Navigation – Plan du site

Temporalités à l’épreuve de la parité

Parité et temporalités professionnelle, familiale et politique chez les élues d’une ville moyenne (2001-2002)
Temporalities and the Gender Parity test. Gender parity and professional, family and political temporalities among women elected to public office in medium-sized French towns (2001-2002)
Magali Della Sudda

Résumés

Cet article propose de mettre en lumière l’articulation des différents temps sociaux et des régimes de temporalité qui président à l’entrée en politique des élus hommes et femmes dans une ville moyenne française en 2001. Il interroge une éventuelle spécificité de genre dans la façon de percevoir le temps et de l’organiser chez les élu-e-s selon trois régimes de temporalités. L’« entrée en politique » est présentée comme une rupture ou une continuation selon les configurations : novice plutôt que profane, les élues disposent de savoir-faire acquis hors du champ politique qui sont convertis en ressource à cette occasion. L’appréhension du temps par les élus et les élues témoigne d’un effet du genre sur l’articulation des temps sociaux : tue chez les élus, elle est perçue comme problématique chez la majorité des élues. Mais le genre n’explique par tout, la situation dans le parcours de vie au moment de l’entrée en politique influe sur la façon de ressentir l’articulation des temps sociaux. Cette réflexion permet d’isoler les effets du genre mais aussi de l’âge dans ces trajectoires militantes en confrontant les parcours et les discours des élus des deux sexes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les recherches menées jusqu’à présent sur la parité se sont attachées à mettre au jour la façon dont les nouvelles entrantes dans le champ politique ont mobilisé certaines ressources pour devenir des professionnelles de la politique (Latté, 2001 et 2002 ; Bargel, 2002), comment le genre structure la représentation et la présentation des candidates (Achin et Paoletti, 2002 ; Dulong et Matonti, 2007), ou comment le débat s’est imposé (Lépinard, 2007) et dans quels termes il fut promu par les différentes actrices de « l’espace de la cause des femmes » (Béréni, 2007). Elles laissent souvent de côté l’articulation entre les rapports sociaux de sexe dans le cadre domestique et dans le champ politique. Depuis une trentaine d’années cependant, les chercheuses féministes ont montré que l’une des clefs pour comprendre la reproduction des inégalités de genre est justement cette division sexuelle du travail domestique et cette appropriation par les hommes du temps des femmes (Guillaumin, 1992 ; Dubar, 2004, Kergoat, 2005).

2Dans ce dossier consacré au genre et aux temporalités, envisagées ici comme un « point de vue sur le temps » et des « formes de manifestations de la diachronie » (Dubar, 2004), cet article se penche sur la dimension genrée de ce rapport au temps complexifié par « l’entrée en politique ». À partir d’une enquête de terrain réalisée au lendemain des premières élections municipales régies par la loi du 6 juin 2000 sur l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux, cet article se penche sur l’articulation de ces temps professionnel, militant et domestique au moment de l’entrée en fonction municipale des élues de la parité.

Méthodologie

Cet article est tiré d’un mémoire de DEA. À l’occasion d’un stage de terrain proposé dans le cadre d’un DEA de sciences sociales, cette recherche a prolongé des travaux initiés en 2000 sur la campagne électorale des élections municipales des 11 et 18 mars 2001. Ce stage se déroulait dans une ville moyenne. Une première observation du fonctionnement municipal a été effectuée en décembre 2001. Des entretiens ont été menés de façon conjointe avec une autre étudiante et un coordinateur. À plusieurs reprises nous avons pu faire d’autres entretiens et assister aux conseils municipaux en janvier 2002. L’observation des élus et le chronométrage du temps de parole nous ont permis de mettre en évidence des pratiques qui sont invisibles lors des entretiens. Nous avons ensuite complété ces notes par l’observation rigoureuse et complète du conseil municipal du 31 janvier 2002, fortement marqué par l’approche des législatives. À la suite du conseil municipal nous avons fait deux entretiens, l’un avec une conseillère municipale de la majorité, l’autre avec une conseillère de l’opposition. Le pot de la fin de conseil fut également riche d’enseignements en étant l’occasion de rencontrer les élus dans un cadre moins formel, d’observer les interactions et les liens entre les élus hors du cadre institutionnel du conseil. Enfin, le repas des adjointes et des conseillères de la majorité a été la dernière étape de la récolte des matériaux d’enquête. Les personnes interrogées sont essentiellement des femmes, 12 femmes et 4 hommes. Elles sont toutes élues à la municipalité, dans la majorité ou l’opposition. Le corpus regroupe donc 11 élues et une ancienne candidate et le témoignage de deux élus. Nous avons complété notre enquête par un petit questionnaire envoyé à tous les élus. Sur 38 questionnaires, nous en avons reçu 18 qui ne sont pas exploités ici. L’enquête a été poursuivie par l’équipe pendant plusieurs années.

3Cette articulation est liée à une division sexuelle du travail domestique qui sous-tend partiellement l’inégale représentation des femmes et des hommes dans ce conseil municipal. La réflexion menée ici s’appuie sur l’étude de cas d’une commune ayant deux spécificités importantes pour notre analyse. Tout d’abord, c’est une ville paritaire dans son exécutif (Troupel, 2002). En effet, le maire avait nommé cinq adjoints et six adjointes dont une première adjointe. Toutefois, les conseillers municipaux sont majoritairement des hommes. La situation politique locale est aussi marquée par la fin du règne d’un cacique de la vie politique locale et nationale (Abélès, 1990). La nouvelle équipe municipale est donc féminisée et de « gauche plurielle ». Après une campagne municipale menée essentiellement par des femmes considérées comme « profanes » devant acquérir des compétences et ignorantes des règles du jeu politique, les élues trouvent peu à peu leurs marques (Latté, 2002).

4L’articulation des temps sociaux est au cœur de l’analyse de cet article. C’est en effet la dimension genrée de la temporalité municipale que nous souhaitons examiner ici. Autrement dit, à partir de cette étude de cas, peut-on identifier des rapports au temps vécu caractéristiques des hommes et des femmes ? Mettre le rapport au temps au centre de cette démarche permet de remettre en cause la séparation héritée de la Révolution et constitutive des démocraties libérales occidentales du « privé » et du « public » en s’intéressant justement à la perméabilité de ces deux « sphères » et à la déconstruction des représentations naturalisées de la différence des rapports sociaux de sexe (Fraisse, 1994). Il s’agit de renouer avec les réflexions entreprises sur lien entre l’activité professionnelle, et la question de la citoyenneté (Daune-Richard, 1997) en nous appuyant ici sur le cas de l’entrée en politique de femmes grâce à la loi sur la parité.

