette typologie est constitué de femmes dont les parents n’ont eux-mêmes pas reproduit la division sexuée des tâches, et de couples homogames (i.e. exerçant la même profession dans la même discipline auprès de groupes d’âges identiques) où l’interchangeabilité des rôles est mise en avant, à quelques nuances près.

26L’usage du temps partiel a été évoqué plusieurs fois dans les articles précédents et, à chaque fois, pour en montrer l’ambivalence. À la fois souhaité par les femmes pour desserrer les contraintes du quotidien, il est aussi considéré par elles comme un renoncement à leur désir d’investir la sphère professionnelle et, au final, un entérinement de la division sexuée des activités domestiques et familiales. Chantal Nicole-Drancourt nous rappelle que l’ambivalence au sujet du travail à temps partiel ne s’exprime pas que dans la sphère privée : il s’exprime aussi à un niveau sociétal et fait l’objet d’une « animosité partagée ». Ceux qui sont contre argumentent sur la précarité qu’il peut entraîner et qui permet aux entreprises d’ajuster l’emploi en partageant le travail au détriment des femmes, voire à d’autres catégories, pour des besoins de flexibilisation de la production. Ces détracteurs peuvent s’inscrire dans la continuité d’un modèle fordiste qui s’appuie sur la journée standard comme norme, ou s’inscrire en faux par rapport à ce modèle, car il met en avant la norme de « monsieur gagne pain » versus « madame à la maison ». Ceux qui sont pour mettent en avant l’intérêt d’un temps choisi permettant une meilleure conciliation travail/famille, au risque de se faire taper sur les doigts par les féministes. Pourtant, c’est à partir précisément de ce dernier argumentaire que la politique familiale s’organise depuis les années 80. L’auteure propose une lecture différente du travail à temps partiel, à partir des usages sociaux de celui-ci. Elle s’appuie pour cela sur l’analyse de deux enquêtes réalisées sur ce sujet à 16 ans d’intervalle. La première, datant de 1982, montre que le temps partiel, majoritairement féminin, est perçu comme un outil d’arbitrage travail/famille où le projet familial est privilégié et où, à l’échelle des couples, le passage des femmes à temps partiel est vécu comme un moyen de réduire les tensions organisationnelles. On retrouve là un contexte traditionnel de division sexuelle et sociale du travail. L’enquête de 1998 montre d’abord que – même si les femmes sont encore largement majoritaires – le travail à temps partiel concerne d’autres catégories de personnes, des jeunes, des vieux, des personnes sans enfant et est vécu comme de moins en moins choisi, mais comme une étape. L’enquête montre également des usages sociaux différents de ce mode d’emploi, particulièrement pour les femmes. Le temps libéré n’est plus systématiquement réinvesti dans la sphère familiale : il peut être un temps de veille professionnelle, propice à la recherche d’un emploi ou à une formation complémentaire. Quand il est investi dans la sphère privée, son usage peut toutefois s’affranchir d’une division sexuelle du travail par le sens que peuvent lui attribuer les femmes. Il peut devenir un temps pour soi, vécu comme une activité vitale pour se construire, et où la prise en charge des enfants peut être perçue comme un engagement, à l’identique d’un engagement professionnel. Chantal Nicole-Drancourt propose au final une lecture postfordiste du temps partiel, vu alors comme une aspiration à pouvoir choisir, hommes ou femmes, de multiplier de manière soutenable des engagements sociaux qui laisseraient la part moins belle au travail.

27Ce numéro se termine par un article de Magali Della Suda qui propose un temps supplémentaire à ceux jusqu’ici traités, le temps politique. Comment s’articule-t-il alors avec les temps domestique et professionnel dans deux dimensions : dans un emploi du temps quotidien et à l’échelle d’un parcours de vie ? Les femmes investissent-elles de la manière que les hommes ce temps politique ? L’auteure a réalisé cette enquête sociologique auprès d’un conseil municipal d’une ville moyenne de province, dans un contexte législatif de représentativité paritaire des femmes. Plusieurs idées ressortent de cette analyse. En premier lieu, l’auteure note l’ambiguïté du rapport aux hommes dans l’engagement en politique des femmes rencontrées. En effet, cet engagement, souvent vécu comme un moyen de s’affirmer, se fait aussi avec le consentement du conjoint et à l’occasion d’une sollicitation de représentants politiques masculins. Elles savent aussi qu’elles sont souvent sollicitées d’abord pour ce qu’elles représentent, ensuite seulement pour ce qu’elles pourraient apporter, en dehors d’une présence féminine imposée. Magali Della Suda montre également comment ce temps politique est étroitement lié au care. L’engagement en politique de certaines des femmes rencontrées s’inscrit dans des périodes de changements de leur vie : que ce soit une fin de vie professionnelle, un départ des enfants ou une séparation, ces changements se caractérisent par une modification de l’emploi du temps en lien avec le care qui laisse alors la porte ouverte à d’autres activités. Cet engagement en politique se trouve être une nouvelle forme d’engagement dans le care où – ce qui prime dans celui-ci – c’est la possibilité de se sentir utile pour les autres, d’être au service de la communauté. D’autres femmes ne remplacent pas un temps par un autre, mais font le choix de les cumuler. Elles sont alors confrontées à la triple journée qui les conduisent à faire des arbitrages : dans la vie familiale, en incitant aux partages des rôles ; dans la vie politique, en choisissant les bons endroits et les bons moments, i.e. ceux qui donneront le sentiment d’être utile. Toutefois, ces derniers arbitrages peuvent leur apporter d’autres difficultés, dans le registre de la légitimation de leur présence en politique vis-à-vis des hommes. En effet, ces arbitrages, avec le souci du care, les conduisent à ne pas se rendre aux manifestations, en quelque sorte non directement productives selon leurs critères, mais où elles devraient être pour se créer un réseau, pour se faire connaître et légitimées par leurs pairs, dans un modèle masculin de l’engagement en politique.