5Les temps, dans les discours des enquêtées, sont ainsi divisés en trois catégories, trois régimes de temporalités, en fonction des finalités de l’activité accomplie : le temps familial – ou domestique – est celui consacré aux activités dites domestiques, le temps professionnel regroupe les activités liées au travail salarié mais aussi à l’aide apportée au conjoint dans le cadre de sa profession, enfin, le temps politique représente la durée des activités accomplies dans le cadre de la campagne puis du « métier » d’élue.

6Le moment que les élues ont choisi pour investir le champ politique est une expérience fondamentale dans la temporalité municipale. La parité semble être venue à point nommé pour la plupart des nouvelles candidates aux municipales. Une première partie sera consacrée à la façon dont les enquêtées ont présenté leur « entrée en politique ». Quel sens donne t-on à cette élection ? Celle-ci doit–elle être envisagée comme une rupture ou au contraire est-elle présentée comme une forme de continuation d’une tradition familiale ? Mais le temps c’est aussi la durée dont on dispose pour accomplir ses activités. Les changements introduits dans la trajectoire de ces femmes par la candidature puis par l’élection à la faveur de la loi seront évoqués dans un deuxième temps. Cette réflexion permettra d’isoler les effets du genre dans ces trajectoires militantes en confrontant les parcours et discours des élus des deux sexes dans cette enquête de terrain.

1. Le sens de la politique

7Dans les trajectoires des élues, c'est-à-dire les positions sociales successives qu’elles ont occupé, le moment des premières candidatures politiques est lié non seulement à la parité, mais à des périodes de crise, de bouleversement qui mettent en lumière le rôle du genre mais aussi d’autres facteurs dans le moment de l’engagement.

1.1 Des femmes d’élections

  • 1  Entretien Mme A., conseillère municipale d’opposition, 40-50 ans, directrice d’un Centre de format (...)

8Le sens premier donné à l’engagement par les interlocutrices est l’action pour autrui. Mais contrairement aux élus hommes interrogés – et à une élue communiste – c’est parce qu’on les a choisies que les candidates puis élues entrent en politique. La plupart des élues – adjointes et conseillères – de l’enquête présentent leur engagement non comme le fruit d’une lutte pour avoir sa place en tête de la liste mais comme la conséquence d’un choix opéré par la tête de liste. Ainsi, cette conseillère municipale de l’opposition résume t-elle les conditions de sa candidature aux prochaines élections municipales : « Je n’ai pas envie de me préparer, de constituer un réseau [je me présenterai] si à un moment donné, il s’avère que je suis la bonne personne à la bonne place à un moment donné. […] Si on me veut, on me choisit et on me demande d’y aller. C’est pas moi qui vais supplier les gens de venir. »1 Corollaire de cette élection par la tête de liste, c’est pour les compétences et non pour l’expérience politique que ces femmes sont éligibles.

9C’est pour leurs compétences hors du champ politique que ces femmes sont élues par les têtes de liste pour mener campagne à leur côté. Elles disposent d’un capital social, symbolique et culturel important et mettent d’abord en avant le fait d’être sollicitée et non d’avoir mené une carrière pour accéder au mandat (Achin, 2005). Le capital dont elles disposent peut être symbolique, comme dans le cas de cette jeune adjointe qui est lucide sur les motivations de la tête de liste à son égard. Lors de l’interrogation sur les raisons de sa présence sur la liste électorale, elle citait le pragmatisme de la tête de liste socialiste, pouvant faire d’une pierre deux coups en mettant une femme qui plus est d’origine africaine dans son équipe. Comme si cette double caractéristique permettait d’attirer les voix des citoyens d’origine étrangère par un effet d’identification tout en saisissant l’opportunité de la parité. Cette impression est confirmée par les propos tenus par le maire socialiste quand il était encore en campagne (Latté, 2002). Elle évoque aussi son rôle d’épouse d’une personnalité sportive de la ville. Le moment de l’entretien est cependant décisif pour analyser le rapport à l’engagement. Après avoir été présentée comme la « femme de » pendant la campagne, elle joue sur un autre registre après son élection. Elle affiche alors sa confession et se définit comme une musulmane progressiste, se singularisant ainsi par rapport aux autres élues (Bargel, Fassin, Latté, 2007).

  • 2  Ce qui confirme la surreprésentation des femmes cadres et diplômées chez les élues observées aille (...)

10Autre type de ressources, l’expérience professionnelle. Bien que jeunes retraitées, l’ancien statut professionnel de deux élues leur confère une stature importante dans cette municipalité qui a légitimé aux yeux de la tête de liste leur présence en position éligible2. Elles ont été approchées alors qu’elles étaient encore en exercice. C’est en effet la tête de liste qui les choisit, de façon parfois inattendue :

  • 3  Entretien avec Mme B. première adjointe, 57 ans, proviseure à la retraite.

« Et puis, pendant la dernière année de mes activités, [la tête de liste socialiste] est venu me voir, avec un autre adjoint aujourd’hui, pour me demander si je serais intéressée d’être sur une liste aux municipales. Je dois dire que dans un premier temps, je ne m’y étais pas du tout préparée et que j’allais, si j’acceptais, me retrouver dans la situation, que j’avais connue pendant des années. Donc mon premier réflexe ça a été plutôt de dire “non !” »3 .

11C’est parce qu’elle occupe une position de direction dans un établissement d’enseignement secondaire de la ville et qu’elle sera bientôt disponible que cette enquêtée est sollicitée. Ainsi, comme pour se distinguer des carrières politiques vécues sur un mode masculin dans des structures partisanes, les femmes interrogées mettent en avant le fait d’avoir été désignées et non d’avoir « intrigué » pour être sur les listes. Tout en révélant des rapports sociaux de sexes inégalitaires – l’homme tête de liste choisit la femme profane –, les propos des enquêtées témoignent aussi d’une volonté de mettre en avant d’autres façons de faire de la politique par opposition aux pratiques des « professionnels de la politique » (Achin et Paoletti ; Dulong-Lévêque, 2002). Dans ce schéma, l’engagement est ainsi un acte pour les autres, effectué à la demande d’un homme, professionnel de la politique. Il est un moyen de faire reconnaître les compétences acquises dans le champ professionnel.

1.2. Temporalités professionnelles et politiques

12Parmi les nouveaux élus, la retraite a été un moment important chez les femmes, plus que chez les élus, pour décider de l’engagement dans la campagne municipale. La surreprésentation des retraités dans les fonctions électives concerne les hommes comme les femmes. Ce qui singularise ces dernières dans notre étude, c’est que les nouvelles entrantes mentionnent explicitement ce changement professionnel comme déclencheur de leur engagement. Quand on pose la question du rôle du départ de sa fille dans son militantisme, cette conseillère minore celui-ci. Elle militait avant dans la mutualité avant les élections. Le départ de sa fille n’a donc pas changé son investissement, mais la nature de celui-ci, puisqu’il coïncide avec la mise en œuvre de la loi. En revanche, le départ à la retraite qui se rapproche permet d’entrevoir la possibilité de gérer son temps et d’accéder de façon paradoxale à un « temps pour soi » :

  • 4  Entretien avec Mme C., conseillère municipale d’opposition, 60 ans, retraitée, anciennement direct (...)

« Ce qui a joué un rôle, en revanche c’est que je pars à la retraite, là, j’ai 60 ans […] maintenant, je vais être beaucoup plus sereine. […] J’arrête en juin le travail, donc c’est important. Ça c’est une donnée importante pour aller au Conseil. »4

13Cette plus grande disponibilité lors de la retraite est également mise en avant par la première adjointe qui ne s’est pas engagée tout de suite après le départ de ses enfants mais qui a attendu d’être à la retraite, encouragée par son mari qui dans un premier temps craignait de la voir inactive :

  • 5  Entretien avec Mme B.

« J’étais proviseure d’un lycée, jusqu’en 2000. Et je m’apprêtais à prendre ma retraite. J’avais 56 ans, j’avais trois enfants, j’ai commencé à travailler tôt donc j’avais la possibilité d’arrêter mes activités professionnelles et de me consacrer à autre chose. En tout cas avoir une vie. Peut-être un peu plus de loisirs que par le passé. »5

14Pour cette femme qui a travaillé dans l’éducation nationale, la disponibilité à l’approche de la retraite joue plus que le départ des enfants. Les propos de l’enquêtée mettent avant le départ des enfants les perspectives professionnelles. Dans ces deux cas de figure, où l’on à affaire à des élues qui ont déjà fait leurs armes dans le syndicalisme ou dans des structures proches des partis politiques. La temporalité politique prolonge et se substitue donc à la temporalité militante précédente liée à leur profession bien plus qu’elle ne s’y ajoute.

1.3. Féminisme et engagement politique

15Le lien entre l’engagement municipal et le contexte de mise en œuvre de la parité s’est exprimé par la formulation d’un discours féministe chez les enquêtées. La candidature politique peut tout à la fois être présentée comme l’aboutissement d’un processus d’autonomisation et avoir été suscitée par des hommes. Ainsi, cette adjointe explique t-elle le rôle joué par son conjoint quand elle a accepté de figurer sur une liste au moment de la campagne électorale :

« Et puis mon mari – parce que c’est important l’avis des maris – était plutôt, lui, favorable, à ce que je dise « oui ». Et, un peu comme toujours dans ma vie professionnelle, quand on me propose quelque chose, un challenge, j’ai toujours envie de le relever. Alors mon naturel a pris le dessus. Et je me suis dit que si on me proposait un poste d’adjointe, comme c’était le cas, ça pourrait quand même être intéressant. »

  • 6  Entretien avec Mme B.

16Quand la tête de liste lui propose en plus de devenir première adjointe, elle décide de se joindre à la liste. Elle explique qu’« en tant que femme, je ne pouvais pas dire non. Parce que je pense qu’il faut que les femmes, quand elles ont la disponibilité de la faire, acceptent ces responsabilités. Sinon on sortira jamais de l’omniprésence des hommes sur tous les points de décision importante dans la vie d’un, dans la vie d’un pays6 . » Sa position professionnelle lui permet de revendiquer dès la campagne une place éligible et un poste d’adjointe. Elle justifie ces prétentions par la nécessité pour les femmes d’accéder aux responsabilités. Cette posture volontariste entre alors en contradiction avec la première partie de l’entretien où d’une part ce sont deux hommes qui lui demandent de faire partie de la liste et d’autre part, c’est son mari qui semble lui avoir suggéré d’accepter.

17Autre façon de mettre en scène la relation du couple et l’engagement, celle de la rupture conjugale et de l’autonomisation politique. Le contexte des élections ouvertes aux nouvelles entrantes en raison de la loi a permis dans certains cas d’expliciter les rapports sociaux de sexe et les tensions conjugales liées à l’activité militante. Dans l’entrée en politique des élues, la rupture conjugale est évoquée par deux adjointes. L’exemple le plus frappant est celui d’une adjointe, dont la notoriété du conjoint, dit-elle au moment de l’entretien, l’empêchait de militer et d’assumer ses opinions politiques. C’est à l’occasion du départ de son époux que cette jeune mère de famille trentenaire et célibataire, d’origine ivoirienne, dit pouvoir enfin prendre sa carte au parti socialiste, après avoir mis en sommeil son engagement pendant les années de son mariage avec son mari sportif professionnel.

  • 7  Entretien avec Mme D., candidate, mars 2001.

« Entre-temps, j’ai arrêté la politique, parce que, en fait, il était hors de question que je m’affiche...je sais pas si c’était le hasard, mais il choisissait toujours une ville où c’était la droite qui dirigeait. Comme c’était eux qui donnaient les subventions du club, donc j’ai patienté... »7

18Insistant sur son pragmatisme et sur sa volonté de seconder son mari dans sa carrière professionnelle, elle remet à plus tard son engagement. Le moment du départ de son conjoint pour un pays étranger coïncide avec la mise en application de la loi sur la parité. Elle le souligne lors de l’entretien qui eu lieu durant la campagne mais pas dans celui de décembre 2001. Cependant, à la question portant sur la réaction de son partenaire après son élection, cette élue répond dans le questionnaire de mars 2002 qu’ « il a fait le choix de quitter le domicile ». Elle a divorcé semble-t-il peu après son élection pour reprendre son nom de jeune fille et revendiquer une identité nouvelle. Si l’élection est présentée ici comme l’aboutissement d’un processus d’autonomisation, il ne faut pas oublier qu’au moment de la campagne, cette même élue jouait du prestige de son mari. Être la « femme de » lui a permis aussi de se faire connaître pour pouvoir ensuite se faire un nom, et reprendre le sien.