28L’ensemble de ces textes ne prétend pas, bien entendu, à l’exhaustivité de la thématique des temps sexués de l’activité. Ils en donnent toutefois tous un éclairage, méthodologique, disciplinaire ou thématique, particulier, qui laisse entendre la complexité de la question. Ces textes proposent tous une analyse fine de l’activité mise en œuvre qui permet de dépasser les stéréotypes en s’intéressant au sens du point de vue des individus, hommes ou femmes. Compromis, régulations, réajustements, ambivalences émergent alors et deviennent potentiellement des outils pour une pratique réflexive, dont le pouvoir pour agir – si elle est mise en visibilité dans toute sa complexité – n’est certainement pas à minimiser.

Haut de page

Bibliographie

Collectif, 1984. Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, APRE.

Mouvements 2009. « La tyrannie de l’âge », dossier spécial, n°59, juillet-septembre, disponible sur http://www.cairn.info/revue-mouvements-2009-3.htm

Temporalistes 1998. Dossier sur les budgets-temps, n°39, mars, disponible sur :http://temporalistes.socioroom.org/spip.php?page=archive&id_rubrique=67

Bessin M., 1998. « Le Kairos dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n°32, “Temps et contretemps. Approches sociologiques”, 2e semestre, pp. 55-73.

Bessin M., Roulleau-Berger L. (dir.), 2002. Compétences pour résister, numéro spécial de la revue L'Homme et la société, n°143-144, disponible sur http://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2002-1.htm

Bessin M., 2009. « La présence sociale en polyvalence de secteur. Enjeux de temporalisation et de sexuation dans l’accompagnement par des assistantes sociales », in Bessin M. & al. Le genre de l’autonomie. Enquêtes sur la sexuation des interventions sociales, Rapport de recherche pour la MIRE/DARES, IRIS-CSPRP.

Bonfiglioli S., 1997. « Les politiques des temps urbains en Italie », Annales de la recherche urbaine, n°77, 1997, p. 22-29, disponible sur http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/article.php3?id_article=340

Bourdieu P., 1997. Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Certeau de M., 1980. L'invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, UGE.

Chabaud-Rychter D., Fougeyrollas-Schwebel D., Sonthonnax F., 1985. Espace et temps du travail domestique, Paris, Librairie des Méridiens.

Chesneaux J., 1996. Habiter le temps, Paris, Bayard.

Daune-Richard A-M., Devreux A-M., 1986. La reproduction des rapports sociaux de sexe, Tome 3, À propos des rapports sociaux de sexe : parcours épistémologique, ATP Recherches féministes et recherches sur les femmes. Éditions du CNRS, Paris.

Delphy C., 1998 & 2001. L’Ennemi principal 1, Économie politique du patriarcat, 2, Penser le genre, Paris, Syllepse « Nouvelles Questions féministes ».

Demazière D., Dubar C., 2005. « Récit d’insertion de jeunes et régimes de temporalités », Temporalités, n° 3

Devreux A.-M., Frinking G., 2001. Les pratiques masculines dans le travail domestique : une comparaison franco-néerlandaise, Rapport CSU-CNRS et WORC-Université de Tilburg.

Dorlin E., 2005. « Dark care : de la servitude à la sollicitude », in Paperman P., Laugier. S. (dir.) Le souci des autres, Paris, EHESS, pp. 87-97.

FederKittay E., Feder K. E. (eds.), 2002. The subject of care. Feminist perspectives on dependency, Oxford, Rowman & Littelefield publishers.

Gadea C., Marry C., 2000. « Les pères qui gagnent : descendance et réussite professionnelle des ingénieurs », Travail, Genre et Sociétés, n° 3, p. 109-135.

Gilligan C. (1982). In a different voice, Psychological theory and women's development, Cambridge, Harvard university press ; 1ère trad. franç. 1986. Une si grande différence, Flammarion ; 2e trad. franç. 2009. Une voix différente. Pour une éthique du care, Flammarion Champs essais, présentation de P. Paperman et S. Laugier.