19Ainsi, le sens donné à cet engagement municipal par les élues que nous avons rencontrées pendant et au lendemain de la campagne donne à voir des modalités d’entrées fondées sur des compétences en dehors du champ politique. Celles-ci s’inscrivent dans un contexte général de remise en cause des professionnels de la politique. Pour les élues retraitées, il s’agirait aussi d’une façon de poursuivre selon des modalités différentes un militantisme lié à leur ancienne activité professionnelle. Enfin, le thème de l’enquête a permis de faire émerger chez les enquêtées plus que chez les enquêtés une revendication féministe.

2. Genre, rupture biographique et parcours militant

20L’un des arguments pro-paritaires avancés lors des débats qui ont précédé l’adoption de la loi du 6 juin 2000 était la nécessité de faire entrer des femmes dans la vie politique pour remédier à la « crise de la représentation » (Lagrave, 2000). La loi devait, en imposant un nombre égal de candidats et de candidates sur les listes, favoriser l’accès aux mandats locaux des femmes jusqu’ici sous-représentées. Cet accès à la vie politique locale est dans le discours des enquêtées, présenté comme un moment où les temps des activités sociales de recomposent, où la trajectoire se modifie.

2.1. Entrée en politique, rupture biographique et héritage familial

21Chez les élues que nous avons rencontrées, des femmes qui jusqu’ici n’avaient pas milité dans des structures partisanes font, à la faveur de la loi, leur entrée en politique. Certaines se retrouvent ainsi élues à l’issue de leur première campagne électorale. Cette élection est alors vécue comme un moment de rupture biographique. Dans la trajectoire de l’enquêtée, l’entrée en politique à travers le mandat d’élue marque un tournant.

  • 8  Entretien avec Mme E., 5e adjointe chargée des sports et affaires générales, officière d’Etat civi (...)

22Ainsi, le statut d’adjointe vient concurrencer ou se substituer à celui de l’épouse de notable et de mère de famille. L’adjointe au maire chargée du sport est une femme d’une cinquantaine d’années. Épouse de médecin, se présentant comme sans profession et émanant de la société civile, elle évoque le rôle essentiel joué par la loi dans son entrée en politique. S’il n’y avait pas eu la parité « [elle] ne serait même pas là. […]. C’est grâce à la parité [qu’elle a] réussi à militer un peu.8» Son entregent, sa position sociale, l’absence d’engagement partisan marqué ont favorisé son « recrutement » par la tête de liste socialiste au moment de la campagne électorale (Latté, 2002). Il fallait alors mettre en avant son appartenance à la société civile dans un contexte de changement politique et de disqualification plus générale des élus au début des années 2000 (Dulong et Lévêque, 2002). La position qu’elle occupe à la mairie la conduit ensuite à prendre sa carte au parti socialiste. C’est au cours de l’entretien mené après l’élection, qu’elle justifie l’engagement partisan en s’appuyant sur une trajectoire familiale militante jusqu’ici tue dans l’enquête :

  • 9  Entretien avec Mme E.

« Sinon, il n’y a que moi qui ait pris ma carte depuis [l’élection]. Enfin bon, je suis dans une vieille famille socialiste, parents, grands parents, un frère qui est même dans la politique depuis très longtemps puisqu’il est président du conseil général de l’Essonne. J’ai quand même baigné là-dedans […] Je ne suis pas débarquée non plus là par hasard !9 »

23La sollicitation consécutive à la loi introduit ainsi une rupture dans la vie de mère de famille qui se définit comme une femme au foyer. La parité a d’abord permis de sortir d’un rôle traditionnel en terme de genre. Mais cette rupture apparente est présentée par l’élue, qui misait sur son étiquette société civile lorsqu’elle était candidate, comme l’inscription dans une lignée politique (Della Sudda, 2002).

24À partir de sa situation au moment de l’entretien, le sens donné à l’engagement, puis à l’élection, est celui d’un changement par rapport aux occupations de l’épouse de notable et de la mère de famille. Mais c’est aussi l’inscription dans une continuité familiale. Comme si la remise en cause du statut d’épouse et de mère par l’accession à un mandat électif devait être compensée par la mise en avant du respect filial de la tradition familiale. C’est aussi la position occupée au moment de l’entretien qui vient éclairer le propos de l’enquêtée (Bourdieu, 1986) dans un contexte où sa légitimité est mise à mal à travers des critiques formulées à l’encontre des novices que l’adhésion partisane est justifiée par la tradition familiale de militantisme socialiste.

2.2. Des novices plutôt que des profanes

25Dans le contexte électoral de 2001, une des caractéristiques des nouvelles élues était l’invisibilité de leur expérience militante précédente. Profanes, elles avaient plus de chance de correspondre au profil attendu des nouvelles élues capables en raison de leur extériorité au champ politique d’en modifier les dysfonctionnements. Pourtant, en y regardant de plus près, la plupart des élues ont milité avant d’être sollicitées par les têtes de liste. Ce militantisme non-partisan leur a permis d’acquérir un savoir-faire et une expérience qu’elles utilisent dans leur activité politique municipale (Della Sudda, 2002). Cette euphémisation est moins sensible chez les hommes qui sont sollicité explicitement en tant que représentant d’un parti politique dans cette configuration municipale.

2.3. L’effacement du genre dans la trajectoire militante

26En fonction de la formation militante, la dimension genrée de l’entrée en politique, c’est-à-dire le fait que les carrières politiques n’obéissent pas nécessairement aux mêmes règles et temporalités selon que l’on est un homme ou une femme, tend à s’effacer dans les discours des enquêtées qui militent de longue date. Bien qu’il faille se garder de généralisations intempestives à partir d’un terrain restreint, il n’empêche que ce modèle là s’inscrit dans ce qui avait été décrit pour les pionnières, ces femmes qui entrent dans les professions masculines en revendiquant une égalité totale avec leurs congénères masculins. Ce discours sceptique est aussi lié à la formation politique. Là où l’appartenance de classe est mise en avant, la dimension sexuée ou genrée du militantisme introduit le germe de la division.

  • 10  Entretien avec Mme D., adjointe à l’urbanisme, 50 ans, enseignante.

27C’est le cas par exemple dans le discours de l’adjointe communiste pour qui le genre n’est pas une variable explicative pertinente de son engagement : le militantisme selon elle, n’a pas de sexe. Et la parité vient lui rappeler qu’avant d’être une militante, elle est une femme aux yeux de la tête de liste socialiste. Elle se retrouve ainsi assignée à une identité de genre qu’elle n’a pas choisie. Cette propriété sociale vient jouer en sa faveur dans les négociations partisanes, même si l’élue s’en défend. « J’ai été plébiscitée », dit-elle. Elle ajoute « faut dire qu’il n’y avait pas beaucoup de candidats, et puis effectivement j’étais la plus connue par mes responsabilités. Donc, j’ai été désignée. Et puis, je crois globalement que ça arrangeait le futur maire, parce que…une femme… une femme de plus… Et puis là, c’était pas compliqué d’aller la chercher !10 » Un contexte doublement favorable permet ainsi à cette militante de longue date de figurer sur les listes : le rapprochement des forces de gauche et la loi sur la parité. Éloignée du discours sur la spécificité féminine en politique tant par sa formation partisane que par sa formation militante, l’élue met en avant son expérience et les rapports de force entre les partis pour expliquer son entrée à la mairie.

28À la faveur de la parité, les femmes que nous avons rencontrées – sauf l’élue communiste qui militait depuis plus longtemps et n’est pas une « profane » – ont été sollicitées par les têtes de liste pour mener campagne. L’entrée en politique des élues que nous avons rencontrées s’est donc faite à un moment de leur vie particulier, à l’initiative d’une personne extérieure. Le temps des candidatures a été pour la majeure partie d’entre elles celui des changements. Mais être candidate, puis élue, c’est aussi s’inscrire dans une temporalité familiale : il y a des conjonctures favorables mais aussi des causes plus structurelles qui ont conduit ces femmes à faire de la politique.

3. Genre et temporalités municipales

29Briguer un mandat signifie pour les candidates de la parité entrer dans le champ politique avec toutes les contraintes que l’organisation sociale fait peser sur elles. Si on peut envisager le champ politique comme un espace relativement autonomisé pour les hommes, qui externalisent la prise en charge des tâches domestiques, les femmes que nous avons interrogées ne pensent pas ce champ comme un espace entièrement autonome. En effet, les charges domestiques pesant sur elles infèrent dans le champ politique rajoutant selon l’expression une triple journée. Le temps est vécu comme condensé pour la plupart des élues qui travaillent. La conciliation, qui ne semble pas concerner les hommes dans les entretiens, rend alors nécessaire une gestion du temps stricte ayant aussi des conséquences sur l’organisation au sein de la municipalité.

3.1 La triple journée de l’élu

30Pour se représenter le temps, on peut parler ici de densification du temps pour les élues puisque la plupart cumulent encore leur activité professionnelle, l’activité domestique et leur fonction d’élue. Il y a que deux retraitées et deux femmes au foyer parmi elles. Quand elles évoquent leur activité, les élues se représentent le cumul des tâches, par analogie à la double journée de travail professionnel et domestique, comme une triple journée où s’ajoute le travail politique (Méda, 1999). Discours convenu face à un auditoire féminin ou réelle difficulté à cumuler les rôles ? La triple journée est un thème revenu régulièrement dans les entretiens.

31Seules deux élues ne se sont pas plaintes du cumul. L’une se présentant comme une femme au foyer et l’autre comme enseignante et « professionnelle politique ». En revanche, toutes les autres ont vu très rapidement les limites de cette superposition des fonctions si le partage des rôles n’était pas remis en question ou à défaut externalisé. De façon un peu triviale, une élue de longue date au conseil général, pourtant elle-même femme au foyer, explique ainsi les difficultés pour les femmes de s’impliquer dans une activité politique :

  • 11  Entretien avec Mme F, 3e adjointe chargée de l’exclusion et des solidarités et conseillère général (...)

« C’est là où la femme en politique quand elle a encore les épinards à faire cuire, les enfants à aller chercher, à l’école… si elles ont tout ça à faire sans l’aide du mari, elles ne s’engagent pas en politique et c’est regrettable. Parce qu’encore un coup, ça veut dire que les femmes, on est quelque peu esclaves de l’homme, et que on a toutes nos tâches à remplir, et non pas les tâches extérieures11 ».

  • 12  Entretien avec Mme B.
  • 13  Entretien avec M. H, 10e adjoint à la sécurité et aux transports.

32Les propos tenus par l’élue la plus ancienne du Conseil témoignent de la perméabilité des sphères domestique et politique. Les questions des différentes charges qui pèsent sur les élues sont bien au cœur de la problématique de l’égalité. La capacité à mobiliser des ressources tirées de leur expérience militante est entravée par la lourdeur de la gestion domestique qu’elles ne peuvent toujours déléguer, contrairement aux hommes que nous avons interrogés. C’est ce que pressentait cette élue avant d’accepter de figurer sur une liste : « Donc j’ai dit oui en ayant conscience que tout de même j’étais en train de m’engager dans quelque chose qui allait beaucoup, enfin beaucoup m’absorber si jamais on était élus.12 » Cette multiplicité des fonctions fut plus rarement évoquée dans les entretiens que nous avons réalisés avec des hommes13. Ceux-ci, en effet, éludaient cette question. À l’exception d’un nouvel élu, compagnon d’une militante féministe, qui en parle en entretien, l’articulation des temporalités familiale, politique et professionnelle semble n’être qu’une affaire de femmes.

  • 14  Entretien avec Mme C.

33Le poids que représentent les activités de soins apportés à la famille, des personnes âgées aux plus jeunes, qui sont en grande partie assumées par les femmes ne fait presque pas l’objet d’une négociation au sein du couple et rarement d’une externalisation dans les cas que nous avons étudiés. Cette conseillère municipale d’opposition résume la superposition des activités et la difficulté à articuler les différents temps sociaux : « La maison, la vie de femme, la vie de couple, la vie d’amis, la vie de fille […] Je n’ai aucun moment à moi. »14 Mais si cette élue entrevoit un soulagement lors de l’abandon prochain de son métier, il n’en va pas de même pour cette autre élue, trentenaire et mère d’une petite fille.

  • 15  Entretien avec Mme B.