Haicault M., 1984. « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, 3.

Haicault M., 1986. Temps sociaux : temporalités de la pratique des hommes et des femmes, Document LEST/CNRS, Aix-en-Provence.

Hirata H., Kergoat D., 2008. « Division sexuelle du travail professionnel et domestique. Brésil, France, Japon »,  in Hirata H., Lombardi M.R., Maruani M. (dir.), Travail et genre. Regards croisés. France Europe Amérique Latine, Paris, La Découverte, p. 197-209 ; une communication reprenant l’essentiel des arguments est disponible ici

Hirata H., Zarifian P., 2000. « Travail (le concept de) », in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (coord), Dictionnaire critique du féminisme, PUF, Paris, p. 230-235.

Jonas I., 2007. « Les relations entre hommes et femmes au miroir de la littérature de thérapie de couple », Recherches et prévisions, n° 89, septembre, p. 21-30, en ligne

Lallement M., 2008. « Une antinomie durkheimienne… et au-delà », Temporalités 8

Langevin A. (dir.), 2000. « Temporalité du social et sexuation », numéro spécial des Cahiers du Genre, n°24.

Mathieu N.-C., 1991. L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes « Recherches ».

Mead G.-H. [1932] 1980. The philosophy of the present, Chicago, London, The University of Chicago Press.

Méda D., 2001. Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion.

Molinier P., 2003. L'énigme de la femme active : Égoïsme, sexe et compassion, Paris, Payot.

Paperman P., Laugier S. (dir.), 2005. Le souci des autres, Paris, EHESS.

Tronto J. (1993) Moral boundaries. A political arguments for an ethic of care, London, New York, Routledge ; trad. franç. 2009. Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Tronto J., 2003. « Time’s Place », Feminist Theory, 4, p. 119-138, disponible sur http://fty.sagepub.com/content/vol4/issue2/

Zarifian P., 2001. Temps et modernité. Le temps comme enjeu du monde moderne, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  C’est dans ce sens le plaidoyer qu’a fait assez récemment Joan Tronto à propos de l’épistémologie féministe (2003).

2  Le collectif autour du « sexe du travail » avait consacré toute une partie (« temps social et rapports de sexes ») à cette question (Collectif, 1984), Annette Langevin jouant un rôle important dans cette problématisation sexuée de l’avancée en âge (Langevin, 2000). Pour un prolongement sur cette articulation âge et genre, voir le dossier de Mouvements sur « la tyrannie de l’âge » (2009).

3  Pour une analyse fouillée de cette littérature d’obédience plus ou moins « psy », dont les finalités d’aide au maintien des liens du couple par une meilleure compréhension-acceptation des différences naturalisées entre les sexes, voir le travail d’Irène Jonas (2007).

4  Les arbitrages qui ont concouru à la sélection des articles finalement publiés dans ce numéro, outre les exigences traditionnelles de rigueur scientifique, ont tenté de répondre à une volonté de diversité des approches, de cohérence et de complémentarité des thèmes et des champs abordés.

5  Pour une première approche de ces discussions, par ailleurs très nombreuses, voir par exemple le numéro 39 de Temporalistes (1998).

6  Allusion à In a different voice de Carol Gilligan (1982, 1986 pour la première édition française). Une partie des débats sur l’éthique du care, à la suite du livre a porté sur l’essentialisme de cette perspective qui consisterait à considérer le care comme une disposition morale propre aux femmes. C’est l’interprétation que les milieux féministes français ont largement partagée à la réception de sa première traduction. La récente reprise des débats, initiée notamment par Patricia Paperman et Sandra Laugier (2005), s’appuie sur une lecture tendant à relativiser l’essentialisation des propositions de Giligan. Elles ont dans cette optique présenté une nouvelle édition de l’ouvrage (2008), avec une nouvelle traduction du titre.

7  Cette tradition de l’approche des temporalités en tant que production et objet de négociation, bien rappelée par Michel Lallement (2008), a été initiée par G.H. Mead (1933). Parmi tant d’autres dans ce prolongement, ouvrant bien des perspectives pour une sociologie de l’action, voir le chapitre 6 des Méditations Pascaliennes (Bourdieu, 1997).

8  Héléna Hirata et Philippe Zarifian avancent l’expression tout à fait adaptée de « production du vivre » (Hirata et Zarifian, 2000).

9  Michel de Certeau distingue les logiques relevant de la stratégie et de la tactique, à partir de la position des acteurs dans un espace-temps générateur de pouvoir, en parlant de « possession d'un propre ». La stratégie est une maîtrise du temps par la fondation d'un lieu autonome. La tactique quant à elle joue avec les événements pour en faire des occasions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Bessin et Corinne Gaudart, « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 30 septembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/979 ; DOI : 10.4000/temporalites.979

Haut de page

Auteurs

Marc Bessin

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS-CNRS) Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

Articles du même auteur

Corinne Gaudart

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE-CNRS), Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page