34Elle trouve qu’« effectivement [la fonction d’adjointe] est incompatible avec une vie privée, une vie familiale, et une vie professionnelle ». « Je ne suis pas enseignante, je ne suis pas retraitée, c’est le cas encore de beaucoup de membres du conseil municipal », nous dit-elle. Elle souligne aussi avec force le besoin d’un statut de l’élu-e : « Je travaille et je dois travailler. […] Au début j’ai noté mes heures, j’étais entre vingt et quarante heures, vingt-cinq heures. Quarante heures, de réunion, et même pas de travail de réflexion de fond, d’études de dossier et de recherches… »15. L’arbitrage en faveur du temps politique tient au fait que la fonction est nouvelle et que l’adjointe, animée du zèle de la convertie, se sent investie d’une véritable mission. Elle souligne aussi le fait que son métier ne lui permet pas comme les fonctionnaires, certaines professions libérales ou les retraités de cumuler les fonctions. C’est le cas par exemple, chez cette adjointe qui a négocié sa conciliation avec sa vie professionnelle au moment de la campagne électorale. Elle ne veut pas considérer son mandat comme un métier et rejoint par-là les critiques formulées à l’encontre des professionnels de la politique :

  • 16  Entretien avec Mme D.

« Dans les discussions que j’ai eues, pu avoir avec le maire, on a discuté de ce qui moi m’intéressait, de ce qui me semblait pouvoir convenir au fait que, d’une part, je ne voulais pas abandonner mon métier, parce que j’ai fait ça un an. J’ai vu que l’aspect permanence ne me convenait pas. Je trouve que ce n’est pas un métier, ni d’être élue ni de faire de la politique, c’est un engagement, c’est une passion, mais c’est pas un métier16 »

35On touche aussi au problème du statut de l’élu et de la surreprésentation de certaines catégories socio-professionnelles, ainsi qu’à la difficulté pour les salariés du privé d’investir les fonctions électives (Achin, 2001).

36Cette densification du temps avec l’imposition d’une triple journée est le résultat d’une inégale répartition des tâches entre hommes et femmes au sein de la société et de la famille, mais aussi de l’absence d’un statut de l’élu-e qui garantirait à toutes et tous une indemnité suffisante et de retrouver son emploi après l’élection. Elle s’impose de façon graduée en fonction de la situation sociale de l’élue.

3.2. La parité et le départ des enfants : reconfiguration de la temporalité familiale

37L’impact de la charge des enfants dans l’explication du plafond de verre en politique a depuis longtemps été souligné (Flora et Lynn, 1974). Le temps consacré aux enfants est plus important chez les femmes que chez les hommes. De façon assez peu surprenante, le départ des enfants est présenté dans un des entretiens comme un moment de rupture dans l’équilibre du temps domestique quand les élues n’ont pas d’activité professionnelle. Outre le vide qu’ils laissent en partant et la situation du couple qui se réajuste, le départ libère ainsi de certaines contraintes domestiques qui sont encore majoritairement dévolues aux femmes (Daune-Richard, 1984 ; Silvera, 2000). Pour celles qui n’ont pas eu de profession et ont consacré leur vie à les élever, le départ des enfants est présenté comme une opportunité. C’est le cas de l’adjointe aux sports qui avait milité dans une association tout en se disant sans profession alors qu’elle était la secrétaire de son mari :

  • 17  Entretien avec Mme E.

« Enfin jusqu’à présent je m’étais occupée de mon mari et de mes enfants et maintenant, je m’occupe de moi. Mes enfants sont grands, ils n’ont plus besoin […]. D’ailleurs […], peut-être que si j’avais eu la possibilité je l’aurais fait un peu avant mais ça aurait été beaucoup trop contraignant. Je ne sais pas si j’aurais continué parce que c’est, c’est vrai que j’ai trois enfants et…et quand je vois comme on est pris, l’investissement que ça demande, je sais pas si j’aurais été capable de choisir […]. Mon troisième enfant, le dernier est parti en fac l’année dernière.17 »

38Cette élue se définit dans l’entretien comme une femme au foyer. Elle occupait pourtant une fonction professionnelle dans le cabinet médical de son mari. Cette activité est présentée comme l’extension d’un devoir domestique assumé au même titre que la charge des enfants. Dans ce schéma, le départ des enfants entraîne une remise en cause de son statut de mère et d’éducatrice comme élément d’identité sociale en même temps qu’il rend possible un engagement en dehors du cadre domestique (soin des enfants ou aide du conjoint).

39La plupart des nouvelles élues interrogées n’y voient pas l’occasion première pour briguer les mandats d’élues. Tout se passe dans ces discours comme si il fallait neutraliser les effets incitatifs de la loi en mettant d’abord en avant cette conjoncture familiale.

3.3 Temporalités genrées et exclusion des rites politiques

40Cette difficulté à articuler ces trois temps de l’activité sociale, conduit les élues de la parité à établir une classification des activités municipales en fonction de l’importance qu’elles leur assignent. Lors de leur arrivée à la municipalité, les adjointes ont passé beaucoup de temps à se familiariser avec le fonctionnement municipal. C’est alors que la gestion du temps a du devenir plus efficace pour venir à bout de la triple journée. Faire face à la densification du temps, c’est d’abord apprendre à aller au bon endroit et choisir ses réunions que l’on soit un homme ou bien une femme. C’est aussi pour beaucoup d’entre elles, refuser les fonctions protocolaires et les réceptions où se délectent les « vieux messieurs attirés par les buffets ». Mais ne pas participer aux réunions informelles et aux rituels protocolaires, n’est-ce pas s’exclure aussi de la mise en scène particulière à l’activité politique et des actes qui se jouent en coulisse ?

41Suffisamment prises par ces réunions en chaîne, les élues nous disent qu’elles arbitrent en faveur des réunions de travail des commissions plutôt qu’en faveur des cocktails et des inaugurations diverses. Or cette mise en scène fait bien partie du rôle de l’élu-e. C’est lors de ces réunions informelles que les réseaux se nouent et s’entretiennent, que les membres de la communauté se retrouvent et partagent. On pourrait alors parler d’un mécanisme d’auto-exclusion des lieux informels de négociation. Le refus d’entrer dans la mise en scène politique se manifeste à deux niveaux : le rejet des joutes oratoires feintes lors du conseil municipal, qui se terminent au bistrot, et l’absence lors des cérémonies et réunion protocolaires. Ce sont lors de ces mises en scène politiques que se joue la reconnaissance par les pairs. Chez les nouvelles élues, profanes en politique, les réunions et les inaugurations sont présentées comme des corvées. Celles qui ont des enfants en bas-âge ou celles qui sont pressées par leur conjoint les trouvent trop nombreuses, trop longues. Tandis que celles qui n’ont pas ces contraintes disent y trouver un aspect plaisant et enrichissant. La plupart des adjointes et des conseillères ont un emploi du temps bien chargé et se sont plu à nous montrer combien leur agenda était bariolé indiquant leur manque de disponibilité.

42Après un an à la marie, il semble cependant que les élues aient pris leurs marques et établissent une distinction entre les réunions où leur présence est nécessaire, utile et celles dont-elles peuvent se dispenser :

  • 18  Entretien avec Mme B.

« Alors bon, ça m’a permis aussi de faire le tri entre les entretiens utiles et ceux qui étaient … qui ne servaient à rien. Je m’organise mieux. Je suis plus sereine parce que je connais mieux les dossiers, alors j’essaie aussi le samedi dimanche d’aller aux manifestations uniquement là où je sens que je peux être utile. Et puis lui [son mari] s’est fait à l’idée aussi que j’allais être un peu, enfin toujours très prise. Donc il a lui trouvé des activités, et de temps en temps encore il trouve que c’est trop. »18

43La notion d’utilité semble être le critère pertinent dans la hiérarchisation des activités. Or, cette utilité, synonyme de proximité avec la prise de décision politique et de mise en pratique concrète, les profanes ne la voient pas dans les rites politiques auxquels elles refusent de prendre part. La gêne qu’éprouve cette élue face à ce qu’elle qualifie d’hypocrisie politique montre l’importance des retrouvailles autour d’un verre après le conseil, mode de sociabilité masculine par excellence pour ceux qui ne sont pas pressés de rentrer chez eux. Le conseil municipal où chacun joue son rôle, puis le pot, où les masques semblent tomber et laisser place à une camaraderie virile dérange certaines élues :

  • 19  Entretien avec Mme A.

« C’est ça un peu l’hypocrisie de la politique, c’est qu’il y a le côté public, et je dirais, cinéma, – personnellement je me sens pas à l’aise, c’est pas ma tasse de thé du tout –, puis y’à la partie où c’est fini, on n’en parle plus. Et vous le voyez au niveau, à tous les hauts niveaux c’est pareil, ils sont amis dans la vie courante, et en public, chacun, chacun tient son rôle, et avec conviction d’ailleurs hein, et c’est ça qui est bien, c’est qu’on en fait abstraction, quand c’est fini, on se, on peut tout à fait être amis.19 »

44Outre le refus de cette dualité et de cette théâtralisation des différents politiques, les élues que nous avons rencontrées, sauf celle chargée des mariages, prennent le moins possible part aux cérémonies et inaugurations. Ces moments apparemment inutiles pour les élues profanes qui établissent ce critère en fonction de la proximité de l’activité avec la prise de décision politique et sa mise en application concrète, sont en réalités centraux dans le fonctionnement symbolique de la vie politique locale (Abélès, 1997). L’une d’entre elle, conseillère d’opposition refusant même de venir au conseil municipal, au prétexte que c’est une perte de temps.

45Ces lieux sont ceux des échanges informels entre les personnalités locales, là où les réseaux se tissent et se dénouent. Les entretiens de deux élues sont révélateurs à cet égard. Elles témoignent de l’importance des événements mondains dans la politique locale. Par ailleurs, le discours qu’elles tiennent sur le souci d’efficacité, la valeur du travail des dossiers, délégitime les pratiques informelles de prise de décision politique.

46Mais toutes les élues ne se plaignent pas de cette superposition. Assez logiquement, les élues retraitées ou femme au foyer ne semblent pas très affectées par la lourdeur de la fonction :

  • 20  Entretien avec Mme E.

« C’est vrai qu’il y a des réunions dont on se passe, dont on ne voit pas forcément l’utilité, mais bon, mais bon…c’est difficile. Il y a des choses qui sont obligatoires mais bon, il faut bien en passer par-là. Moi je suis disponible donc je sens pas, ça me gêne pas de rentrer chez moi à dix heures le soir […]. Ça me pose pas de problèmes. Mais c’est sûr que quand a deux petits bouts de chou comme Mme D., c’est plus difficile. Les autres, Mme G., elle a une petite fille. Donc c’est vrai que quand on est très jeune c’est plus difficile à …Avec en plus un travail à côté »20

47Libérée d’une part de l’éducation de ses enfants qui sont étudiants et d’autre part de son activité professionnelle (elle se disait femme au foyer mais était la secrétaire de son mari), cette élue se trouve à égalité avec les acteurs dont la seule préoccupation lors des réunions politiques est l’enjeu de la réunion. Elle ne semble pas concernée par le temps qui s’écoule puisqu’elle n’est pas attendue par son mari ni par ses enfants. Elle semble avoir accepté un rôle social plutôt traditionnel (mariage, enfants, femme au foyer) et voit dans l’élection une sorte d’émancipation. Elle dispose ainsi d’un réseau de connaissances propre, d’une reconnaissance sociale. De façon paradoxale, c’est l’élue qui se définit comme femme au foyer, apolitique avant de prendre sa carte au Parti Socialiste, qui va pouvoir adopter une temporalité politique assez proche finalement de celle des élus hommes. Elle témoigne de la fréquence des réunions auxquelles elle doit assister en plus des fonctions de représentation et des mariages.

  • 21  Entretien avec Mme E.

« Parce que toutes les semaines, il y a des réunions et sinon, disons que je suis là tous les après-midi, et effectivement jusqu’à tard le soir. Puisque bon, quand le lundi il y a réunion de municipalité, qui finit à neuf heures souvent, donc il y a beaucoup de, beaucoup de réunions qui sont en fin d’après midi parce qu’il y a des agents qui eux travaillent et qui ne sont pas libres avant sept heures […]. Donc effectivement ça demande un temps plein »21

48Tout en affirmant qu’elle ne veut pas « mettre complètement de côté sa vie familiale », elle souligne le fait qu’elle est la seule à consacrer autant de temps à la mairie puisque même la première adjointe sélectionne plus qu’elle les réunions. Elle le dit non sans une certaine fierté, après avoir été longtemps prise pour une incompétente. Être très sollicitée, c’est aussi être reconnue comme indispensable et voir sa situation d’adjointe légitimée. Par sa présence aux inaugurations elle s’insère dans les rites politiques locaux auxquels les hommes rompus à la politique dérogent rarement.

49La parité a introduit une rupture en permettant aux femmes de se réapproprier un « temps pour soi » paradoxal puisque cette temporalité est fortement institutionnalisée (à travers les horaires des conseils municipaux, les rites politiques). Cette réappropriation passe comme nous l’avons vu par la mise à disposition du temps des femmes pour la gestion des affaires publiques. Toutefois, l’articulation des temporalités, des temps sociaux dévolus à la famille, au travail et à cette activité politique ne va pas sans poser problème. La proximité de la retraite permet d’envisager la temporalité municipale comme un prolongement d’un engagement lié à la profession tandis que pour les jeunes élues au milieu de leur carrière, les temporalités se superposent de façon conflictuelle. Ces temporalités ne semblent pas s’articuler de la même façon chez les élus masculins qui n’évoquent pas ces questions dans les entretiens à une exception près. Neuf mois après leur élection, nous avons revu ces élues. L’enquête leur a permis en même temps que nous de faire le bilan de ces premiers mois à la tête d’une commune. Une des nouvelles adjointes témoignait ainsi des tentatives pour instaurer une nouvelle gestion du temps, plus efficace pour permettre à toutes et à tous de se consacrer aussi à autre chose que la politique, non sans quelques résistances.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M., 1990. Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Odile Jacob, Paris.

Abélès M., 1997. « La mise en représentation du politique » in Abélès M., Jeudi H. P. (dir.), Anthropologie du politique, Armand Colin, Paris, p. 247-271.

Achin C., et al., 2007. Sexe, genre et politique, Economica, Paris.

Achin C., 2005. Le mystère de la chambre basse, Dalloz, Paris.

Achin C, 2001. « Démocratisation du personnel politique et parité : un premier bilan », « La démocratie, une idée à réinventer (numéro spécial) », Mouvement, Politique, société, culture 18, p. 57-61

Achin C., Paoletti M., 2002. « Le ‘salto’ du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 », « La parité en pratiques (numéro spécial) » Politix 60 (15), p. 33-54.

Bard C., Baudelot C., Mossuz-Lavau J. (dir.), Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, 2004. La Martinière, Paris.

Bargel L., 2002. Le métier d’élue. Jeux de rôles. Mémoire secondaire de master 2, DEA de sciences sociales sous la direction d’Éric Fassin.

Bargel L., Fassin E., Latté, S., 2007. « Usages sociologiques et usages sociaux du genre. Le travail des interprétations », in Bargel L., Della Sudda M., Matonti F. (dir.) « (En)quêtes de genre (numéro spécial) », Sociétés et représentations 24.

Daune-Richard, A.-M., 1997. « Travail et citoyenneté : un enjeu sexué hier et aujourd’hui », in Bouffartigue P. (dir.), Le travail à l’épreuve du salariat, L’Harmattan, Paris, p. 93-108.

Bataille P., Gaspard F., 1999. Comment les femmes changent la politique et pourquoi les hommes résistent, La Découverte, Paris.

Bourdieu P., 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales 62 (1), p. 69-72.

Della Sudda M., 2002. Le temps des élues. Mémoire secondaire de DEA sous la direction d’Éric Fassin.

Dubar C., 2004. « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités 1, p. 100-119.

Dulong et Matonti, 2007. « Comment devenir un(e) professionnel(le) de la politique. L’apprentissage des rôles au Conseil Régional d’Île-de-France », in Bargel L., Della Sudda M., Matonti F., 2007. « (En)quêtes de genre (numéro spécial) », Sociétés et représentations, p. 251-267.

Flora C. B. and Lynn N. B., 1974. “Women and Political Socialization: Considerations of the Impact of Motherhood”, in Jacquette J. S. (Ed.), Women in Politics, John Wiley and Sons, New York/Toronto, p. 37-53.

Fraisse G., 1995. Muse de la raison : démocratie et exclusion des femmes en France, Gallimard, Paris.

Guillaumin, C., 1992. Sexe, race et pratique du pouvoir. Côté femmes, Paris, p. 17-21.

Méda D., 2002. Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles. Champs, Flammarion, Paris.

Filleule O., Mathieu L., Roux, P., 2007. « Militantisme et hiérarchies de genre (numéro spécial) », Politix 78.

Kergoat D., 2005. « Rapports sociaux de sexe et division du travail entre les sexes », in Maruani M. (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, La Découverte, Paris, p. 95-96.

Latté, S., 2002. « Cuisine et dépendance. Les logiques pratiques du recrutement politique », Politix 60 (15), p. 55-80.

Latté S., 2001. Femmes ou profanes en politique ? Notes sur l'introduction de la parité aux élections municipales à Auxerre, Mémoire secondaire de DEA de sciences sociales sous la direction d’Éric Fassin.

Lépinard, E., 2007. L’égalité introuvable, Presses de Science po, Paris.

Marry, C., 2004. Les femmes ingénieur : une révolution respectueuse, Belin, Paris

Sineau, M., 2001. Profession femme politique. Sexe et pouvoir sous la Ve République, Presses de Sciences Po, Paris.

Troupel A., 2002. « Disparités dans la parité : les stratégies de contournement de la parité dans le département des Alpes-Maritimes », Politix 60 (15), p.147-166

Haut de page

Notes

1  Entretien Mme A., conseillère municipale d’opposition, 40-50 ans, directrice d’un Centre de formation et d’apprentissage.

2  Ce qui confirme la surreprésentation des femmes cadres et diplômées chez les élues observées ailleurs.

3  Entretien avec Mme B. première adjointe, 57 ans, proviseure à la retraite.

4  Entretien avec Mme C., conseillère municipale d’opposition, 60 ans, retraitée, anciennement directrice d’un établissement de formation. Une enfant étudiante.

5  Entretien avec Mme B.

6  Entretien avec Mme B.

7  Entretien avec Mme D., candidate, mars 2001.

8  Entretien avec Mme E., 5e adjointe chargée des sports et affaires générales, officière d’Etat civil. 60 ans, sans profession (épouse de médecin).

9  Entretien avec Mme E.

10  Entretien avec Mme D., adjointe à l’urbanisme, 50 ans, enseignante.

11  Entretien avec Mme F, 3e adjointe chargée de l’exclusion et des solidarités et conseillère générale, la soixantaine, militante associative depuis 20 ans.

12  Entretien avec Mme B.

13  Entretien avec M. H, 10e adjoint à la sécurité et aux transports.

14  Entretien avec Mme C.

15  Entretien avec Mme B.

16  Entretien avec Mme D.

17  Entretien avec Mme E.

18  Entretien avec Mme B.

19  Entretien avec Mme A.

20  Entretien avec Mme E.

21  Entretien avec Mme E.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Della Sudda, « Temporalités à l’épreuve de la parité », Temporalités [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 02 octobre 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/999 ; DOI : 10.4000/temporalites.999

Haut de page

Auteur

Magali Della Sudda

Post-doctorante EHESS - magali_ds@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page